Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Flag Zenith SIG
Actualités Pleins feux sur Saint-Pétersbourg

Pleins feux sur Saint-Pétersbourg

La semaine dernière la SIG battait Kazan, finaliste de la dernière Eurocup, après avoir surclassé, lors du 1er tour, le vainqueur de l’Eurochallenge 2014, Reggio Emilia. Pour rester dans la thématique « finalistes », les SIGmen se préparent à affronter le finaliste du dernier Eurochallenge, le Zénith Saint-Pétersbourg.

Zenith St Petersbourg_Trio US

Le trio "étranger" du Zénith.

La SIG se déplace dans la deuxième plus grande ville de Russie, Saint-Pétersbourg (plus de cinq millions d’habitants). L’origine du club remonte à la création du Dynamo Moscou Region en 2003 alors localisé en banlieue de la capitale. En 2007, ses droits sportifs rachetés, le club est renommé le Trymph Lyubersy Moscou Region… jusqu’à l’été dernier où il est délocalisé et devient le Zénith Saint-Pétersbourg. Un déménagement propice en terme d’infrastructure, puisque le Zénith est passé du vétuste ‘‘Dynamo Sport Palace’’ (datant des JO de 1980), à la flambant neuve ‘‘Sibur Arena’’ inaugurée il y a 16 mois (7000 places).

Un ratio exceptionnel de 81,5% de victoires à domicile !

Comme beaucoup de clubs de l’Est, le Zénith a la réputation d’être dur à manœuvrer à domicile en coupe d’Europe. Mais plus qu’une anecdote fantaisiste, c’est un fait ! Depuis sa première participation en 2003, le club a joué 143 matches de coupe d’Europe, pour un ratio déjà très flatteur de 94 victoires et 49 défaites. Mais ce qui marque le plus les esprits c’est que sur les 65 matches joués à domicile, le Zénith n’en a perdu que 12, pour 53 victoires! Soit un ratio exceptionnel de 81,5% de victoires à domicile en coupe d’Europe. Malgré cela, le Zénith n’a jamais conquis le moindre titre. 4e en 2004 et 3e en 2005 de l’ancienne FIBA Europe Cup, puis 3e de l’Eurochallenge en 2009 et 2012 avant d’échouer en finale en 2014. Pour sa quatrième participation à la deuxième compétition européenne (ULEB Cup 2008 et Eurocup 2010, 2013 et 2015) le club ne faillit pas à sa réputation. Quatrième du groupe D avec cinq victoires et cinq défaites, les Russes doivent leur qualification à un beau parcours à domicile, avec quatre victoires et un seul revers, après prolongation, contre Istanbul.

Autant dire qu’une tâche difficile attend les SIGmen face à l’équipe du coach Vasily Karasev. Un nom qui rappellera des souvenirs aux suiveurs du basket des années 90. Il était le meneur, entre autres, du CSKA Moscou durant six saisons. Vice-champion du monde en 1994 et 1998 avec la sélection nationale, il y finissait même en 1998, dans l’équipe-type et 5eme meilleur marqueur (16,1pts). Vice-champion d’Europe en 1993 et 3eme en 1997, il était régulièrement cité dans l’équipe type européenne durant ses 20 années de carrière. Autant dire que le coach qu’il est devenu, en connait en rayon...

