Avec le cœur et les tripes

Dunk de Matt

La SIG a parfaitement entamé la deuxième phase de l’Eurocup en dominant largement l’épouvantail de la poule, Kazan (72-61) qui avait pourtant réalisé des performances exceptionnelles en Euroleague. Grâce à une défense exceptionnelle, avec un Dragićević retrouvé et un solide collectif, les Strasbourgeois peuvent se mettre à rêver d’un ticket pour les huitièmes de finale…

Tadija Dragićević (15 pts, 8 rebonds) a retrouvé de l'efficacité au meilleur moment.
Tadija Dragićević (15 pts, 8 rebonds) a retrouvé de l’efficacité au meilleur moment.

Le Rhenus sonnait creux pour ce premier choc du Last32, le plus gros match depuis le début de saison… Dommage, incontestablement. Cette équipe mérite mieux, un public assidu et bien plus chaud. Car les joueurs, une fois encore, ont mouillé le maillot et démontré qu’ils voulaient aller très loin dans cette compétiton. Fofana avait ouvert le score sur un classique alley-oop avec Diot, mais c’est le panier primé de Howard après une belle circulation du ballon qui fit se dresser une première fois la salle : 8-3 (4e’). Fofana (deux fautes déjà qui n’avaient pas empêcher deux… paniers adverses) cédait sa place à un Dragićević revigoré et même si Kazan revenait à 10-8 (5e’), essentiellement par Langford qui pénétrait (trop) facilement, la SIG ne lâchait rien. L’entrée de Toupane lui donnait même un surplus de tonus et avec un Howard de gala, les Strasbourgeois filaient à 23-16 à quelques secondes de la fin de la période.

15 points d’avance !

L’improbable Gubanov (7 points déjà) recollait à 23-21, mais la défense alsacienne se mit à faire des merveilles, déréglant le jeu bien ordonnancé des Russes. Et comme l’adresse était là (6 sur 10 à trois points après 12 minutes), la SIG se donnait de l’ait (33-23) et même le temps mort de Pashutin n’y changeait rien ! Jerrells, Langford, White étaient muselés, Toupane était exceptionnel dans la contestation et brillant en attaque, Lacombe, Leloup et Dobbins offraient un relais impeccable. Et le retour des tauliers poussait l’avance à 15 points pour la SIG : 45-30. Collet se levait même pour exhorter le public à soutenir les siens, admirables de combativité, et le Rhenus poussait enfin.

Revenu à 45-35 juste avant la pause, grâce en partie à six rebonds offensifs, Kazan peinait à trouver le rythme, gêné par l’impact défensif strasbourgeois. Dommage que l’attaque alsacienne elle aussi restait stérile. Pendant quatre minutes et 45 secondes, il n’y eut pas le moindre point, ni d’un côté ni de l’autre ! Et à 1’50’’ de la fin de la période, Kazan s’était contenté de deux paniers bonifiés, la SIG d’un panier à deux points et de deux lancers-francs. Une misère… mais quel combat !

Les Strasbourgeois restaient devant (49-41) mais la menace se précisait… Et que dire du score de la période : 4-8 ? Il fallait à tout prix retrouver du rythme, se passer le ballon, côté strasbourgeois, et aussi un peu de d’adresse. Sinon, les efforts exceptionnels fournis en défense, ne suffiraient pas.

Une défense de fer

Une interception, un dunk de Lacombe, réveillaient le Rhenus. Mieux, deux réussites à 6,75m de Leloup et Dragićević clouaient Kazan : 57-43 (32e’). Le chemin était encore long et Jerrells le rappellait aussitôt avec deux paniers primés : 59-49 ! La défense de la SIG ne lâchera rien, poussée par un Dobbins exceptionnel qui volait deux ballons pour aller marquer : 70-53. Comme dans un rêve. La perspective d’un panier average très positif devenait très intéressante mais six balles perdues dans la période – alors que la SIG n’en avait lâché que cinq en 30 minutes… – offrait un 0-7 inespéré aux Russes.

Qu’importe, l’essentiel était fait. La SIG débutait parfaitement ce deuxième tour et s’en ira défier avec beaucoup d’ambition Saint-Pétersbourg, victorieux ce soir à Nymburk, mardi prochain en Russie.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – UNICS KAZAN 72-61. Rhenus Sport. 2 920 spectateurs. Arbitres : MM. Rocha (Portugal), Maricic (Serbie) et Silva (Portugal).

Les périodes : 23-18, 22-17 (mi-temps : 45-35), 4-8 (49-43), 23-18.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « Notre combativité a été déterminante. On savait que bien jouer au basket ne suffisait pas. Il fallait un supplément d’âme, à l’image de Paul Lacombe qui plonge pour sauver un ballon. La discipline aussi, puisque nous avons perdu peu de ballons. On savait qu’on serait stoppé avec leurs changements incessants, mais on a retrouvé un peu de vitesse avec les interceptions dans le dernier quart. Le seul regret, c’est de ne pas avoir concrétisé au goal average en gagnant plus largement. Kazan a marqué 76 pts en 10 matches d’Euroleague, on les laisse à 61. C’est ce qui a fait la différence ».

Matt Howard : « Notre défense a été la clé du match. On a eu du mal en attaque, notamment dans le troisième quart temps, mais on a tenu bon derrière. Difficile de dire que nous sommes désormais les favoris, cette compétition est si difficile, et la victoire de Saint-Pétersbourg à l’extérieur change la donne. Kazan est une équipe d’Euroleague et très clairement la plus forte qu’on ait rencontré cette saison. Mais le match de la semaine prochaine en Russie sera capital. A nous de continuer sur ce chemin ».

resultats _V2_ Last32J1

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Commentaires

Commentaires