Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Bonn - SIG Toupane Lawrence
Actualités Un ticket à prendre

Un ticket à prendre

Le premier match retour d’Eurocup, ce mercredi (20h) au Rhenus contre Telekom Bonn, pourrait bien être un tournant de ce début de saison. Un succès de la SIG validerait le ticket pour le tour suivant, une défaite compliquerait sérieusement la suite…

Bonn-SIG Taylor Lacombe Fofana Klimavicius

Ryan Brooks qui déborde Paul Lacombe en profitant de l'écran de Klimavicius fait partie des remplaçants de luxe de Bonn.

Tous ceux qui l’ont vécu n’oublieront pas de sitôt l’incroyable scénario qui s’est déroulé le 15 octobre au Telekom Dôme de Bonn. Menée de cinq points à 19 secondes de la fin, la SIG a renversé la situation en scorant à trois reprises à trois points… Un succès inespéré (83-86) qui reste en travers de la gorge des Allemands. « Ce sera difficile de l’emporter mais malgré tout nous serons particulièrement motivés après l’amère défaite de la première confrontation ». Matthias Fischer, le coach de Bonn, n’y va pas par quatre chemins.

« Ne pas gâcher »

A Strasbourg aussi, joueurs et entraîneur ont saisi l’importance de cette rencontre. « Ce match est très capital pour la suite. Si on gagne, on les met à deux succès et on prend forcément le panier average. Autant dire qu’ils seront définitivement derrière nous. Si on perd de plus de trois points, ils passent devant. On veut se qualifier, dans le top 2 de surcroît, on sait donc ce qu’il reste à faire. Il ne faut surtout pas gâcher le bénéfice de notre succès à l’extérieur ».

Oui mais voilà. Bonn a des arguments. L’équipe qui marque le plus de paniers à trois points de toute l’Eurocup (12,4 en moyenne) à 45% de réussite de surcroît, regorge de talents offensifs. Et après six victoires consécutives – trois en championnat dont une convaincante contre Bamberg (85-80), trois en Eurocup face à Saragosse, Paris-Levallois et à Reggio Emilia –, elle n’a été stoppée à Ulm ce dimanche (82-77) que par un dernier quart temps manqué (24-13). « Ils ont marqué 62 fois derrière la ligne en Eurocup, nous 32… » souligne Collet. On pourrait ajouter que 13 de ces 32 paniers strasbourgeois ont été inscrits… à Bonn, sur 19 tentatives seulement. Ce qui pour les Alsaciens est une authentique performance, est monnaie courante chez les Rhénans. « Veikalas est particulièrement efficace, mais Caloiaoro, McConnell et Wachalski, qui avait réussi une série de 6 sur 6 à l’aller sont redoutables dans cet exercice », prévient l’entraîneur de la SIG. Dans chaque rencontre d’Eurocup, ils ont été six joueurs au moins, à chaque fois, à marquer derrière l’arc, huit contre Paris !

S’appliquer en défense

Comment stopper ces gâchettes ? « En défendant mieux qu’à l’aller. On ne peut plus être surpris par ces qualités de notre adversaire ». Au-delà de cette lapalissade, Collet rappelle que la SIG ne laisse que 27% de réussite à trois points à ses vis-à-vis en ProA, mais 44% en Eurocup. « C’est un peu de la faute des adversaires, qui sont bons, mais un peu notre faute à nous aussi. Il faut que nous n’allions pas trop loin dans les aides, que nous soyons meilleurs dans les reprises et aussi que nous défendions plus fort sur les drives d’Eugene Lawrence, une sorte de Tim Hardaway, au premier pas de feu, qui alimente les shooteurs après ses pénétrations ».

Bonn a aussi des lacunes, c’est évident. La défense la plus permissive de l’Eurocup (36e avec 88 points encaissés), laisse l’adversaire tirer à 56,4%. « Leurs grands sont relativement lents, il faudra en profiter. Pour atteindre dès ce mercredi notre objectif de début de saison : la qualification et aussi, une progression constante de notre fonds de jeu pour être compétitif le plus longtemps possible dans les deux compétitions. Car en championnat, il faudra être beaucoup plus forts en play-offs. La Coupe d’Europe sert à cela. A tout remettre en perspective et à corriger des choses qui nous serviront plus tard en ProA », insiste Vincent Collet.

Chaque chose en son temps, toutefois. Avec le Rhenus derrière elle, la SIG au complet (Paul Lacombe qui a manqué deux entraînements en raison d'une gastro-entérite sera bien là) veut déjà, dès mercredi, valider son ticket pour le Last32 qui débutera en janvier. Et garder les commandes du groupe A. Le meilleur moyen de maintenir ses adversaires à distance et d’avoir un œil sur la première place.

Jean-Claude Frey

Le programme de la 6journée

Paris-Levallois - Saragosse           90-87

SIG - Bonn                                       me 20h

Bamberg - Reggio Emilia               me 20h

Le classement

1) SIG                         9pts    5          4          1          378-378

2) Paris-Levallois      9pts    6          3          3          463-463

3) Bamberg               8pts    5          3          2          416-355

4) Bonn                      8pts    5          3          2          418-440

5) Saragosse              8pts    6          2          4          505-513

6) Reggio Emilia        6pts    5          1          4          368-399