Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
espoirs_011214_sig_nancy_5
Actualités Les espoirs seuls en tête, les cadets trébuchent

Les espoirs seuls en tête, les cadets trébuchent

Nouvel épisode de la saga du Centre de formation. Où les espoirs confirment par deux nouvelles victoires alors que les cadets, irrésistibles en Coupe de France, ont trébuché d’un point à Nancy. Revue de détails…

JOLI COUP À PARIS. – À Paris, la SIG s’attendait à un match difficile face à un adversaire beaucoup plus athlétique et plus vertical sur tous les postes de jeu. Mais les jeunes Strasbourgeois commençaient de la meilleure des manières, concentrés en n’encaissant que 11 points lors de la première période, tout en en marquant 25. Le passage en zone, côté parisien, déstabilisait quelque peu la SIG qui ne lâchaît pas défensivement. Et à la pause l’avance restait confortable : 25-35.

DES DUNKS SPECTACULAIRES. – La deuxième période se déroulera selon le même scénario. Le collectif strasbourgeois trouvait de plus en plus de solutions offensives. Le duo Labanca (22 d’évaluation) / Bouquet (6 rebonds, 21 d’éval) domine, mais Bah, François et Laporal (17 rebonds aussi pour le trio) se régalent de caviars en finissant par des dunks assez imposants. Le succès est sans bavure : 52-72. En face, le meilleur réalisateur culmine à… neuf points !

Les marqueurs : Ntilikina 7, Bouquet 14, Kwedi 2, Labanca 26, Eber 0, Ekembe 3, Nicolas 0, Laporal 10, Bah 4, Francois 6.

espoirs_011214_sig_nancy_2

Un match maîtrisé des espoirs contre Nancy.

UN DERBY SAVOUREUX. – Le fameux derby contre Nancy a toujours une saveur particulière… Des garçons que l’on côtoie pour la plupart depuis qu’ils sont minimes et une suprématie régionale à affirmer… Sans son leur meilleur marqueur, Antony Labanca, touché aux adducteurs, les espoirs de la SIG ne devaient pas tomber dans les travers de vouloir individuellement jouer au sauveur… Le message a été entendu, les cadres ont pris leurs responsabilités, bien épaulés par les cadets qui ont amplement relevé ce challenge. La victoire a tout de même été longue à se dessiner : 20-21 (9e’), 30-29 (14e’), mais 38-33 à la mi-temps et une équipe de Nancy réduite au silence pendant 5’20’’ !

COLLECTIFS ET APPLIQUÉS. – Au final, après un bon 3e quart (19-11), la SIG prendra 18 points d’avance (68-50, 33e’) avant de rester muette pendant six minutes. Pas de quoi remettre en cause le succès des jeunes protégés de Lauriane Dolt. « La marque a été relativement bien répartie et les stats collectives prouvent bien que ce groupe évolue de plus en plus et collectivement de surcroît », se félicite-t-elle. La preuve ? 20 passes décisives avec cinq évaluations à plus de 10 ! Prochain match ce samedi à 17h contre Bourg-en-Bresse, 13e au classement.

Les marqueurs : Rucklin 0, Ntilikina 12, Bouquet 18, Eber 3, Ekembe 0, Nicolas 14, Laporal 10, Bah 7, Francois 6, Flick 0

Les cadets se loupent à Nancy

SIG_Dijon cadets Coupe

Les cadets ont fêté à leur façon leur victoire en Coupe de France.

UNE COUPE SANS SOUCI. – Après la trêve des vacances scolaires, les cadets d’Abdel Loucif avaient décroché deux succès probants. Le match de Coupe de France contre Dijon a confirmé leurs bonnes dispositions. Les Bourguignons ont dû très vite abdiquer face à la bonne défense alsacienne qui a permis de voler des balles et d’enchaîner des contre-attaques. Après le premier quart, Dijon n’avait marqué que… trois points (15-3). A la mi-temps, il n’y avait plus de suspense (43-15) et la fin de match sera à sens unique (85-34). « Tout le monde a pu scorer et dans cette compétition réservée aux première et deuxième années, on a pu faire jouer Hugo Gançarski et Amaury Weltzer qui s’entraînent régulièrement avec nous », souligne Abdel Loucif.

Les périodes : 15-3, 28-12 (mi-temps : 43-15), 21-11 (64-26), 21-8.

UN TROISIÈME QUART ‘’CATA’’. – En championnat, la SIG se rendait à Nancy dimanche dernier. Après un premier quart serré (16-18), elle prit résolument le match en mains en verrouillant les deux joueurs majeurs du SLUC, Narace et Laroche. Le jeu collectif faisait la différence, la balle circulait bien, l’alternance extérieur/intérieur fonctionnait également : 22-34. Et puis soudain, le trou noir. « Nous avons pris trop de tirs en première intention et les deux joueurs majeurs de Nancy ont scoré 18 points dans la période », souligne A. Loucif. Nancy, porté par un 28-5 assassin, avait pris le large…

OCCASIONS MANQUÉES. – Pourtant, les jeunes Strasbourgeois ne lâchaient pas. Les changements de défense sonnaient la révolte et à 1’20’’, ils étaient revenus à un petit point : 58-57. « Trois fois nous avons eu l’occasion de marquer le panier de la gagne. Mais trois fois, nous avons échoué, en tentant notre chance de loin. Peut-être aurions nous dû nous rapprocher… » regrette Loucif.

Les périodes : 16-18, 6-16 (mi-temps : 22-34), 28-5 (50-39), 8-18.

QUALIFICATION ASSURÉE. – Cette deuxième défaite seulement ne remet pas en cause la qualification pour la poule haute de la deuxième phase. Dommage que la SIG n’ait pas pu profiter de la défaite de Gravelines, le leader, à Lille. « On peut encore jouer la première place lors du dernier match, à domicile, si on ne commet pas de faux-pas contre Reims ce dimanche ». Rendez-vous à 15h30 à Illkirch…

J.C.F.