Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-PARIS-161214-10 HOWARD
Actualités Fin de série…

Fin de série…

Comme à l’aller, la SIG a cédé en Eurocup face à Paris-Levallois (71-75). Son sursaut final, louable, n’a pas effacé un troisième quart où la défense a été trop laxiste face aux artilleurs franciliens. Cap maintenant sur le deuxième tour face à des adversaires qui seront connus mercredi soir puis vendredi.

SIG-PARIS-161214-09 CAMPBELL

Louis Campbell a bien tenté de secouer ses équipiers mais cela n'a pas suffi.

C'était peut-être un match sans enjeu, mais chacune des deux équipes avaient à cœur dès l’entame et pour des raisons diverses, de l’emporter. Paris pouvait viser la 3e place, la SIG un dixième succès d’affilée. Le PL avait aligné son cinq habituel alors que Collet innovait en lançant Fofana et Lacombe avec les habituels Campbell, Leloup et Howard. Mais à l’image de Fofana, très actif, les « remplaçants » se montraient à leur avantage, en défense notamment. Et Campbell, avec des jambes de junior, plaçait la SIG en tête (6-4, 4e’) avant la réplique de Schilb et Labeyrie derrière l’arc : 6-9.

Paris muet pendant six minutes

Beugnot ouvrit rapidement son banc, envoyait JBAM, Christmas, Corosine puis Ndoye dans l’arène. Mais c’est la défense (six interceptions) et le collectif des Strasbourgeois qui se montraient avec Matt Howard très présent sous le cercle, et l’entrée de Diot provoquait le premier écart : 15-9 à la fin du quart temps. Dommage que Paul Lacombe, touché à l’arcade et… suturé, dut quitter ses coéquipiers précocement.

Paris restera silencieux pendant… huit minutes et les Strasbourgeois, par Diot encore puis Traoré filaient à 22-9 (12e’). Huit minutes durant, Paris-Levallois aura aligné un triste 0 sur 10 aux tirs. La colère de Beugnot entre les deux périodes n’y avait pas changé grand chose. Il aura fallut une… faute non sanctionnée de Landing Sané sur Dragićević au rebond pour stopper enfin la mauvaise série.

En réalité, c’est plutôt la SIG qui se mit à déjouer, en attaque notamment, offrant autant de munitions à des Parisiens qui retrouvaient de l’oxygène : 27-21 et même 29-28 (19e’), grâce à Schilb (13pts 5 sur 7 aux tirs et 13 d’évaluation en 14’), très en jambes. Heureusement, Traoré redonnait un peu d’air aux siens à la pause : 33-30.

La grêle sur le Rhenus

Paris entamait à nouveau mieux la période (0-5) et la SIG se compliquait la tâche, obligée de courir après le score : 37-41 (24e’). Leloup en « deux plus un » et Dobbins après une balle volée inversait la tendance : 42-41. Et puis soudain, les artilleurs parisiens se déchaînaient : cinq sur cinq à trois points avec Christmas, Schilb, Lang et surtout Sané pour conclure. La SIG allait encaisser 28 points dans la période, presque sans broncher… Empruntée en attaque, malgré un honorable 7 sur 12 aux tirs, elle avait laissé les Parisiens s’installer dans leur zone de confort (11 sur 19 dont 5 sur 7 à trois points dans la période), ce que tous leurs adversaires paient en général au prix fort…

Traoré avait ramené son équipe à 53-58 – alors que l’évaluation était largement favorable aux Strasbourgeois : 73 à 59 – mais petit à petit, la SIG baissait de pied. La défense manquait d’intensité, les jambes étaient lourdes et la maladresse de plus en plus marquée. En face, les hommes de Beugnot se régalaient à l’image de Blake Schilb (23pts, 24 d’évaluation) et filaient à 57-64 et 58-69 (37e’) et 61-71 (38e’).

Le dernier sursaut apportait la preuve que la SIG ne voulait pas céder une fois encore en Eurocup face au même adversaire (68-71 puis 71-73), mais les lancers manqués et le rebond laissé au PL scellaient le sort d’un match que les Strasbourgeois n’ont pas perdu dans les dernières minutes, mais bien avant.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – PARIS-LEVALLOIS 71-75. Rhenus Sport . 3 068 spectateurs. Arbitres : MM. Radovic (Croatie), Ovinov (Russie) et Martolini (Italie).

Les périodes : 15-9, 18-21 (mi-temps : 33-30), 20-28 (53-58), 18-17.

Les statistiques

Les résultats

J10 Ec V2

Les réactions

Vincent Collet : « On a eu un bon passage après un début délicat. Mais on a gâché et permis à Paris de revenir au contact. Après on a pris la grêle dans le 3e quart temps un peu par notre faute mais aussi par la qualité des Parisiens. On a tout de même tenu, mais le fait qu’ils prennent les commandes a eu un effet double : on a paniqué et perdu notre basket en attaque, en voulant forcer la décision près du cercle dont ils avaient fermé l’accès. L’écart est monté. Lorsqu’on a à nouveau aéré le jeu et on est venu les titiller. On n’aime jamais perdre mais c’était un match qui ne changeait rien. Il faudra essayer de qualifier lors du second tour et surtout gagner contre Châlons/Reims avant d’aller à Nanterre. »

Anthony Dobbins : « C’est décevant d’avoir perdu mais le plus décevant c’est d’avoir concédé 28 points dans le troisième quart temps. Bedaucoup trop pour une équipe dont la défense est la marque de fabrique. La phase préliminaire est terminée, on est qualifié pour la suite où on aura encore des choses à prouver. Si on perd qu’une fois après chaque série de neuf victoires, c’est pas trop grave ».