Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Damien Bouquet
Actualités Centre de formation : des histoires de bête noire

Centre de formation : des histoires de bête noire

Au cours des deux dernières semaines, les espoirs de la SIG ont disputé trois rencontres, cumulant deux belles performances et un « couac », les cadets une seule qui s’est soldée par une déroute à Gravelines.

Damien Bouquet

Damien Bouquet, face au Villeurbannais Lucas Hergott, a contribué au bon début de saison des espoirs de la SIG.

BÊTE NOIRE VAINCUE. – La SIG a enfin réussi à battre les Dijonnais (64-53) après une saison où ils avaient pas mal embêté les jeunes Strasbourgeois, leur barrant l’accès au trophée du Futur. « On a réussi à attaquer leur zone, leur boîte-zone. On a fait un match très solide défensivement en les étouffant par notre intensité », s’est félicité Lauriane Dolt.

INTÉRIEUR. – Un excellent début (17-5), une première mi-temps de rêve (31-16 et surtout 43-6 à l’évaluation) et la SIG était lancée. Le secteur intérieur, et en particulier Ludgy Laporal, a cadenassé les deux tours adverses, Drissa Ballo et Issa Coulibaly (1 d’éval cumulée !) alors qu’en attaque, Damien Bouquet (11pts) avait donné le ton.

GESTION. – Dans le 3e quart, Dijon se reprenait (12-17), mais le « 2+1 » de Bah et les deux paniers bonifiés du début du dernier quart de Frank Ntilikina tuait le dernier sursaut bourguignon dans l’œuf : 43-36, 52-36. Il suffisait alors de gérer la fin. « Offensivement, ils ont appliqué ce qui était demandé », concluait l’entraîneure.

Les marqueurs : Ntilikina 8, Bouquet 14, Labanca 12, Ekembe 7, Nicolas 9, Laporal 6, Bah 5, Francois 1, Flick 2.

LEADER A TERRE. – Leader après quatre journées mais battu à Nancy, Nanterre se présentait avec de solides ambitions, dans ce match avancé de l’avant-dernière journée de championnat officielle, pour cause de challenge NM2 qui aura lieu à cette période (fin mai). Mais la SIG se concentrait essentiellement sur les deux joueurs majeurs, des meneurs de petite taille très, très rapides. « Il fallait aussi avoir dans le viseur un joueur qui avait bien progressé depuis la saison dernière Guillaume Daurces », insiste L. Dolt. Le Nanterrien finira avec… zéro point et -6 d’évaluation.

DEUXIÈME QUART. – Une fois encore, à l’instar des pros, c’est la défense qui a construit le succès. Une première période serrée après une excellente entame (7-0, 21-20) et un deuxième quart pour faire le break, grâce à un 8-0 d’entrée : 30-20, 25e’, 41-30 à la pause.

COLLECTIF. – Nanterre ne lâchera rien (49-46, 28e’), mais une bonne fin de période signée Rucklin, Bouquet et Labanca redonnait de l’air (56-46, 30e’). Enfin, en empêchant les « banlieusards » de marquer pendant plus de six minutes dans la dernière période (58-48, 31e’, 68-48, 38e’), le collectif de la SIG avait fait le job. « Tout le monde s’y est attelé pour une belle victoire de 20 points » se félicitait le coach : 72-52.

Les marqueurs : Rucklin 1, Ntilikina 3, Bouquet 18, Kwedi 0, Labanca 9, Eber 6, Nicolas 6, Laporal 14, Bah 8, Francois 7.

COUP D’ARRÊT. – C’est donc en leader que la SIG se déplaçait au Havre en fin de semaine dernière. Une autre bête noire. « C’est l’équipe par excellence qui ne nous convient pas. Nous perdons toujours nos moyens, nos repères pour offrir une piètre prestation », se désolait Lauriane Dolt. Pas dans le coup physiquement à l’entame, les jeunes Strasbourgeois, privés de Ntilikina, touché à la cuisse, ne sont pas distancés mais le Havre est aux commandes : 16-12, 31-27 au repos.

LA ZONE POUR REVENIR. - Trop d’erreurs défensives (inhabituelles) permettent aux Normands de rester en confiance et devant au score. C’est la zone proposée au milieu du 3e quart temps qui permettra de revenir petit à petit pour égaliser à la 35e’ : 57-57. Les cinq dernières minutes sont haletantes, chaque formation menant d’un point à tour de rôle.

CALVAIRE AUX LANCERS-FRANCS. – Dans le final, la SIG ira chercher les lancers-francs pour passer devant, mais à trois secondes de la fin du temps réglementaire le « un sur deux » les envoie en prolongation (67-67). Les efforts fournis pour arracher cette prolongation se paieront cher : 82-73. Le Havre prend le dessus dès l’entame et les espoirs n’ont plus que leurs larmes pour pleurer… Ils avaient provoqué 30 fautes, s’étaient retrouvé 37 fois sur la ligne des lancers mais n’en ont converti que… 17 ! Prochain rendez-vous lundi, à 17h30 contre Limoges.

Les marqueurs : Rucklin 2, Bouquet 9, Labanca 28, Ekembe 0, Nicolas 5, Laporal 10, Bah 11, Francois 8, Flick 0.

ENTAME MANQUÉE. – Les cadets, invaincus après quatre journées, se rendaient à Gravelines qui affichait le même bilan. Après une entrée désastreuse (19-2) face à une équipe du BCM survoltée et super-adroite à trois points, les jeunes joueurs de la SIG, sans leur leader, Frank Ntilikina, laissé à disposition des espoirs, ont réduit l’écart petit à petit pour craquer en fin de match. La défaite est lourde (76-49), mais elle ne compromet pas la qualification. Pour les matches retour, les protégés d’Abdel Loucif reprendront à Dijon le 9 novembre avant de recevoir trois fois lors des quatre dernières rencontres.

 J.C.F.