Basket
170623_playoff_finale.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
J11_SIG-bourg_Espoirs_03
Actualités Centre de formation : et de sept pour les espoirs

Centre de formation : et de sept pour les espoirs

En s’imposant à Chalon, une référence, les espoirs de la SIG ont décroché leur 7e victoire consécutive et se maintiennent, eux aussi, seuls en tête du classement. Les cadets, vainqueurs du match au sommet contre Gravelines ont rejoint leurs victimes en tête.

J11_SIG-bourg_Espoirs_01

Après leur succès sur Bourg, les espoirs remercient leurs supporteurs.

LES BRESSANS NE LÂCHENT RIEN. – Le match contre Bourg-en-Bresse, disputé il y a près de deux semaines avait tout d’une formalité. Mais les Bressans ont résisté, longtemps, poussant les Alsaciens dans leurs derniers retranchements. Plus petits, plus vifs, ils ont obligé la SIG à défendre longtemps, misant sur l’usure. 10-12 à la fin du premier quart (avec un modeste 2 sur 10 à l’intérieur…), 26 partout à la mi-temps.

LE BREAK, ENFIN ! – Menés 28-33, Bouquet, Labanca et consorts se rebiffent et à l’arrivée, au terme d’un match jamais facile, les leaders s’imposent (58-51).

Les marqueurs : Ntilikina 5, Bouquet 13, Labanca 14, Eber 2, Ekembe, Nicolas 6, Laporal 4, Bah 5, Francois 9, Flick.

L’ADRESSE DE NICOLAS. - Contre l’Elan Chalon, considéré comme l’un des meilleurs centres de formation de l’hexagone, la tâche s’annonçait rude. Leur secteur intérieur s’annonçait beaucoup plus athlétique que celui de la SIG. L’objectif était donc d’être plus fort qu’eux au sol. Les jeunes protégés de Lauriane Dolt ont toutefois profité d’un avantage considérable dans cette confrontation : l’adresse incroyable de Tanguy Nicolas en première mi-temps, au cours de laquelle il réussissait un exceptionnel 5 sur 5 à trois points ! De quoi prendre de l’avance (19-22 à la fin du premier quart puis surtout 31-40 à la pause).

CONCENTRATION ET SÉRIEUX. – Le match se décantait ainsi petit à petit et les espoirs de la SIG montraient maîtrise, concentration et sérieux tout au long du match. Malgré le retour de Chalon à 5 points seulement, aucune panique n’est décelée côté strasbourgeois. Bien au contraire, dans la dernière période, les visiteurs gèrent leur avance et s’imposent 60-73. L’heure de vérité approche puisqu’ils rencontreront prochainement leurs deux poursuivants, Nanterre ce lundi à 17h, puis Gravelines le 17 janvier. Les deux fois à l’extérieur… Auparavant, ce samedi à 17h, place à Châlons/Reims.

Les marqueurs : Ntilikina 12, Bouquet 0, Labanca 17, Ekembe 0, Nicolas 18, Laporal 8, Bah 6, Francois 12.

L’AVENTURE DE LA COUPE. – Demi-finalistes, l’an dernier, les espoirs de la SIG rêvent de refaire carrière et Coupe de France. Pour leur entrée, ils étaient comme la saison dernière, opposés à l’AU Schiltigheim qui évolue désormais en Nationale 3. La SIG avait misé sur la taille et laissés plusieurs cadets au repos pour éviter une surcharge de compétition (match espoir à Chalon samedi, match cadets contre Gravelines dimanche). Avec un handicap de 7 points au départ, les Strasbourgeois étaient derrière toute la première période, d’une dizaine de points. En deuxième mi temps, ils trouvaient enfin la cible et déroulaient de mieux en mieux leur jeu. La défense était plus compacte et, petit à petit, la SIG prit le dessus pour passer devant et garder la maîtrise du match : 59-69.

Les marqueurs : Bouquet 10, Kwedi 7, Labanca 17, Abbah 4, Nicolas 10, Laporal 10, Bah 5, Francois 4, Flick 2.

Les cadets se rebiffent

SUCCÈS SANS FRAYEUR. – Victorieux d’un point seulement à l’aller, les cadets avaient à cœur d’assurer contre Châlons/Reims qu’ils recevaient. Ils redoutaient particulièrement le duo Delvart et Lombilo qui les avaient fait souffrir en Champagne. Mais cette fois, la défense a bien tenu, laissant le premier à cinq points seulement, le second se réveillant dans le dernier quart pour finir à 12 points. Le match était alors joué depuis longtemps.

ADROITS. – Équilibrée au début, malgré une défense bien en place, la partie basculait dans le deuxième quart. L’attaque, fluide, offrait cinq paniers à trois points, dont deux pour le seul Ekembe, et la SIG prenait le large. Malgré un petit relâchement sur la fin, ce fut une victoire sans frayeur : 77-55.

Les périodes : 11-11, 28-14 (mi-temps : 39-25), 22-10 (61-35), 16-20

SOMMET. – Il restait alors à boucler la première phase en accueillant le leader Gravelines. Un choc au sommet, dans lequel les jeunes SIGmen avaient à cœur de se révolter après la déroute subie à l’aller (-27) ! « Ils ont très bien répondu aux formes de jeu qui nous avaient mis en difficulté à l’aller », se réjouit Abdel Loucif, leur coach. Avec une défense de fer sur les « un contre un », la SIG domine, mène 35-24 à la mi-temps.

LE RÊVE PASSE. – Mieux même, dans le troisième quart, les Strasbourgeois prendront 20 points d’avance, alors qu’ils étaient pourtant privés de Samuel Eber et de Louis Rucklin, blessés. Mais Frank Ntilikina (24 points), au four et au moulin, et David Ekembe (15pts) menaient la barque. Hélas, la fatigue et le poids des fautes ne permirent pas de reprendre le panier average et… la première place. La SIG se contentera de partager le fauteuil, devancée par les Nordistes à la différence de points, s’imposant finalement 57-50. Une excellente préparation aux rudes joutes de la poule haute qui les attend. Reste à savoir s’ils seront versés dans le groupe nordiste et parisien, ou dans celui du Sud (ASVEL, Bourg-en-Bresse, etc.).

Les périodes : 16-8, 19-16 (mi-temps : 35-24), 13-9 (48-32), 9-17.

J.C.F.