Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
AliTraore4
Actualités Ali Traoré: « Être à 100% mentalement ! »

Ali Traoré: « Être à 100% mentalement ! »

Ce mercredi la SIG jouera son 5e match du Last32 d’Eurocup, à Kazan, le leader du groupe (coup d’envoi à 17h). Profitant de l’absence de D’Or Fischer et la sortie prématurée de Kostas Kaimakoglou, les SIGmen l’avaient emporté à l’aller malgré l’absence d’Ali Traoré. Sans son leader offensif du 1er tour (15pts de moyenne en dix matches), l’équipe avait trouvé d’autres solutions pour vaincre les Russes. Cette victoire, ils l’avaient cherchée en s’appuyant sur une excellente défense. Si la qualification se jouera face à Saint-Pétersbourg la semaine prochaine, il ne faut pas croire que les hommes de Vincent Collet laisseront filer ce match. En effet, une victoire, bien que difficile à obtenir, permettrait à la SIG de jouer la première place du groupe la semaine prochaine. 48 heurs avant le coup d’envoi Ali Traoré, après être revenu sur sa condition physique actuelle, confirme que les Strasbourgeois se déplacent à Kazan pour tenter « d’y faire un coup ».

Franklin Tellier : Depuis ta blessure à Nanterre, tu n’as joué que 4 matches sur 9. Où en es-tu?

Ali Traoré : J’ai eu mon entorse de la cheville le 22 décembre à Nanterre puis une récidive à Gravelines car je n’étais pas totalement remis et je jouais un peu sur une jambe. Mais maintenant ma cheville va beaucoup mieux, elle est pratiquement guérie. Je dois quand même continuer à faire de la proprioception pour qu’elle redevienne bien solide. Maintenant, je suis un peu dans le dur physiquement. Il faut que j’arrive à monter un peu mon niveau. Forcement avec quatre semaines d’arrêt, ça prend un peu de temps pour récupérer toutes ses capacités physiques.

F.T : A mi-championnat, quel regard portes-tu sur la saison de Bangaly Fofana et sur votre complémentarité?

A.T : En début de saison, nous étions tous d’accord pour dire qu’il était très complémentaire de moi, car il peut apporter globalement des choses différentes de ce que je peux apporter. Nous l’avons confirmé sur le terrain. Personnellement, je trouve qu’il a beaucoup progressé depuis le début de la saison. Il s’entraîne beaucoup pour ça. La preuve est qu’il me supplée parfaitement pendant cette petite période trouble pour moi.

F.T : L’équipe connaît des problèmes récurrents : retours de mi-temps difficiles, pertes de balles sur des défenses « press/tout terrain »… Cela laisse à l’équipe une marge de progression, mais comment expliques-tu ces soucis?

AliTraore2A.T : Si on était parfait, on changerait de championnat et on irait jouer en NBA pour être champions… Blague à part, oui notre équipe a des faiblesses, comme les autres équipes. Le problème de retour de vestiaires, je ne sais pas l’expliquer clairement. Ce n’était pas comme ça avant. Ça fait un mois que ça arrive, depuis Nanterre. On en parle beaucoup entre nous. Pourtant à la mi-temps on se motive on se dit “allez les gars, on va tout défoncer !” La motivation est là, c’est certain! Mais on fait tellement de bonnes premières mi-temps que souvent l’équipe adverse revient des vestiaires avec le couteau entre les dents et, peut être, inconsciemment, nous, on se relâche et derrière on en prend plein la gueule… On n’arrive plus à jouer 40 minutes en ce moment. On joue 30/35 minutes. Parfois on arrive à se reprendre et des fois non et là c’est fatal… C’est un problème individuel. Il faut que chaque joueur qui rentre sur le terrain se dise qu’il faut mettre la même intensité qu’en 1ère mi-temps !

F.T : Vous vous déplacez à Kazan. Tu connais le basket russe pour y avoir joué 15 mois. Peux-tu nous en parler ?

A.T : La VTB League est un championnat très, très fort. Selon moi il est dans le top 3 en Europe actuellement. Le niveau est vraiment très élevé. Le jeu à la russe est un jeu où il y a beaucoup de coupes, beaucoup de mouvements en attaque. Tout le monde y trouve son compte car tout le monde touche le ballon. C’est quelque chose qu’il faut savoir gérer en étant très agressif en défense pour les faire déjouer…

F.T : Kazan a du mal à remplir son Arena (ndlr : 2500 spectateurs pour Nymburk et 1000 pour Saint-Pétersbourg). Tu connais bien cette salle, il me semble. Quels souvenirs en gardes-tu ?

A.T : Oui, je connais bien la salle puisque que c’est la même que celle du Lokomotiv Kuban où je jouais. Elle est très grande, 8000 places il me semble. Il y avait plus d’ambiance quand on jouait avec le Lokomotiv. Tu sais, c’est le « sud », ce sont les méridionaux de la Russie, donc il y avait beaucoup plus de monde (rires). Mais c’est vrai que c’est une salle assez froide avec peu de spectateurs. C’est la pire des ambiances. Personnellement je déteste ça car c’est très difficile de se mettre dans le rythme. Le souvenir que j’en ai, c’est une salle assez froide niveau ambiance…

F.T : Et la vie en Russie ?

A.T : Moi je m’y étais totalement fait. En Europe de l’Ouest on se fait beaucoup de « fantasmes » sur la vie en Russie, mais la vie est normale. Moi ça m’a beaucoup plu, j’étais très content là bas. Après, oui il fait froid l’hiver ; mais bon, tu t’habilles chaudement et tu vis ta vie.

F.T : Revenons au match. L’équipe s’était imposée à l’aller malgré ton absence. Depuis Kazan s’est encore renforcé avec Freimanis et a même accroché le CSKA Moscou. Il semblerait qu’il va falloir que tout le monde soit à 100% pour avoir une chance de l’emporter…

A.T : Il faudra être à 100% mentalement aussi je dirais… et dès le début. Ce sera un gros match. On sait que c’est une équipe énorme. Ils ont récupéré D’Or Fischer. Kaimakoglou n’avait pas pu beaucoup jouer à l’aller… Si on veut s’en sortir il faudra que l’on fasse le match parfait ! Si on gagne on pourra viser la 1ère place. Il y a sans doute moins de pression pour ce match que celui dans une semaine face à Saint-Pétersbourg, mais on doit y aller à fond pour essayer de faire un coup !

Propos recueillis par Franklin Tellier