Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-ChalonsReims201214-12
Actualités Comment rebondir ?

Comment rebondir ?

La défaite contre Châlons/Reims a stoppé net le bel élan. Rincés, les joueurs de la SIG s’en vont pourtant défier Nanterre qui les talonne (lundi à 20h30, en direct sur Sport+). Auront-ils la force physique et surtout mentale de rebondir ?

Pour la première fois de la saison, la SIG a perdu deux matches d’affilée. Si celui de mardi contre Paris-Levallois ne portait pas à conséquence, il était pourtant déjà révélateur d’un fléchissement, notamment offensif, amorcé à Chalon et malheureusement confirmé ce samedi. De plus, comme toujours en pareil cas, les petits bobos apparaissent ça et là, à l’image d’Antoine Diot, en délicatesse avec sa cuisse. « La fatigue est générale et la période s’y prête », commence Collet après une séance à la carte essentiellement destinée à la récupération. L’enchaînement des matches ne facilite pas les choses et c’est peut-être mieux de jouer rapidement pour « oublier » la bévue de Châlons/Reims. « Nous sommes déçus mais on va aussi voir si nous avons la capacité à nous remobiliser », estime le coach.

Fatigue mentale

Avant de poursuivre : « C’est le troisième match où nous sommes faiblards, offensivement alors que la digue défensive tient bon. Cinq points et 1 d’évaluation dans le 3e quart temps, c’est sans doute un record. Et pourtant, grâce à la défense, nous nous sommes donné les moyens d’y croire jusqu’au bout. Mais nous avons été insuffisants sur les fondamentaux du jeu offensif. On ne peut pas commander le retour de l’adresse mais on doit retrouver la rigueur sur les bases du jeu ».

Un point de vue qui fait implicitement penser que la fatigue n’est pas seulement physique, la débauche d’énergie restant énorme en défense, mais aussi mentale, les objectifs de début de saison, en Eurocup et dans la perspective de la Leaders Cup étant atteints…

Pas le meilleur endroit pour se refaire la cerise

Le match qui vient mène cependant les Strasbourgeois à Nanterre, en pleine bourre. Meilleure attaque de ProA, avec 304 pts dans les trois derniers matches contre… 183 à la SIG (!), l’équipe banlieusarde reste sur cinq victoires consécutives en championnat et a incontestablement le vent en poupe. « C’est une équipe talentueuse où tous les Américains (NDLR : Clark qui devrait bientôt céder sa place de pigiste médical à T.J. Campbell, Shuler, Weems ou Riley) mais aussi Jaiteh peuvent marquer 20 points, souligne Vincent Collet. Mais il ne faut pas être obsédé par la victoire. Nous sommes en saison régulière. En revanche, il ne faut pas se tromper sur le mode d’emploi pour reprendre notre marche en avant ».

Si la SIG devait l’aborder de la même façon que celui de samedi, sur un mode ‘’run and gun’’, « elle n’aura pas une chance sur 1000, selon le coach. En revanche, le danger qui se présente peut ressouder l’équipe ».

Un match particulier pour Traoré
SIG-ChalonsReims201214-15

Ali Traoré, passé entre les gouttes samedi, aura à coeur de briller face à Nanterre. Mais sans oublier le collectif.

Il faudra surtout retrouver la traction arrière défaillante contre les Champenois. « Mais elle avait tellement souvent porté l’équipe depuis le début de saison », rappelle fort justement Collet. Pas question bien sûr de jeter la pierre à Louis Campbell ou à Antoine Diot qui retrouveront à coup sûr l’envie et les jambes lundi.

Ce choc face au champion 2013 sera aussi un rendez-vous particulier pour Ali Traoré qui l’avait coché sur le calendrier dès le mois d’août. On se souvient qu’il avait disputé trois mois d’Euroleague avec Nanterre et que la séparation, il y a tout juste un an, ne lui a pas laissé que des bons souvenirs.

L’essentiel, toutefois, sera de garder le contrôle du tempo. Sous peine d’être sévèrement puni. En obligeant Nanterre à défendre longtemps, sur chaque possession et en espérant bien retrouver un semblant d’adresse. Histoire de passer Noël au chaud avant d’affronter coup sur coup Rouen le 26 puis Boulogne le 28. Et de goûter enfin un repos largement mérité.

Jean-Claude Frey