Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
J11_SIG-bourg_Espoirs_04
Actualités Centre de formation : la fête continue !

Centre de formation : la fête continue !

Avec 12 succès de suite, les espoirs caracolent en tête de la ProA. Du jamais vu ! Les cadets ont bien entamé la phase Élite de leur championnat et le Centre de formation de la SIG est au sommet partout. Il faudra le rester…

TRÊVE. – Après une trêve plus ou moins longue et pas habituelle (13 jours sans match) pour les espoirs de la SIG, la victoire obtenue à Gravelines (58-64) a été d’autant plus savoureuse. Non seulement, elle a été conquise sur les terres nordistes mais qui plus est chez un concurrent « direct » au podium. « Ce laps de temps sans compétition a permis une reprise en douceur et j’ai pu travailler comme je le souhaitais. Avec Terrick, le préparateur physique, nous avons établi un planning bien précis pour que les joueurs soient au top le jour J » s’est félicité Lauriane Dolt.

espoirs_011214_sig_nancy_3

Frank Ntilikina (à droite), qui s'entraîne déjà avec les pros, mène les espoirs et les cadets vers une saison exceptionnelle.

AU RENDEZ-VOUS. – Effet du hasard ou pas, les espoirs de la SIG étaient présents au moment voulu. C’est un match de haute qualité qui s’est joué au Sportica. Les néo-premiers face aux tenants du titre et surtout face à l’équipe qui a tout raflé la saison passée, du championnat au trophée du futur en passant par la coupe de France ! Labanca and C° étaient prévenus et ont de suite répondu présents dans l’intensité et dans les intentions de jeu. Les défenses sont solides de part et d’autre, aucun tir facile n’est laissé. C’est avec un petit avantage de quatre points que les Strasbourgeois rentrent au vestiaire à la mi-temps.

HAUT NIVEAU. – Le troisième quart temps est du même acabit que la première mi-temps. Un match digne des premières places d’un championnat national. Tout le monde fait le travail et les joueurs cadres prennent leurs responsabilités. Les dernières minutes se présentent tout autrement. Quelques erreurs d’inattention défensive, des paniers faciles ratés, Bah et ses coéquipiers ne se facilitent pas la tâche. Gravelines prend l’avantage de plus en plus nettement et mène 57-50 à trois minutes du terme.

FINAL HEROÏQUE. – Le temps-mort pris alors côté strasbourgeois redonnera confiance aux visiteurs. Bah sur un mouvement dos au panier, Ntilikina sur un rebond offensif, Bouquet sur un drive et Labanca sur un autre drive permettent à la SIG de passer devant d’un tout petit point. Voilà un 8-0 infligé aux Maritimes. Le rouleau compresseur strasbourgeois est en marche. Un seul point sera concédé au BCM dans ces trois dernières minutes, et le tir à 7m de Labanca (24pts au total) enfonce définitivement Gravelines. C’est une des remontées les plus fantastiques qu’a réussi à faire cette équipe. Au coup de sifflet final, une certaine fierté pouvait se lire sur les visages des Sigmen mais aucune surexcitation. « L’objectif n’est pas encore atteint », rappelle la coach.

GRAVELINES - SIG 58-64. Les périodes : 15-15, 11-15 (mi-temps : 26-30), 18-14 (44-44), 14-20. Les marqueurs : Ntilikina 4, Bouquet 14, Labanca 24, Eber 0, Nicolas 2, Laporal 7, Bah 10, François 3.

LA BÊTE NOIRE VAINCUE. – Enfin ! Enfin la SIG a réussi à gagner contre Le Havre, voilà quelques saisons que cela n’étaient plus d’actualité… Mais que ce fut dur ! Le leader, battu en prolongation à l’aller – une de ses deux défaites de la saison – démarre pourtant bien (18-12) et continue au début du deuxième quart sous l’impulsion de Damien Bouquet : 25-14 (12e’). Mais la machine se grippe et les Normands grignotent : 32-29 au repos.

