Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-ChalonsReims201214-08
Actualités Piégés…

Piégés…

Vainqueur de Limoges mardi, Châlons/Reims s’est offert l’autre leader, la SIG, sans qu’il n’y ait rien à y redire. Défendant comme des morts de faim, profitant de la maladresse des Strasbourgeois, même privés de Payne dès la 21e', les Champenois ont vécu une semaine exceptionnelle ! Quant à la SIG, elle ira fragilisée lundi à Nanterre…

SIG-ChalonsReims201214-12

Axel Toupane a eu un bon passage en première mi-temps, mais cela n'a pas suffi à la SIG.

Pour venir à bout du tombeur de Limoges, il fallait éviter de jouer l’attaque à outrance et rester sur ce qui fait depuis le début de saison les valeurs de la SIG : la défense. Bercée par l’euphorie des premières minutes, où la réussite était totale pour Leloup, Traoré ou Campbell, la SIG jouait contre nature, tombant dans le rythme du « run and gun » des Champenois qui n’en demandaient pas tant. Du coup, le score restait serré (8-8) et même l’embellie due aux paniers d’Ali Traoré, parfaitement servi par le collectif strasbourgeois (12-8, 4e’), ne décourageait pas Payne ou ce diable de Watkins, qui dominait le rebond offensif. En provoquant la 3e faute de Gelabale en… trois minutes, l’Américain du CCRB permettait même aux hommes d’Antic de passer devant (18-19) avant la pénétration d’Antoine Diot : 20-19.

Du mieux, mais…

Le rythme de la partie ne convenait probablement guère à Vincent Collet qui faisait signe depuis le bord de touche à ses meneurs de ralentir la cadence. Il dût même rappeler rapidement les titulaires sur le parquet, le banc n’apportant pas, à l’exception de Toupane, ce qu’il apportait habituellement. Collé aux basques de Lesca, le Mulhousien avait aussi scoré deux fois derrière l’arc mais, même sans Payne, Watkins et Chalmers, au repos, Châlons/Reims résistait : 27-29 (16e). De plus, les Champenois n’avaient commis que deux fautes en 14 minutes alors qu’ils étaient particulièrement agressifs.

La défense de la SIG résistait mieux aussi (deux lancers-francs encaissés en quatre minutes), elle poussait à 35-29 mais Butler – huit points dans la deuxième période – Morandais et Watkins effaçaient quasiment l’ardoise à la pause : 37-36.

Payne se blesse, la maladresse s’en mêle

Mark Payne allait remettre les visiteurs en tête dès la reprise (37-38) avant de se tordre la cheville ! Les Strasbourgeois pouvaient se dire que sans leur atout majeur, les Champenois auraient du mal à tenir. Mais la maladresse qui guettait depuis quelques rencontres, s’en mêlait à nouveau. 1 sur 12 dans le quart temps, une misère, huit minutes sans un panier et trois petits lancers-francs seulement à se mettre sous la dent. Avec six pertes de balles en plus. Autant dire que Châlons/Reims, très solide en défense, n’avait pas attendu et pris les commandes (39-45, puis 42-47) dans un Rhenus inquiet.

Les choses ne s’arrangeaient pas dans le money time (42-51) mais le sursaut vint de Gelabale et de Lacombe qui scoraient à trois points, aussitôt imité par Morandais : 48-54. La partie devenait crispante, le piège se refermait petit à petit…

Tout devenait compliqué et même si Gelabale pointait le bout du nez pour un retour à 52-54 (37e’), les stops défensifs ne suffisaient plus. Le cercle se refusait jusqu’au bout aux Strasbourgeois qui n’auront inscrit que… cinq paniers en deuxième mi-temps. La deuxième défaite à domicile fait mal, puisque les Strasbourgeois sont désormais à portée de fusil de Nanterre chez qui ils se rendent lundi !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CHÂLONS/REIMS 56-63. Rhenus Sport. 5 512 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Castano et Pierre.

Les périodes : 20-19, 17-17 (mi-temps : 37-36), 5-11 (42-47), 14-16.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « On est dans le dur. On n’était pas super-concentré, moins exigeant en début de match et on n’a pas été capables de reprendre le fil. Châlons a fait le match qu’il fallait même si on les y a un peu aidés. Laxistes au début et un peu mieux en défense à partir de la 25e’, mais d’une telle indigence en attaque… Ils ont fermé les accès au cercle et notre maladresse à l’extérieur les a confortés dans cette stratégie. Notre adresse du début était en trompe-l’œil mais nous n’avons pas fait d’écart. Jusqu’à une minute de la fin, on pouvait encore y croire mais il y a des soirs comme ça… »

Louis Campbell : « Ils ont gardé l’énergie qu’ils avaient contre Limoges. La fatigue a sans doute pesé mais nous sommes habitués à jouer plusieurs matches par semaine. Cela ne doit pas être une excuse. Parfois, un ou deux joueurs sont moins bien, mais ce soir, ce fut contagieux ».

Marko Antic : « Je suis bien sûr très heureux mais je ne suis pas euphorique après les victoires comme je ne suis pas trop déçu après les défaites. Gagner ici, c’est un exploit. Si j’ajoute qu’on a joué 20 minutes sans Mark Payne, c’est encore mieux. Avant le match, j’ai eu des idées qui me sont passées par la tête. Ce serait peut-être bien de prendre une bonne claque avant de recevoir Le Havre mardi. Strasbourg n’a pas eu de réussite, il a fallu en profiter et on a su le faire. Pour gagner ici, il fallait élever le niveau défensivement, car ils ont un bon timing, une bonne circulation de balle et on a su stopper tout ça ».

Michel Morandais : « On savait que le mois de décembre serait difficile pour nous. Mais ce qui nous est arrivé cette semaine est inespéré. On le doit surtout à notre défense, car pour gagner ici, il fallait vraiment être costaud ».

Espoirs

SIG – Châlons/Reims            79-66