Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Howard
Actualités Un pas de géant ?

Un pas de géant ?

Toujours à l’aise dans ses baskets, elle l’a prouvé samedi au Havre, la SIG tentera de frapper un grand coup ce mardi soir (20h30, en direct sur Alsace20 et Eurosport, 22h30 en différé sur Eurosport2) à Bologne contre Reggio Emilia. Mais les Italiens sont d’un autre calibre et pour faire un grand pas en avant dans la perspective de la qualification, il faudra encore hausser le ton en défense.

Depuis le bus qui ramène son équipe du Havre vers Roissy, dimanche soir, après une séance d’entraînement aux Docks Océane, Vincent Collet ne cache pas sa satisfaction. « On a eu la main mise sur le match et contrôlé le rythme comme on l’a souhaité. Il faut féliciter Louis [Campbell] et Antoine [Diot] dont l’entrée dans le cinq a été très bénéfique. On ne leur a pas laissé de contre-attaques et on les a obligés à défendre », se félicite le coach. Largement de quoi prendre le large et se faciliter la tâche malgré un deuxième quart plus délicat où les remplaçants, pour une fois, n’ont pas réussi à prendre le sillage des titulaires.

mussini

Federico Mussini, 18 ans seulement, face au Parisien Mike Green, est le meilleur marqueur de Reggio Emilia en Eurocup ! Attention, danger !

Records battus à Varèse

Mais il faut déjà rebasculer vers l’autre compétition, celle qui focalise l’attention. Et là, le discours de Collet change : « Reggio Emilia est beaucoup plus fort que Le Havre ! Ils ont des jeunes remarquables, comme Della Valle ou Mussini, l’avenir du basket italien, Cinciarini qui est le meneur de l’équipe nationale, Polonara ou Cervi. Et des étrangers solides comme Kaukenas ou Lavrinovic. Leur victoire contre Bamberg en dit long »…

Les joueurs de la Grissin Bon sortent surtout d’un match de championnat extraordinaire samedi à Varèse, contre Yakhouba Diawara, Willie Deane ou Kristjan Kangur. Les adversaires de la SIG ont égalisé au buzzer grâce à un panier à trois points de Cinciarini (80-80), avant de s’imposer 112-118 après… trois prolongations dans un match qui a battu plusieurs records de l’histoire de la Liga italienne : 38 paniers à trois points réussis (19 pour chaque équipe), 93 tentés ! Mais aussi un énorme 39 sur 51 aux lancers-francs pour Reggio Emilia. Alors on peut imaginer que les Italiens seront peut-être fatigués, quatre joueurs ayant évolué entre 42 et 47 minutes ! Ce serait mal connaître leur histoire en Coupe d’Europe où ils restent sur 10 succès consécutifs à domicile, neuf en Eurochallenge l’an passé, un trophée qu’ils ont remporté en battant St-Petersbourg en finale, un dixième contre Bamberg il y a deux semaines.

SIG-SARAGOSSE-221014-17 LACOMBE

Paul Lacombe : le déclic en Italie pour le combo strasbourgeois ?

Elever encore le niveau défensif

« Ils alternent la défense en homme à homme et la zone et il faudra s’adapter. Et puis surtout élever notre niveau défensif, insuffisant à Bonn. On ne les tiendra pas à 60pts comme nos adversaires du championnat. C’était déjà mieux contre Saragosse mais il ne faudra pas prendre 85pts », prévient Collet. Même sans Drake Diener, sa star, blessé, même sans Darjus Lavrinovic, remplacé par son jumeau Kristof, Reggio Emilia, qui a embauché Donnel Taylor en qualité de pigiste médical, sera redoutable.

Mais la SIG misera sur ses 10 vaillants soldats, l’inépuisable et précieux Matt Howard en tête, – « il a encore été très, très bon au Havre », glisse Collet – encouragés par un Romain Duport qui sera du voyage et qui intègre petit à petit le groupe, à l’entraînement tout d’abord en attendant d’apporter son concours dans les matches.

Les Strasbourgeois savent mieux que quiconque qu’un succès en terre transalpine les placerait idéalement dans la course à la qualification. Même s’il était acquis, comme lors des deux premières rencontres, sur un tir à la sirène ! « Ce match peut déjà être un tournant, insiste Ali Traoré, fer de lance de l’attaque strasbourgeoise. Nous aurions alors déjà deux victoires à l’extérieur, autant dire que nous serions idéalement placés. On fera tout pour y parvenir… »

Jean-Claude Frey