FINAL HALETANT. – Dans le 3e quart, la SIG reprend ses distances (44-34) et maintient son adversaire à distance jusqu’au milieu de la dernière période : 53-47 (35e’). Après un temps mort, les Havrais se jettent dans la bataille et à une minute de la fin, le leader tremble à nouveau : 55-57 ! Frank Ntilikina (7 points d’affilée) prend les choses en main, et malgré un primé au buzzer de Drouet, les Strasbourgeois peuvent souffler : 64-62. Ouf !

SIG - LE HAVRE 64-62. Les périodes : 18-14, 14-15 (32-29), 16-9 (48-38), 16-24. Les marqueurs : Rucklin 2, Ntilikina 14, Bouquet 12, Labanca 8, Eber 0, Nicolas 2, Laporal 4, Bah 6, François 9, Flick 7.

CONFIRMER. – Si les espoirs strasbourgeois pouvaient confirmer ces… 12 victoires d’affilée à Dijon et à Villeurbanne, lors des deux prochains matches, ce serait la voie royale pour maintenir ses poursuivants, Nanterre et Gravelines, à trois succès. Et espérer terminer en tête de la saison régulière.

Les cadets dans l’allure

PHASE ÉLITE. – Désormais en phase Élite pour le titre avec Orléans, Nancy, le Centre fédéral, Chalon et Nanterre, la SIG a déjà disputé trois rencontres. Dans une poule qui promet d’être serrée, elle a commis un faux pas à Nancy mais reste dans le coup, plus personne n’étant invaincu !

COUAC. – Dans un match âpre, face à un adversaire battu deux fois dans la première phase, les Strasbourgeois ont rapidement mené de 12 points. Les Lorrains revenaient, la défense prenait un peu l’eau même si Narace et Laroche étaient bien contenus. Mais le relâchement du dernier quart sera fatal, Govendy vint conclure près du cercle et les shooteurs se réveillèrent. Nancy prit 10 points d’avance mais la SIG revint pour préserver ses chances avant le match retour. Louis Rucklin s’était malheureusement donné une entorse au plus mauvais moment et son absence dans le final aura été préjudiciable.

Nancy – SIG 74-70. Les périodes : 10-16, 20-14 (mi-temps 30-30), 15-18 (45-48), 29-22.

CONTRASTES. – Gros match défensif le 11 janvier à Illkirch dans lequel le collectif de l’INSEP a été bien tenu. L’absence de Ludovic Beyhurst, le meneur du Centre fédéral (licencié à la SIG), a facilité la tâche des Alsaciens qui ont rapidement pris le dessus. Maxime Abah manifestait beaucoup de présence, au rebond notamment, et les joueurs cadres, Frank Ntilikina, Samuel Eber ou David Ekembe assuraient l’essentiel. Xavier Flick, lui, affichait un joli retour en forme. Alors que le match était plié à la mi-temps, le 3e quart temps voyait la SIG en panne d’adresse (trois lancers-francs seulement) mais la défense tenait la route, avant de fixer l’écart à 30 points au final.

SIG – Centre fédéral 71-41. Les périodes : 25-16, 20-3 (mi-temps : 45-19), 3-9 (48-28), 23-13.

JOLIE PERFORMANCE. – En déplacement à Orléans le week-end dernier, la SIG se devait de rester dans la course après le faux-pas de Nancy. Seul le premier des trois poules et le meilleur deuxième seront en effet qualifiés pour la suite de la compétition. A l’exception des premières secondes (3-0), la SIG aura mené tout le long. Les sept rebonds offensifs orléanais du premier quart avaient certes empêché la SIG de creuser un écart plus conséquent mais par la suite, la solidité alsacienne a fait la différence. Mepandy, le meneur, coéquipier de Frank Ntilikina en équipe de France, était bien contenu sur les drives et Mesmacque, spécialiste du tir extérieur, dut se contenter de deux paniers bonifiés seulement dans toute la rencontre. Dans le 3e quart, Traoré tient Orléans dans l’allure et si dans la dernière période, la fatigue due à l’intensité pèse, les balles gagnées dans les dernières minutes permettent aux Alsaciens de faire l’écart.

Orléans – SIG 49-61. Les périodes : 15-23, 9-8 (mi-temps : 24-31), 14-13 (38-44), 11-17.

Prochain rendez-vous le 8 février à Nanterre.

J.C.F. (avec L.D. et A.L.)