Basket
170623_playoff_finale.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Paris-SIG Traoré Ford
Actualités Un autre visage à Paris ?

Un autre visage à Paris ?

Dix jours après son premier revers en Eurocup, la SIG retrouve Paris-Levallois, en ProA cette fois (20h45, en direct sur Canal+ Sport). Elle défendra à nouveau, dans la capitale, sa position de leader avec plus de réussite, on l’espère. Même si le contexte sera difficile.

Paris-SIG Diot Lang

Antoine Diot (ici face à Nicolas Lang) devra s'imposer à nouveau en patron de la SIG ce soir à Paris.

Il restait trois ou quatre minutes à jouer, mercredi soir contre Bonn quand Vincent Collet s’est tourné vers son assistant, le fidèle Pierre Tavano pour lui glisser à l’oreille : « Ils sont à 42 points. On les a concassés, comme d’autres avant eux… » Les Allemands finiront à 48, « éparpillés façon puzzle » comme tiraient les Tontons flingueurs. Un total qu’ils avaient précédemment bien souvent atteint à la mi-temps… La SIG avait retrouvé toutes ses valeurs en défense, alignant aussi, un petit record, 11 contres !

L’armada parisienne en confiance

Mais les défis s’enchaînent à la vitesse grand V, et ce soir, c’est une tâche plus ardue encore qui attend les coéquipiers de Louis Campbell. Car si l’on peut parler de revanche après la défaite du 11 novembre en Eurocup (76-61), si de toute évidence il faudra hausser le niveau, la rencontre du jour sera compliquée. « Ce sera forcément un match différent, prévient Collet, et ce serait déjà bien que le vainqueur ne soit pas le même ! » Le technicien strasbourgeois sait que son équipe a raté le coche la semaine dernière. « Les Parisiens étaient en manque de confiance et on n’a pas su saisir cette chance. Paradoxalement, le contexte sera plus compliqué ce vendredi. Car cette fois, ils auront beaucoup plus de confiance, ils ont commencé une série et auront envie de la poursuivre. Avec un bilan équilibré – quatre victoires, quatre défaites –, le PL a encore tout à faire pour aller à la Leaders’Cup ».

Autant d’arguments qui incitent à la plus grande prudence. Mais le plus percutant de ces arguments, c’est la valeur de l’effectif francilien, qui a intégré depuis deux matches un nouveau joueur, Dionte Christmas, « censé apporter de la percussion, là où nous n’avions que des shooteurs à trois points », selon Greg Beugnot, le coach parisien. « Il y a du talent, mais aussi quatre forts joueurs d’attaque avec Green, Schilb et Ford, puis désormais Christmas, souligne Collet. Paris est sans doute l’équipe la plus armée pour émerger derrière le trio de tête Limoges, SIG, Nanterre ».

Pour avoir pris du retard à l’allumage après deux premiers succès à l’extérieur (défaites à domicile contre Gravelines, Pau-Orthez et Chalon, mais aussi à Dijon), Paris-Levallois n’a pas justifié le statut que lui accordaient les observateurs en début de saison. Et c’est contre… la SIG que l’équipe de Beugnot a réellement enclenché la mécanique, s’imposant aussi contre Reggio Emilia puis Saragosse, tout en l’emportant à Bourg-en-Bresse.

S’appuyer sur ses valeurs

Est-ce à dire que la SIG ira dans la capitale résignée ? Sûrement pas. « Nous avions mal joué, encaissé 76 points mais surtout fait une succession de mauvais choix et enchaîné les maladresses. Il faudra plus d’engagement défensif et être bon des deux côtés du terrain. Contourner le mur dans lequel on s’était empalé car on sait que les équipes de Greg Beugnot protègent toujours très bien la raquette ».

Vincent Collet est convaincu que son équipe a progressé dans la manière d’aborder ce genre de rendez-vous. Il faudra cependant en apporter la preuve sur le terrain, sans garantie pour autant de l’emporter. « On peut faire un meilleur match, un bon match, et perdre car l’adversaire est tout de même très solide », martèle-t-il. Dans une salle – la Halle Carpentier –, où les Parisiens n’évoluent pas souvent, la SIG espère infliger un 4e revers à domicile au PL. En quatre rencontres, ils n’ont gagné qu’une fois, miraculeusement, contre Villeurbanne. Alors qu’ils restent invaincus (trois sur trois) en Eurocup. Etrange paradoxe qu’il n’y a aucune raison d’interrompre…

Ali Traoré devra être patient face à un énorme Sharrod Ford (meilleur rebondeur de la ProA, 3e à l’évaluation), Louis Campbell et Axel Toupane devront contrôler Mike Green (2e passeur de la Ligue derrière… Antoine Diot), Jérémy Leloup ou Anthony Dobbins coller aux basques de Blake Schilb dont on connaît les points forts, Antoine Diot jouer les « patrons » face à son ancien club, et tout le collectif devra s’opposer à la puissance athlétique de Sané, Labeyrie ou JBAM et à l’efficacité des « pointeurs » que peuvent être Nicolas Lang, Maleye Ndoye ou Xavier Corosine auxquels s’ajoute désormais Dionte Christmas.

Une fois de plus, ce n’est qu’en s’appuyant sur ce qui a fait sa force depuis le début de saison, la capacité à se passer la balle et à trouver les bonnes solutions offensives, et à défendre collectivement, avec l’abnégation que symbolise Matt Howard, que la SIG se donnera les meilleures chances de rester à hauteur de Limoges.

Jean-Claude Frey