Walter Hodge, le maestro de l’équipe

Walter Hodge, le maître à jouer de Saint-Pétersbourg.Ainsi l’équipe qu’il a construite est un mélange de joueurs étrangers performants, gravitant autour d’une base de joueurs nationaux. Le meneur portoricain Walter Hodge, 5e meilleur passeur (6,5 passes) et 7e marqueur (16,8 points) de cette Eurocup, est le leader et le maestro de l’équipe. Double champion NCAA à Florida avec Joachim Noah, il est une anguille dure à maîtriser et le 3eme joueur au nombre de fautes provoquées (5,1). Et comme il est aussi le joueur le plus adroit d’Eurocup aux lancers-francs (95,1%, 58/61), autant dire qu’il sait mettre à profit chaque occasion. A son côté, le Canadien Kyle Landry. Meilleur rebondeur de l’équipe (6,6 prises), il apporte de l’intensité au poste 5. Très bon défenseur, il a un bon sens du timing et du contre (1,1). Avec 10 points et 14,8 d’évaluation il est l’un des atouts majeurs. A noter enfin qu’il sort de l’université d’Arizona, où, lors de sa dernière année, il joua avec Cameron Jones… son coéquipier actuel. Habitué des camps NBA, celui-ci arrive en Europe avec une réputation de scoreur. Cet arrière très adroit (55% à 2pts) aime prendre ses responsabilités et pénétrer. Avec 11 points, 4 rebonds, 2,4 passes et 12 d’évaluation lors du 1er tour, il a démontré qu’il devenait de plus en plus polyvalent. Enfin le quatrième joueur nord américain de l’équipe est une véritable ‘‘attraction‘‘. Arrivé le 2 décembre, D. J. Stephens est un athlète hors du commun. Il est connu comme le joueur à la plus grande détente sèche jamais mesurée lors des camps pré-draft en NBA : 101 cm de détente sèche et 116 cm avec un pied d’appel ! Entrevu aux Bucks de Milwaukee, à Efes Istanbul et en Grèce la saison dernière, il met à profit cet avantage hors norme pour être un excellent rebondeur (5 prises). Ce poste 3 se caractérise aussi par une excellente adresse à 2 points (87%). Enfin le dernier ‘‘étranger’’ de l’équipe est serbe : Dejan Borovnjak. Formé au Partizan de Belgrade ce poste 4/5 a pas mal voyagé (11 clubs en 15 ans). Bon défenseur et rebondeur, il est souvent titulaire et est celui qui prend le plus de tirs (plus de 9 par match). Avec 11,4 points, 6,1 rebonds et 13 d’évaluation en à peine plus de 20 minutes il faudra, aux intérieurs strasbourgeois, le maîtriser pour s’imposer dans la peinture.

Une base solide de joueurs russes
Zenith St Petersbourg_Coach Karasev

Vasily Karasev fut un formidable joueur avant de devenir le coach des Russes .

Une base de joueurs russes de qualité complète le roster avec à leur tête, deux joueurs incertains pour le match à venir. Tous deux blessés le 23 décembre lors d’un match de VTB League, Dimitry Kulagin et Evgeny Valiev sont les plus en vue. Le premier est considéré comme le futur du basket russe. Cet arrière shooteur bénéficie d’un temps de jeu conséquent. Adroit, polyvalent et excellent défenseur, il lui est malgré tout parfois reproché « d’agir avant de réfléchir ». Le second nommé est un poste 4 physique adroit et très rentable. Suite à leur absence, le coach avait souligné que « l’équipe perdait 50% de son impact défensif ». Si leurs forfaits sont confirmés, les SIGmen devront les utiliser à leur avantage. En back-up du meneur Hodge, Artem Vikhrov bénéficie de la confiance du coach. Plus scoreur que gestionnaire, il est un pur produit du centre de formation du club et brillait chez les espoirs. Enfin ajoutez des joueurs comme Dimitrii Gordeev, Artem Komolov ou Andrey Koshcheev, utilisés avec parcimonie, mais prêts à mouiller le maillot et vous obtenez une équipe équilibrée et dure à manœuvrer.

Pour ce déplacement Vincent Collet pourra compter sur 10 joueurs motivés. Sixième équipe française à tenter d’arracher une victoire à Saint-Pétersbourg, la SIG essayera d’imiter Le Mans qui, depuis 10 ans, est la seule équipe à avoir réussi pareil exploit au Zénith (Tryumph à l’époque) lors de la saison 2009/10 d’Eurocup.

Franklin Tellier

Programme J12 Eurocup