Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-Kazan-JeremyLeloup
Actualités A Kazan pour croire à l’impossible exploit

A Kazan pour croire à l’impossible exploit

Après un long périple et une nuit à Moscou, la SIG a rallié la Russie Centrale sous un épais manteau de neige, à Kazan, où l’attend le leader de sa poule d’Eurocup (coup d’envoi à 17h, ce mercredi, en direct sur Alsace20 et Eurosport). Un succès permettrait aux Strasbourgeois de viser la première place, une défaite ne compromettrait rien et fera, quoi qu’il se passe, du match contre Saint-Pétersbourg une finale…

En dirigeant ce mercredi son 17e match européen de la saison, Vincent Collet battra son record en carrière, établi la saison dernière avec 16 rencontres. « Je suis sûr d’arriver à 18 mais j’espère ne pas m’arrêter là », dit-il. La troupe strasbourgeoise est ambitieuse et si elle devra quoi qu’il arrive dans la capitale du Tatarstan, battre encore Saint-Pétersbourg la semaine prochaine au Rhenus pour voir les huitièmes de finale, elle n’a pas fait ce long voyage, pour renoncer à disputer sa chance à fond. « C’est vrai que ce déplacement est le plus difficile à gérer, explique le coach de la SIG, par sa longueur mais aussi par la qualité de l’équipe adverse ». Et lorsqu’il se penche sur les statistiques comparées des deux équipes, Vincent Collet ne cache pas une légitime fierté…

L’armada russe est impressionnante
dor-fischer-unics-kazan-ec14-photo-zenit

D'Or Fischer (à droite) face à Dejan Borovnjak (Saint-Pétersbourg), était absent à l'aller. Sa présence donne une autre dimension à Kazan. (Photo Unics)

« Bien sûr il faut relativiser puisque Kazan a joué 10 matches d’Euroleague pendant que nous disputions 10 matches d’Eurocup dans la première phase, mais après 14 journées, Kazan marque 76,2pts en moyenne, la SIG 74,9 ; les Russes encaissent 70,9pts par match et nous 71,5. A l’évaluation aussi, les chiffres sont très proches : 88,4 contre 88,2. Et l’évaluation concédée à l’adversaire est de 72,6 contre 73,1 ».

Au-delà de la sécheresse des statistiques, Collet sait qu’il va affronter « une belle armée ». Qui ne ressemblera pas trop à celle que la SIG a dominé au Rhenus début janvier (72-61). « Le retour de D’Or Fischer qui n’était pas là à l’aller, les place au-dessus du groupe. Kaimakoglou avait eu le nez cassé par le coude de Fofana et avait très peu joué. Pour corser le tout, ils viennent d’ajouter Robert Freimanis à leur roster ». (NDLR : l’international letton de 2,08m vient d’arriver du club estonien de Kalev il y a dix jours).

Autant dire que la tâche est insurmontable ou presque, si l’on sait qu’Antoine Diot – le meilleur joueur de la SIG en Eurocup cette saison – est toujours incertain, que Dragićević, dos bloqué, a dû sécher le dernier entraînement avant le départ, et que Traoré l’a quitté prématurément pour les mêmes raisons ! Pas sûr que la séance fixée ce mardi soir dans le Palais des sports local. « Il faudra faire un exploit pour avoir une chance de finir premier (NDLR : la SIG doit gagner ses deux dernières rencontres), mais il faudra au moins faire un bon match, leur poser des problèmes. C’est important dans la continuité de notre saison ».

« Ils auraient dû aller au Top16 »
SIG-Kazan-LouisCampbell

Face à Jerrells et Langford,le rôle de Campbell sera décisif. Surtout si Diot ne joue pas...

Vincent Collet a revu le match aller et a visionné d’autres rencontres de Kazan, battu de deux points seulement il y a peu par le CSKA Moscou, mais à la peine dimanche dernier en VTB League face aux Finlandais des Bisons de Loimaa (76-82 ap. pr.), sauvé par les 20pts et 13rbds de Fischer. « Nous avions fait un grand match à l’aller, se souvient Collet. Mais avec, en plus, Kaimakoglou, tireur à trois points et excellent passeur, et Fischer, un athlète incroyable au shoot performant dans le petit périmètre, c’est une équipe qui aurait dû aller au Top16, et qui avait battu le Real à Madrid, ce qui situe son niveau ».

Revigorés par l’arrivée au coaching d’Evgeny Pashutin, les Russes font désormais figure d’épouvantail en Eurocup et s’assureraient d’ores et déjà la qualification et la première place en cas de victoire. « Nous connaissons désormais les joueurs de Strasbourg et leur style, insiste le coach russe. Cela va nous aider à aborder le match par le bon bout ».

Aux joueurs déjà cités, il faut d’ailleurs ajouter le solide James White, les précieux double-mètres Sokolov, Antipov et Gubanov, les adroits Bykov et Ponkrashov, et plus encore les diamants que sont Langford et Jerrells !

Ne pas avoir de trou d'air

Malgré tous ces éléments contraires, Vincent Collet trouve des raisons d’y croire. « C’est un match que je savoure à l’avance. Ce type d’opposition est formateur pour notre équipe. Si jamais on va en 8e de finale, ce que j’espère, ce type de match doit nous servir. Car il faudra jouer alors 80 minutes constantes et en ce moment, ce n’est pas vraiment ce qu’on fait ». Allusion pas cachée du tout aux reprises de mi-temps douloureuses des dernières rencontres.

Il ne faudra clairement pas avoir de trou d’air contre cette équipe. « Ce type de match peut nous permettre de franchir un cap. Mais pour les embêter un peu, il faudra être bon ».

Le moment est clairement venu d’en apporter la preuve avant d’aller défier le récent tombeur de Limoges, Villeurbanne, à l’Astroballe !

A Kazan, Jean-Claude Frey

Le programme

Prog&Classement J15 Eurocup