Basket
170623_playoff_finale.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
saragosse
Actualités Pleins feux sur Saragosse

Pleins feux sur Saragosse

L’histoire
Lisch

Kevin Lisch, le meneur de Saragosse, n'est pas un inconnu pour les Sigmen.

logoLe club de Saragosse fut fondé en 2002 sur les ruines du « Baloncesto Zaragoza » dont les années de gloire datent de la fin des années 80. Le club débuta en 2e division dès la saison 2002/03. La première année fut difficile. Finissant 14eme sur 16, ils ne gagnèrent leur maintien qu’au terme de play-offs remportés contre Huelva au 5eme match. Les quatre années suivantes, ils échouèrent en play-offs pour l’accession à l’élite. 2007/08 fut la bonne. Après avoir survolé le championnat, Saragosse finit premier de LEB1. Porté par l’ancien SIGmen, Andrej Starosta, et la star du streetball Darren Philipp, la ville de la province d’Aragon rejoignait la ligue ACB. Dernier et relégué dès la première année, il faudra encore un an, et un aller-retour par la seconde division (champion LEB1 2010), pour voir le club s’installer définitivement dans la ligue espagnole. Demi-finaliste des play-offs et quart de finaliste de la coupe en 2012/13 puis quart de finaliste de play-offs et demi-finaliste de la coupe l’année dernière, Saragosse est l’un des clubs espagnols en pleine ascension.

Saragosse sur la scène européenne

Le club ne vivra cette saison que la seconde participation à une coupe d’Europe. La première, très récente, date de l’année dernière. En Eurocup, ils ont terminé 3eme de leur groupe au premier tour, derrière l’Alba Berlin et le BCM Gravelines, et juste devant… Bonn, «l’autre» club de Rome, Acea Roma, et Mons. Leur qualification, ils la durent à des matches retours de haut niveau (4 victoires et 1 défaite). Le last 32 fut plus difficile. Au sein d’un groupe relevé, ils finirent derniers derrière Vilnius, le Besiktas d’Istanbul et le Cedevita Zagreb. A noter que pour cette première participation à une coupe d’Europe, Saragosse a bien manœuvré à domicile avec 6 victoires (dont l’Alba Berlin, Gravelines et Vilnius!) et seulement deux défaites. En revanche, les Espagnols s’étaient montrés plus friables à l’extérieur (deux victoires, dont une face à une faible équipe de Mons).

Saragosse cette saison
Katic

Rasko Katic, le pivot serbe de Saragosse qui a affronté... Collet et Diot en demi-finale du Mondial.

En Alsace comme en Aragon, la philosophie des deux coaches, qui ont constitué leur équipe respective, est la même: la star, c’est l’équipe! Malheureusement, coach Jose Luis Abos a dû quitter son équipe, courant août, suite à de graves problèmes de santé. Joaquin Ruiz Lorente, son adjoint de longue date, a pris le relais. Pur produit local, né à Saragosse et ancien joueur du club, il incarne lui aussi une vision du basket où le collectif prédomine. Cette philosophie s’est une nouvelle fois vérifiée lors de la victoire face à Paris (77-76) lors du premier match de cette Eurocup. Avec sept joueurs entre 9 et 16 d’évaluation, chaque pièce de son échiquier s’est montrée importante.

En effet, le roster espagnol recèle nombre de joueurs méritant une attention particulière. Commençons par celui qui aura à n’en pas douter, cette saison, le plus de tickets de shoot : Marcus Landry. Le frère du NBAer Carl Landry est un globetrotter. Après être passé par la D-league, Puerto-Rico, la Chine, le Venezuela, ses expériences en Europe se sont cantonnées à l’Espagne. Arrivé à Saragosse cet été, en provenance de Séville, ce poste 3/4 a un bras et l’a encore montré la saison dernière en tirant à 45% à 2pts et 40% à 3pts, pour 12 tirs en moyenne par match. En revanche, avec 63% de réussite aux lancers-francs, les deux dernières saisons, il semble ne guère apprécier l’exercice. Le second joueur américain est Jason Robinson (sur la photo de Une avec Landry). Cet ailier débute cette saison dans son septième club espagnol. Joueur complet (16,6pts, 4,6 rebonds, 1,6 passes en 2013/14), très puissant et rapide, il a le profil parfait du « clutch player ». Il est redoutable en un contre un et était le 3e meilleur marqueur du championnat la saison passée. Le troisième américain, Kevin Lisch, est plus connu. Joueur de Nanterre la saison dernière, c’est un excellent défenseur. Ce poste 1/2 sort d’une année frustrante avec la JSF, où des douleurs au dos l’avaient longtemps éloigné des terrains. Apparu qu’à 11 reprises en ProA en 2013/14, il avait apporté son excellente vision du jeu, montré qu’il pouvait scorer peu importe la distance.

