Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Dijon_Jeremy_Leoup
Actualités Jérémy Leloup : « Contre Dijon, ce ne sera pas facile »

Jérémy Leloup : « Contre Dijon, ce ne sera pas facile »

Pour s’être imposée le plus facilement en quarts de finale, la SIG a désormais une pancarte de favori de la Leaders Cup après l’élimination de Limoges et de Nanterre. Mais il faudra être très sérieux et très performant pour venir à bout, à partir de 18h (en direct sur Sport+, live score sur sigbasket.fr) de solides Dijonnais, menés par le génial lutin, Ervin Walker. C’est le prix d’une finale dimanche et, on l’espère, d’un trophée à décrocher.

SIG-DIJON.JeremyLeloup

Jérémy Leloup qui s'envole au-dessus de Zach Moss et Steven Gray sous le regard d'Andre Harris : une scène que l'on espère revoir en fin d'après-midi.

Des trois équipes qui dominent la ProA depuis le début de saison, il n’en reste plus qu’une, la SIG. Nanterre et Limoges sont tombées dès les quarts de finale. La Leaders Cup a, comme à son habitude, réservé son lot de surprises. Et il serait très imprudent de croire que le compte est bon pour cette édition et que la série va s’arrêter là. Fidèle au rendez-vous des demi-finales de Mickey pour la troisième fois en trois éditions, l’équipe strasbourgeoise est la seule avec Le Mans à afficher une si belle régularité. Mais elle ne sert à rien si on ne va pas jusqu’au bout, jusqu’à décrocher la timbale à laquelle quatre équipes peuvent encore prétendre.

La demi-finale de cette fin d’après-midi, contre Dijon, c’est le match de tous les dangers. Ceux qui ont eu le malheur de laisser croire que le succès des Bourguignons sur les Parisiens pouvait être « une bonne affaire » pour les hommes de Collet, se sont pris une volée de bois vert de la part du coach alsacien. « Je n’ai jamais cru à cette histoire de dynamique. C’est de la littérature, a-t-il lâché. Dijon est constant, défend bien et ce sera un sérieux adversaire pour nous ».

La troisième manche

N’allez pas croire non plus que le manque de rotations d’un effectif même privé de Ferdinand Prenom, sera un handicap pour l’équipe de Borg. Ou que la fatigue pourrait peser sur les épaules de Zach Moss (bientôt 34 ans), sur Harris, Walker ou Gray qui ont tous joué 30 minutes ou plus. « Ces matches-là se jouent sur l’adrénaline, sur l’envie », soufflait en connaisseur Alain Weisz, qui défiera Le Mans en soirée.

Grand expert de l’équipe adverse, et pour cause, Jérémy Leloup avoue apprécier de retrouver la JDA sur son chemin pour la troisième fois cette saison, après les deux succès obtenus en championnat. « On a peut-être l’avantage, avec Tony, de connaître leurs systèmes et ça nous permet d’aider l’équipe à s’adapter à leur défense et de les contrarier sur les phases offensives qu’ils vont nous proposer ».

Spectateur attentif du quart contre Paris, l’ailier fort strasbourgeois avoue ne pas avoir été surpris par la performance des Dijonnais. « Ils sont habitués à ces scénarios-là. La confiance a changé de camp au cours du match ». Si la SIG a misé sur ses intérieurs pour éteindre Le Havre, si Dijon a été porté par sa traction arrière, Walker, Gray et Joseph, le match de fin d’après-midi peut révéler un tout autre scénario. « Chaque match est différent. Ils ont une rotation en moins avec la blessure de Prenom mais Alingue a aligné une vraie performance en défense et dans tout le jeu. Ils font des trappes, il faudra être méfiant et mettre les tirs extérieurs pour écarter la défense ». Un domaine où la SIG n’a pas été exceptionnelle hier (3 sur 16 à trois points).

Pas sûr non plus que l’issue de la demi-finale se joue exclusivement sur les qualités de jeu des uns et des autres. Leloup en convient : « Ça va se jouer sur la défense, mais sur le mental aussi. Il faut savoir répéter les efforts, se battre. Nous devrons être prêts. L’envie sera déterminante, ne rien lâcher jusqu’à la fin. Car les retournements de situation un peu fous qu’on a connu hier peuvent se reproduire. Il faudra tenir 40 minutes et ce ne sera pas facile ».

Entre habitués

L’autre demi-finale opposera à partir de 20h30 Le Mans et Nancy, les deux équipes qui ont le plus souvent participé à cette compétition de mi-saison (12e édition pour chacune). Les Lorrains disputeront le 20e match de Leaders cup/Semaine des As, Le Mans, tenant du titre et tombeur de la SIG l’an passé en demi-finale, le 25e. A une seule reprise, les deux équipes se sont trouvées face à face, en 11 participations, lors d’une demi-finale en 2007 que les Sarthois avaient remporté 78-70. Auront-ils récupéré de leur marathon de 55 minutes disputé hier ? Les joueurs d’Alain Weisz retrouveront-ils l’esprit guerrier qui a fait chuter Limoges ? De ces réponses dépendra en partie le nom du deuxième finaliste…

J.C.F. (avec F.T.)

comparaison Stats SIG Dijon