Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
le mans
Actualités Être au rendez-vous

Être au rendez-vous

Une décennie après son titre de champion de France, décroché à Bercy, la SIG a un nouveau rendez-vous avec l’Histoire en finale de la Leaders Cup contre Le Mans (17h à Disneyland, en direct sur Canal+, live score sur sigbasket.fr). Un rendez-vous à ne pas manquer.

Toups

Le rôle de Toupane (face à Daniel Ewing) sera encore capital dans le système défensif de la SIG.

Dix ans c’est long… Depuis 2005, la SIG court après un trophée et elle disputera en fin d’après-midi sa quatrième finale en deux ans. Pour effacer les trois échecs précédents. Un classique, entre Le Mans, qui détient le record de succès dans l’épreuve (2006, 2009 à la Semaine des As, 2014 en Leaders Cup) et la SIG, finaliste malheureux en 2013 face à Gravelines. C’est aussi le troisième face à face entre ces géants du basket français dans ce trophée de mi-saison, les deux premiers ayant souri aux Sarthois. En 2007 à Mulhouse, en quart de finale, avec un certain… Vincent Collet sur le banc du Mans (76-91), l’an dernier en demi-finale (74-89). Le même écart à chaque fois, mais cette fois, l’histoire pourrait s’inverser !

Le tenant n’a jamais conservé son titre

Car cet après-midi, c’est pour la conquête du titre que les deux équipes s’affronteront. Et jusqu’ici, Gravelines (2012) et… Le Mans (2007) n’avaient pas réussi à confirmer le triomphe de l’année précédente. La vérité des chiffres restera-t-elle d’actualité ? On le souhaite pour les Strasbourgeois qui cherchent à vaincre enfin le signe indien.

Question sentiments, ce sera forcément un match particulier pour Antoine Diot (cinq saisons), Jérémy Leloup (trois saisons pro et toute sa formation) et pour Vincent Collet dont le MSB est le club de cœur, son président étant un de ses meilleurs amis… « Il n’y aura pas de sentiment », lâchait le coach après la demi-finale. La SIG a une faim de victoire si grande, manifestée encore dans sa volonté de ne pas lâcher prise quand Dijon tenait le bon bout, samedi, qu’on n’imagine pas les joueurs ne pas tout laisser sur le parquet car ils savent aussi qu’ils bénéficieront de quelques jours de repos après la compétition. Pas de calcul, à fond de la première à l’ultime seconde.

Un nouveau défi physique, avec Traoré
Beaubois

Rodrigue Beaubois, serré par Paul Lacombe est un danger permanent... (Photos MSB)

Cette finale, pourtant, elle se jouera avant tout sur le terrain. Dans l’envie, dans l’engagement, mais aussi dans la justesse. On peut faire confiance à Collet, qui a passé une partie de la nuit et du dimanche à « scouter » l’équipe tango, pour mettre en place les bonnes stratégies. « Mais il faudra surtout qu’on soit meilleur en attaque, plus efficace », insiste Collet. Le petit 30% à deux points sera insuffisant, mais on sait bien que Matt Howard (1 sur 10 contre Dijon) ne peut que monter en régime. Que Dragićević ou Lacombe ne manqueront pas à nouveau des paniers aussi faciles. Et qu’enfin, le retour de Traoré, qui a participé au shooting du matin après son épisode de grippe, donnera quelques solutions en attaque. Même s’il ne sera pas au top. Un renfort d’autant plus précieux que Mouphtaou Yarou, touché au genou contre Nanterre, dans un choc avec Weems est out pour un moment.

Le Mans trouvera des ressources chez Charles Kahudi, Michal Ignarski ou C.J. Wallace, le trio majeur, de la percussion chez Ewing, Ely, de l’adresse chez Beaubois ou Eito, dans une équipe qui enchaînera dès mardi à… Usak, au fin fond de la Turquie. « Après un week-end aussi intense, on risque de tout perdre car seul un succès nous qualifiera pour les quarts de finale de l’Eurochallenge », s’inquiétait Vincent Loriot, le coordinateur sportif du MSB. Info ou intox ? Difficile d’imaginer que les Manceaux ne voudront pas gagner cette finale… « Nous avons 50% de chances de l’emporter » disait le rusé Erman Kunter. Qui a déjà oublié sans doute, le succès de la SIG à Antarès en novembre (76-83).

La qualité des matches, leur intensité et leur indécision, nous promettent un spectacle exceptionnel. Dont on souhaite surtout que la SIG sorte vainqueur. C’est le moment où jamais…

J.C.F. (avec F.T.)

Les chiffres comparés

comparaison Stats SIG Le Mansbrackets leaders cup 2015 V3