Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Kazan
Actualités Le plus gros morceau en entrée !

Le plus gros morceau en entrée !

Pour ses débuts dans le Last32, la SIG reçoit ce mercredi (20h au Rhenus, 22h en différé sur Alsace20) l’ogre de la compétition Unics Kazan. Un succès sur les Russes entrouvrirait déjà les portes des 8es de finales. Mais sans Ali Traoré, ce sera particulièrement compliqué.

SIG_SARAGOSSE_Oct2014_Antoine Diot

Meilleur joueur de la SIG lors de la première phase, Antoine Diot sera encore l'atout majeur des SIGmen.

Le palmarès d’un club ne dit pas toujours sa valeur du moment. Pour Unics Kazan, cependant, il reste très évocateur car à moyens constants, le club russe affiche une équipe toujours aussi performante. Vainqueur de l’Eurocup en 2011, finaliste la saison dernière, victorieux à deux reprises de la Coupe de Russie et… neuf fois sur le podium d’un championnat très relevé dans les années 2000, voilà qui en dit long. Depuis septembre et sa qualification pour l’Euroleague lors du tournoi d’Ostende, le club du Tatarstan a remporté cinq victoires en dix matches dont l’un à Madrid contre le Real (75-85), l’autre contre Efes Istanbul (67-64). C’est d’ailleurs la deuxième fois seulement dans l’histoire de cette compétition européenne majeure, qu’une équipe ne se qualifie pas avec un tel ratio de victoires et de revers. Mieux, Kazan peut se targuer d’avoir eu la 8e évaluation des 24 équipes du premier tour (à titre comparatif Limoges était… 24e) et la 5e défense de l’Euroleague !

« C’est une très forte équipe qui valait le Top16, résume Collet. Elle fait figure de favori de l’Eurocup avec Khimki Moscou ». On pourrait y ajouter qu’après un début de saison difficile, le retour d’Evgueni Pashutin, le sélectionneur national, au poste de coach, a permis aux Russes de remporter quatre victoires d’affilée avant de laisser échapper la qualification à Novgorod lors de l’ultime journée. « Il a remis le jeu collectif en place et comme cela fait trois semaines de plus depuis la fin de l’EL, ils doivent être encore meilleurs aujourd’hui » prévient le coach de la SIG.

Zisis est parti, D’Or Fischer incertain, Ali Traoré forfait

Avec Keith Langford, « un joueur exceptionnel, un des trois meilleurs en un contre un en Europe », avec Jerrells et White, « de forts talents individuels » selon Collet, Kaimakoglou, un poste 4 véritable deuxième meneur, des Russes de très bon niveau, Kazan ne manque pas d’arguments. « D’Or Fischer est incertain, cela rééquilibrerait un peu les débats à l’intérieur puisque Traoré sera forfait et avec les seuls Howard et Fofana auxquels Leloup donnera un coup de main, ce ne sera pas facile contre une armée ! Pour avoir une chance, il ne faudra surtout pas être sanctionné prématurément », souligne l’entraîneur strasbourgeois.

Comme lors des derniers matches de l’année 2014, la SIG lancera Bangaly Fofana dans le cinq. « Il faudra tenir la baraque à l’intérieur pour ne pas les laisser prendre confiance. C’est pour jouer ce genre de matches que j’ai signé à Strasbourg et j’espère être à la hauteur », lance le longiligne pivot de la SIG.

Un gang de gauchers

Est-ce à dire que la SIG n’aura aucune chance ? Un discours auquel Collet ne souscrit évidemment pas. « Cette équipe se dérègle aussi, elle n’est pas dominante collectivement et se rattrape par les qualités individuelles de ses joueurs. Ils sont irréguliers en Euroleague et en VTB League et manquent de fluidité collective. Même s’ils sont bien meilleurs depuis l’arrivée de Pashutin ». Cette ligue très relevée, dans laquelle évoluent d’ailleurs les trois équipes de la poule d’Eurocup, St-Pétersbourg, Nymburk et Kazan, actuel 4e derrière le CSKA Moscou, Khimki et Novgorod, impose aux adversaires de la SIG un rythme aussi infernal que la ProA.

Seule bonne nouvelle pour les Alsaciens, le départ il y a quelques jours de Nikos Zisis. Le stratège grec, arrivé à l’intersaison dans la perspective du Top 16, a filé à Fenerbahçe Istanbul après l’élimination de son équipe. Pas sûr que son remplacement par le meneur de l’équipe de Russie, Anton Ponkrashov, « un troisième gaucher avec Jerrells et Langford », souligne Collet, affaiblisse vraiment Kazan… « La fenêtre est très étroite sans notre leader offensif et ce sera sans conteste la plus grosse confrontation depuis le début de la saison ».

Aux supporters strasbourgeois encore très timides ces derniers jours à la location, de se rendre compte du niveau de ce choc exceptionnel et de se précipiter au Rhenus pour encourager leur équipe. Elle pourrait en cas de succès entrevoir une qualification qui placera peut-être Limoges et… Michaël Gelabale sur sa route en 1/8 finale. Un comble !

Jean-Claude Frey

programme J11 EC