Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-NANCY-22052014-014
Actualités Maîtriser Nancy, l’éternel rival

Maîtriser Nancy, l’éternel rival

La SIG retrouve Nancy qu’elle avait souvent croisé la saison dernière. Ce lundi (20h30 au Rhenus), il lui faudra vaincre pour accentuer l’écart sur ses poursuivants. Mais ce match entre vieux ennemis qui se connaissent par cœur, risque fort d’être aussi compliqué que l’haletante série de la demi-finale de play-offs du printemps. Tous les soutiens seront les bienvenus.

_MG_6557Lorsqu’on évoque l’idée d’un derby, Vincent Collet répond d’abord par une boutade, un clin d’œil à la réforme de la carte territoriale. « Il faudra d’abord jouer la suprématie de l’ALCA ! (NDLR : Alsace-Lorraine-Champagne/Ardenne) ». Mais rapidement, l’aspect sportif reprend le dessus. Et si les Strasbourgeois voguent toujours en tête de la ProA avec Limoges qui affrontera au même moment la lanterne rouge, Boulogne, ils veulent surtout profiter du revers subi ce samedi à Orléans par Gravelines. « Gagner pour rester co-leader, bien sûr, lance le coach, mais aussi pour prendre deux victoires d’avance sur le troisième. Même si nous sommes encore loin de la 34e journée, ce qui est pris, est pris ».

A la croisée des chemins

Nancy n’a pas pris le meilleur départ en ProA, mais reste largement dans la course à la Leader’s Cup et à la qualification pour le Last 32 en Eurocup. Vincent Collet sait que l’enchaînement des rencontres – ce qui n’était pas le cas des Lorrains la saison dernière – pèse sur les résultats. Et quand un élément comme Florent Pietrus ou Vaugh Duggins se blesse, cela complique les choses. On peut y ajouter l’absence de rendement de Krupalja, remplacé il y a peu par Ryan Reid, coéquipier de Matt Howard à Roanne.

« Nancy va être au complet, s’inquiète Collet, ce qui n’était pas le cas depuis longtemps et sera d’autant plus dangereux. Le retour de Flo est essentiel compte tenu de l’impact qu’il a. Il va densifier un secteur intérieur qui était déjà bon. Avec l’apport de Reid au côté de Falker et Pietrus, sans oublier Zianveni juste derrière, le SLUC présente une des meilleures raquettes du championnat ».

Et ce n’est pas tout. Car le secteur extérieur ne manque pas d’atouts non plus, même si le coach alsacien, le définit comme « imprévisible ». « Darius Adams, le meneur, est un joueur très talentueux mais avec lequel on ne sait jamais vraiment ce qui va se passer. Il peut marquer 30 points et plier n’importe quelle équipe, mais il peut aussi jouer tout seul et oublier ses partenaires. Le prototype du joueur dangereux car l’équipe dépend beaucoup de lui. Il vaut mieux prévoir le pire… Quant à Sergii Gladyr, il a aussi une amplitude de performance qui peut faire froid dans le dos. Pas seulement comme shooteur, il peut être agressif, jouer sans la balle. Enfin, le Facteur X de Nancy, Bandja Sy, en gros progrès, un phénomène athlétique, longiligne, qui met les tirs à trois points et se régale en pénétrations ».

Collet n’oublie pas Duggins, « l’électron libre », venu du Mans, pour affirmer que « cette équipe est plus dangereuse que l’an passé. Les efforts de Coupe d’Europe qu’ils ne disputaient pas l’an passé, a créé quelques complications, mais ce sera un match très piégeux compliqué ». Car quoi qu’on en pense, la série demi-finale est encore dans les esprits. « On s’en était sorti miraculeusement grâce à Jérémy Leloup et Bootsy Thornton, poursuit Collet. Et l’ossature d’équipe est identique, notamment à l’intérieur où on avait beaucoup souffert ».

Retrouver le rythme

Pourtant, la SIG, de son côté, est plus solide que l’an passé, surtout en défense. Collet en convient mais il ajoute : « Il faudra être prêt à affronter leur alternance défensive et faire respecter le Rhenus ». Si la fatigue du déplacement et de la prolongation disputée à Saragosse a été effacée par le repos accordé aux joueurs strasbourgeois, il faudra paradoxalement retrouver le rythme après cinq jours sans match. « L’exemple de la seule défaite subie en ProA, dans un match décalé au lundi, reste dans les esprits. Cela crée une cassure dans le rythme des matches. A nous ne parvenir à nous mobiliser. Avec l’avantage, cette semaine, de jouer trois fois chez nous ».

Et pour le public strasbourgeois, l’occasion de saluer les « héros » de Saragosse et de découvrir un Mickaël Gelabale très motivé sous le maillot de la SIG. Et comme le rajoute Vincent Collet avec un large sourire, rappelant que l’heure n’est pas encore à la fusion des régions. « Il ne faut pas que le Lorrain se sente déjà chez lui ! » Chiche…

Jean-Claude Frey