Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Ali Traoré
Actualités La SIG à Pau : un vrai test

La SIG à Pau : un vrai test

Nouveau déplacement pour les basketteurs strasbourgeois qui défient Pau-Orthez au Palais des Sports ce samedi (18h30 sur les antennes de Canal+ Sport). Après la déroute de l’Elan Béarnais à Rouen, ce n’est peut-être pas le meilleur moment de défier un club qui reste de retrouver son lustre d’antan. A moins que…

La SIG voyage bien. Elle l’a prouvé en partie à Ostende, elle a confirmé à Orléans, enfoncé le clou à Orchies. Mais plus que jamais, ce samedi dans le Béarn, elle voudra faire la démonstration de sa solidité. Car le défi sera de taille. « La plus mauvaise nouvelle de la semaine, c’est la victoire de Rouen… », lance Vincent Collet. Le net succès normand sur une équipe paloise submergée après la pause (88-69), place les hommes de Claude Bergeaud dans l’obligation de se remettre d’aplomb de suite après leur double succès sur Orléans en championnat puis en Coupe de France.  « Ils ont tenu tant que l’attaque a suivi. Mais quand Rouen s’est mis à hausser le ton, ils n’ont pas su s’adapter en défense. Attention, tout de même, Rouen, c’est très fort » prévient le coach de la SIG.

ToupaneUne équipe reconstruite

Vincent Collet se méfie à juste titre du public palois. « Le club ne cache pas ses ambitions cette saison. Il a annoncé qu’il visait les play-offs », continue Collet. Une joie que les Palois n’ont plus connu depuis 2006. Le recrutement et les premiers signes sont positifs et le Palais des Sports risque de vibrer comme aux plus belles heures. « Les joueurs seront en réaction après le match de mardi et on va être rudoyé… A nous de savoir résister ».

Il n’y a sans doute pas de test plus révélateur quant à la solidité de l’équipe strasbourgeoise que celui qu’elle se verra proposer ce samedi. « Il nous faudra également défendre durement », annonce l’entraîneur de la SIG. Elle a démontré récemment qu’elle savait y faire, à Ostende contre Riga, à Orléans et plus encore à Orchies. Prudence tout de même car l’opposition sera d’un autre calibre. Si Sami Driss et David Denave font figure d’anciens, il a tout de même fallu reconstruire. Remplacer Nivins, Thompson, Morency, ou encore Bandja Sy, Rémy Lesca et D.J. Strawberry, ce n’était pas une mince affaire.

Simonovic face à Dragićević

L’Elan Béarnais y a plutôt bien réussi. Yannick Bokolo, que Collet connaît bien pour l’avoir lancé au Mans et coach en équipe de France, apportera de la vitesse et de l’explosivité sur les deux postes arrières. Antywane Robinson, l’ailier-fort et Tyler Cain devront assurer au rebond, et surtout, Marco Simonovic que le coach de la SIG a croisé… en demi-finale du Mondial espagnol contre la Serbie. Absent lors du premier match, il a largement contribué au succès palois en Coupe (27pts, 9 interceptions, 6 fautes provoquées, 34 d’évaluation) inscrivant au buzzer le panier victorieux : 72-70. Il lancera à distance un sacré défi à son compatriote de la SIG, Tadija Dragićević. Premier coup dur, toutefois, Mo Finley qui devait assurer la mène est blessé et a été remplacé par Darrel Mitchell qui a fait des débuts plutôt timides à Rouen. Un handicap largement compensé par le retour au pays d’Artur Drozdov, triple champion de France avec les Palois, bloqué par la situation politique de son pays, l’Ukraine, où la compétition ne reprend pas…

Résister aux assauts

La SIG a toutefois des arguments à avancer. L’attitude et le jeu mis en place plaisent à Vincent Collet. Le discours passe. Mais il faudra encore marteler les évidences. Car si la SIG a du répondant en défense, il faudra aussi que le basket léché résiste aux assauts de la défense béarnaise qui fera tout pour casser les timings et le jeu de passe des Alsaciens. « Il faudra casser le rythme et maîtriser le secteur intérieur, annonce Yannick Bokolo, car avec Ali Traoré notamment, c’est très fort. On vient d’intégrer Artur [Drozdov] et Darrel] et il nous faut vite de la cohésion. Ces derniers recrutements confirment les ambitions de nos dirigeants, alors à nous de les traduire sur le parquet. C’est notre job ».

La SIG est prévenue. Si elle revient indemne de son déplacement près des Pyrénées, elle aura prouvé qu’elle peut aller loin. Et préparé au mieux son premier rendez-vous européen à Bonn. « Un vrai test », comme le résume Collet.

Jean-Claude Frey