Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
espoirs_011214_sig_nancy_5
Actualités ProA : les espoirs de la SIG creusent l’écart

ProA : les espoirs de la SIG creusent l’écart

Profitant de la défaite de Gravelines, leur prochain adversaire, les espoirs de la SIG comptent désormais deux victoires d’avance en tête de la ProA. Grâce à une série (en cours) de dix victoires. En revanche, l’aventure du Trophée Coupe de France s’est arrêtée à Gries-Oberhoffen.

UN PROMU QUI SURPREND. – Bien que promu, Châlons/Reims effectue un bon début de saison. « Les Champenois proposent des défenses assez variées, ce qui a tendance à pas mal déstabiliser l’adversaire. C’est ce qui nous est arrivé », explique Lauriane Dolt, l’entraîneure des espoirs strasbourgeois. Mais c’était sans compter avec le rendement efficace des joueurs cadres. Et leur excellent départ (19-10) a été décisif dans la victoire finale.

TROIS QUARTS SERRÉS. – Car dans les trois quarts temps suivants, la partie est restée extrêmement serrée : 22-19, 22-20 puis 16-17. L’écart était bien monté à 14 points avant la mi-temps, mais un petit relâchement avait permis à Châlons de revenir quelque peu malgré la domination de la SIG aux rebonds (27-12). La meilleure adresse des Alsaciens (47% contre 37) leur permettra de s’imposer sans vrai souci : 79-66.

J11_SIG-bourg_Espoirs_04

Antony Labanca contribue largement à l'excellente saison des espoirs de la SIG.

Les marqueurs : Ntilikina 4, Bouquet 17, Kwedi 4, Labanca 9, Eber 3, Abbah 0, Nicolas 11, Laporal 10, Bah 12, François 9.

L’EXPLOIT À NANTERRE. – Le déplacement à Nanterre était très important pour la continuité du travail mais aussi par rapport au classement. En effet, il suffisait pour les espoirs de la SIG de gagner pour mettre Nanterre à deux défaites tout en y ajoutant l’avantage du panier average.

Le jeu produit par les deux équipes était de belle qualité. Côté Nanterre, le jeune Mensah (22pts) s’affirmait comme le chef de file, mais les joueurs strasbourgeois se montraient solidaires et travaillaient ensemble sans relâche. La défense tenait bon (12-17 après 10’, 30-36 à la mi-temps).

UN LABANCA DE GALA. – Avec un Antony Labanca exceptionnel (24 points avec 6 sur 13 à trois points), qui a su mettre les tirs à 3 points au bon moment et qui n’a surtout pas tremblé quand il fallait prendre ses responsabilités, la SIG gardait son avance jusqu’au bout et s’imposait comme le patron de cette ProA : 66-70.

Les marqueurs : Ntilikina 4, Bouquet 9, Kwedi 4, Labanca 24, Eber 0, Nicolas 6, Laporal 7, Bah 6, François 10.

HOLD-UP ? – Comment dire.. Rouen, dernier au classement, n’aurait pourtant pas volé le succès au Rhenus pendant les journées de Noël. « Les Normands nous ont poussé dans nos derniers retranchements et nous on fait douté jusqu’au bout », se rappelle L. Dolt. Pourtant, le 8-0 du début avait de quoi mettre la SIG en confiance. Mais Rouen, mixant beaucoup les défenses et alternant entre la zone et la boîte, s’accrochait : 18-14 après le premier quart, 29-24 à la mi-temps.

MIRACLE… – A la reprise, les locaux n’arrivent pas à creuser l’écart. Bien au contraire. 6’30’’ sans marquer et les Rouennais qui ne lâchent rien, survivent grâce à leur dynamique de groupe et passent en tête (29-34) avant le sursaut alsacien, symbolisé par deux paniers bonifiés : 35-34, puis 41-39 (30e’).

La SIG contrôle enfin (54-47, 37e’) mais la fin de match arrive et c’est Rouen qui a l’avantage tout du moins psychologique, puisqu’il égalise à 56 partout alors qu’il ne reste que 6 secondes de jeu. Après deux remises en jeu effectuées par la SIG, Labanca provoque la faute et écope de trois lancers-francs. Il ne reste que 69 centièmes de seconde. Le réalisateur alsacien n’en manque pas un et au coup de gong final, c’est un grand ouf de soulagement pour le leader. La 10e victoire de rang était dans la poche.

Les marqueurs : Ntilikina 10, Bouquet 11, Labanca 10, Eber 2, Ekembe 4, Laporal 9, Bah 1, Francois 12, Flick.

LA BONNE AFFAIRE. – Deux jours plus tard, alors que la SIG reportait son match de la 18e journée à Boulogne au 11 février, Gravelines, deuxième, chutait à Dijon (65-60), encaissant une quatrième défaite. Avec 15 victoires et deux défaites, l’équipe de Lauriane Dolt peut voir venir. Un succès lundi prochain dans le Pas-de-Calais pourrait (presque) tuer le championnat…

FINIE LA COUPE. – Demi-finaliste la saison dernière du Trophée Coupe de France, les espoirs de la SIG ont été stoppés prématurément la semaine dernière à Gries-Oberhoffen. Désignés recevants par le tirage au sort, ils ne disposaient pas du Rhenus (Kazan s’y entraînait à la même heure) et ont dû se déplacer chez les sociétaires bas-rhinois de la N2. Peu en jambes, maladroits, ils ont laissé rapidement l’avantage aux Griesois (53-64) et peuvent désormais se concentrer exclusivement au championnat.

J.C.F.