Basket
pub_banniere_boutique_en_ligne.jpg
pub_banniere_boutique_en_ligne_v2.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Rouen261214-03
Actualités Finir l'année en beauté...

Finir l'année en beauté...

Pas le temps de se reposer… 48h après s’être remis la tête à l’endroit, la SIG se déplace à Boulogne-sur-Mer, en clôture de ce mini marathon de 4 matches, pour les journées de Noël de la LNB. Mais ce sera aussi leur 29ème et dernier match, de 2014, en 96 jours, avant un mini break de quelques jours bien mérité.

SIG-Rouen261214-16

Un dernier effort pour Jérémy et ses coéquipiers

Un match tous les 3 jours et demi en moyenne ; voilà ce que les coéquipiers de Jérémy Leloup ont dû encaisser jusqu’à maintenant. Un rythme impressionnant qui ne fait que mettre encore plus en exergue les très beaux résultats de la SIG avant ce match face à Boulogne-sur-Mer. En cas de succès, la SIG signerait une 13eme victoire en 16 matches de ProA, et même, toutes compétitions confondues, une 23eme victoire en 29 matches: épique!... Et inédit. Ce qui nécessite quelques adaptations en terme de préparation comme le détaille coach Collet : « C’est très dur ! On s’entraîne moins. On ne s’est jamais aussi peu entraîné que les 6 dernières semaines… ou en tout cas on a fait des entraînements différents. On fait du ‘‘travail piéton’’, travailler la tête, la vidéo… Dans une moindre mesure, un peu ce que font parfois les équipes NBA. Ça permet de garder de la fraîcheur mais n’empêche, à un moment tu as besoin de t’entraîner et je pense que l’on devra retrouver un équilibre dans la deuxième partie de saison. Et si tu économises la fraîcheur physique, ce n’est pas le cas de la fraîcheur mentale… »

"Avec 13 victoires et 3 défaites on serait dans la course"

Et cette fatigue justement il a commencé à en être question dernièrement. Mais, même si les derniers matches ont laissé apparaître des soucis, les joueurs ont, en partie, rassuré leurs fans et le coach face à Rouen. La clé de ce succès? Une volonté de jouer ensemble et une défense retrouvée comme le confie Jérémy à quelques heures du match face aux Nordistes: « Face à Rouen on a défendu tous ensemble ; c’est peut-être ce qui nous a manqué ces derniers temps : être plus durs, ensemble ! On s’est regroupé, c’est vraiment bien pour la suite car il va falloir rééditer la même chose dimanche. » Inutile non plus de parler de perte de confiance ou autre car pour lui cela ne fait aucun doute, « on n’a pas perdu notre basket en 2 semaines ! On savait ce qu’il y avait à faire pour retrouver le goût de la victoire. C’est vrai que, peut-être, physiquement et mentalement on n’était moins bien mais on n’a jamais douté de nos capacités. On savait que ça allait revenir. » Ainsi une chose est certaine cette victoire a fait du bien avant ce dernier déplacement de l’année et ce n’est pas Vincent Collet qui s’en cachera: « Il ne fallait surtout pas tomber dans une série négative. C’est évité mais maintenant il faut confirmer à Boulogne pour être au chaud pour le break de fin d’année. Avec 13 victoires et 3 défaites on serait dans la course ».

SIG-Rouen261214-15

Mike et Matt seront encore beaucoup sollicités

Et pour ce 29eme match, c’est un promu en difficulté que la SIG s’apprête à affronter. Avant dernier de ProA (2 victoires), Boulogne-sur-Mer possède la plus faible évaluation moyenne d’équipe (76,1) et est la plus mauvaise défense de ProA (86,4 points encaissés). De plus l’équipe du coach Castano est celle qui ‘‘offre’’ la plus grosse évaluation à leurs adversaires (107 !)… Avec en point d’orgue l’hallucinant record réussi par Le Havre face aux Nordistes : 161 d’évaluation collective ! Un match à priori facile? Inutile de dire que coach Collet balaye d’un revers de main, cette hypothèse. En effet il a encore en mémoire le dernier déplacement de la SIG sur le parquet boulonnais : « J’ai encore en souvenir le match de coupe de France il y a 2 ans. On perd de 2 points sur la dernière possession. On n’avait pas fait un mauvais match, mais on avait été pris dans une espèce de tourbillon… On sait que chez eux ils impriment beaucoup de rythme et prennent beaucoup de risques. Il faudra jouer dans la continuité du match contre Rouen, un basket contrôlé et défensif, pour se donner les meilleures chances de s’imposer ». Sans parler qu’ils ont des armes dangereuses avec, entre autre, le percutant Kenny Boynton (14pts de moyenne), très complémentaire du poste 3 et ancien NBAer Alando Tucker arrivé il y a un mois (15pts, 3,5rbs en 4 matches). Sans oublier un Stephen Brun qui, à 34 ans, porte souvent l’équipe à bout de bras (12,3pts, 7,9rbs et 13,7 d’éval) et l’expérimenté Tweety Carter, venu au secours, à la mène de cette équipe, mi-novembre.

Confirmer la prestation réalisée contre Rouen

Pour ce match, une nouvelle fois, peu de temps aux SIGmen de s’organiser afin de réaliser un travail spécifique sur l’adversaire. Une chose est certaine, Vincent Collet espère voir de la part de ses joueurs, à minima, la même implication défensive que face à Rouen: « Défensivement on a montré de bonnes choses durant le 3eme quart de Rouen. Il y a eu beaucoup d’aides, on a bien fermé le jeu intérieur et quand ils ressortaient la balle on avait toujours un défenseur pour couper les lignes de passes ». Mais pour gagner il faudra confirmer aussi le retour de la constance et de la discipline en attaque. Car, même si son équipe a gagné, il n’est pas dupe et a un regard objectif sur les carences actuelles : « On a un problème d’adresse en ce moment. 4/19 à trois points face à Rouen, c’est très faible. C’est à l’image de ces derniers temps, nous sommes desservis par cette maladresse. Il faudra corriger cela. Malgré tout, par rapport aux 5 derniers matches, nous avons retrouvé lors du dernier match un équilibre offensif entre les tirs extérieurs et intérieurs et de la patience en attaque. Ce sera aussi clairement l’une des voies à suivre pour espérer gagner».

Et pour, comme le dit Jérémy Leloup, « essayer de finir l’année en beauté », la SIG devra une seconde fois composer sans Ali Traoré. Mais cette équipe montre sans cesse qu’elle est constituée de guerriers, dont Matt Howard en est un symbole, montrant, match après match, que lui aussi peut évoluer à un niveau de All Star. Ne pas finir sur une fausse note ni mauvaise surprise, voilà bien tout ce que l’on peut souhaiter aux SIGmen.

Franklin Tellier