Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-KAZAN-070115-19 HOWARD
Actualités À Saint-Pétersbourg, un pas de géant ?

À Saint-Pétersbourg, un pas de géant ?

La deuxième levée du Last32, au Zénith Saint-Pétersbourg ce mardi à 18h (en direct sur Alsace20 et Eurosport), pourrait déjà entrouvrir à la SIG les portes de la qualification. Mais les Russes sont redoutables chez eux. Et il faudra un nouvel exploit…

Depuis début octobre, la SIG a disputé 15 matches à l’extérieur et en a remporté… 13 ! Seul Paris en Eurocup et Nanterre en ProA ont fait plier les Strasbourgeois loin du Rhenus. La discipline de jeu est pour le moins payante et contribue au parcours d’excellence de la SIG… On peut même aller plus loin à la veille de ce nouveau raid hors de ses bases en soulignant que l’équipe de Vincent Collet est invaincue hors des frontières. Ni Bonn, ni Reggio Emilia, ni Saragosse, ni Bamberg, n’ont réussi à faire tomber les Alsaciens que les ambiances hostiles laissent de glace ! Cela tombe bien car ils seront servis au bord de la Baltique, sur l’estuaire de la Neva, où Saint-Pétersbourg a l’habitude de régner en maître.

SIG-KAZAN-070115-15 LELOUP

Jérémy Leloup est un pion essentiel dans le dispositif de la SIG. Il voudra encore en apporter la preuve à Saint-Pétersbourg.

Le Zénith, dirigé par Vasily Karasev, l’ancien (et excellent) meneur russe, affiche en effet des statistiques exceptionnelles à domicile où il compile une écrasante majorité de succès, dont quatre de suite en compétition européenne. Pas de quoi effrayer Vincent Collet et sa troupe. Paris s’en est encore aperçu samedi en Coupe de France, laminé par le talent et l’engagement des Strasbourgeois. « La victoire contre Kazan nous a donné confiance. Et plus encore, la petite trêve nous a permis de recharger les accus. Et quand les jambes vont bien, notre jeu, défensif en particulier, se met bien en place », rappelait le coach de la SIG avant de rallier la capitale.

Stopper Walter Hodge

Pendant que la SIG dominait Kazan, Saint-Pétersbourg remportait un succès capital à Nymburk (72-84). Dans un format aussi court (six matches seulement), un succès à l’extérieur peut s’avérer décisif. Surtout si l’on est dominateur dans sa salle. « Walter Hodge a été décisif. On a tenté plusieurs stratégies pour le stopper mais il a très bien lu le jeu. Et on n’a pas bien défendu ». Celui qui parle, c’est Kestutis Kemzura, le coach de Nymburk. Une déclaration dont Collet va probablement s’inspirer pour cibler le meneur-scoreur portoricain de Saint-Pétersbourg…

Hodge n’est bien sûr pas seul. Landry, Jones, Stephens, mais aussi les piliers russes Kulagin, Spiridonov, Vikhrov ou Valiev ou encore le Serbe Borovniak apportent tous leur contribution. A la SIG aussi, les tâches sont bien réparties et c’est le collectif qui prime. Pas de star et là encore, un Serbe dans l’effectif. Tadija Dragićević avoue être particulièrement motivé par les matches européens : « C’est vrai, je me sens mieux dans ces matches-là, très physiques. Contre Kazan, c’est grâce à une excellente défense qu’on a gagné. Il faudra rééditer cette performance même si c’est toujours plus difficile à l’extérieur. De toute façon, on est forcément plus motivé contre des équipes de ce niveau ».

Il ne reste plus qu’à en apporter la preuve sur le terrain. Les deux prochaines confrontations contre les Tchèques de Nymburk pourraient alors déboucher sur une excellente nouvelle…

J.C.F.

Tableau Stats St Petersbourg VS SIG