Lompart

Pedro Llompart, un meneur espagnol expérimenté.

Un des joueurs de Saragosse a déjà été entrevu au Rhenus. Chris Goulding, international australien, faisait partie de l’équipe des Boomers qui a affronté l’équipe de France en août dernier. Cet arrière arrive de Melbourne avec qui il a été sacré champion d’Australie et a fini meilleur marqueur du championnat (22,8pts). Il est complet et débarque en Europe avec l’intention de confirmer sa réputation et son statut grandissant aux yeux des scouts NBA. En effet, Dallas a manifesté son intérêt pour ce shooteur cet été et l’avait invité à la summer league au côté… d’Axel Toupane. Un autre joueur majeur de Saragosse est connu par l’un de nos SIGman : Rasko Katic. Ce pivot « à l’ancienne », physique et expérimenté (33 ans), était le coéquipier de Tadija Dragicevic la saison dernière à l’Etoile Rouge de Belgrade. Membre de l’équipe de Serbie qui a décroché l’argent cet été, il apprécie le petit périmètre et, n’hésite pas à ‘‘malaxer les côtes’’ de son vis-à-vis afin de faire sa place… dans la plus pure tradition serbe ! Un second joueur serbe joue un rôle important dans l’effectif, en sortie de banc, en la personne de Stevan Jelovac. Ce jeune poste 4 de 25 ans arrive de Vilnius et apporte un complément en termes d’intensité et de défense, à l’image de l’ensemble des intérieurs de cette équipe. Enfin le pivot international néerlandais, Henk Norel, est un aspirateur à rebonds du haut de ses 2m10. Joueur très rentable, c’est une rotation de choix pour l’équipe.

Mais où sont donc les Espagnols dans cette équipe? Beaucoup de jeunes fourmillent autour mais le joueur le plus en vue est sans doute Pedro Llompart. Meneur expérimenté (32 ans), il entame sa 3e saison à Saragosse. Joueur très percutant, il provoque facilement les fautes de ses adversaires grâce à des drives justes et rapides. Doté d’une excellente vision du jeu, il distille ses passes décisives avec une précision chirurgicale. Joan Sastre apporte aussi, en sortie de banc. Habitué aux équipes nationales de jeunes, il était l’un des cadres de l’équipe espagnole U20 championne d’Europe en 2011 (14,5pts et 3,6rbs en 22min de moyenne). Cet ailier shooteur, dans la plus pure tradition espagnole, est une pépite en devenir à surveiller à coup sûr. Ajouté à tout cela Pere Tomas Noguera qui peut apporter sa fougue et son envie, et vous obtenez au final une équipe une nouvelle fois très complète.

 Franklin Tellier

L’anecdote… historique !

Cela n’aura échappé à personne, la semaine dernière, lors de la victoire 86-83 face à Bonn, la SIG a réalisé un exceptionnel 13/19 à 3 points. Antoine Diot et ses coéquipiers ont fini à 68% de réussite derrière la ligne des 6m75. Exceptionnel ? Le mot n’est pas trop fort! Sur les 10 dernières années, aucune équipe de la SIG n’avait réussi à inscrire plus de 2 tentatives sur 3 (ndlr: 66%) derrière l’arc, lors d’un match, que ce soit en ProA, en play-offs ou en coupe d’Europe !

Ainsi, depuis la saison 2004/05, la meilleure performance en coupe d’Europe était celle réalisée le 27 novembre 2007 en coupe ULEB. Lors de la victoire de la SIG face à Den Bosch, 97-85, Afik Nissim et consorts avaient réalisé un joli 60% de réussite à 3 points (12/20). En ProA, l’ancien record était lui un peu plus élevé, avec 66% de réussite. Celui-ci fut réalisé même à trois reprises. Le plus récent datait du 7 novembre 2009 lors de la victoire face à Chalon, 105-90, avec Alain Digbeu en fer de lance.

A contrario, durant la même période, la plus mauvaise soirée à 3 points, est sans doute arrivée un soir de février 2006. Lors d’un match d’Euroleague à Vitoria, perdu 80-54, les SIGmen n’avait pas inscrit le moindre panier à 3 points. Ce 0% représentait à lui seul la détresse des joueurs ce soir-là…