Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-ZENIT-100215-04 DRAGICEVIC
Actualités Pau-Orthez pour rester leader

Pau-Orthez pour rester leader

Avant d’aller disputer la Leaders Cup à Disneyland et après l’échec de l’Eurocup mardi, la SIG renoue avec la ProA en accueillant Pau-Orthez samedi à 20h au Rhenus. Pas question de thérapie par la victoire. Il s’agit simplement de poursuivre l’œuvre entreprise…

Dillard_Diot

Antoine Diot a déjà croisé Kevin Dillard (à gauche), le meneur de Pau, à Ostende lorsqu'il jouait pour Riga. Retrouvailles au Rhenus. (Photo JCF)

Joueurs, staff, dirigeants et fans se sont réveillés mercredi matin avec la g… de bois. S’ils n’ont pas passé une nuit blanche… Comment rebondir ? Comment effacer une si cruelle déception ? Comment préparer au mieux les prochaines échéances et trouver une stabilité émotionnelle qui permette d’être enfin présent dans les grands rendez-vous ?

Car si Saint-Pétersbourg a dominé, réussi un grand match et s’est qualifié, ce n’est sans doute pas sur ses seules qualités de jeu. Car cette même équipe avait perdu de 38 points à Kazan, de 21 à domicile une semaine auparavant contre Nymburk ! Au Rhenus, elle a tout simplement réussi à se transcender mentalement, à placer le jeu avant l’enjeu et à… mettre à profit les faiblesses apparues dans les rangs strasbourgeois tout au long de la première mi-temps.

Pas le match du rachat

Avant de s’attaquer à la conquête d’un premier trophée cette saison – qui viendrait probablement balayer le syndrome et tous les doutes récurrents – la SIG devra poursuivre sa marche en avant en ProA contre Pau-Orthez. Et le succès serait assurément le meilleur remède à tous ces maux. Même si, comme le souligne Vincent Collet, « il faut avancer et une victoire pourrait être un premier pas mais il n’effacera rien. L’élimination reste… »

De retour à la salle jeudi, joueurs et entraîneurs ont revu en vidéo les scènes clés du match de mardi. Une façon d’exorciser l’événement. « On a le sentiment de ne pas avoir joué avec nos armes, mais il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l’eau du bain. A nous de patienter, de prouver dans d’autres circonstances que cette équipe peut gagner des titres ».

Un Élan new look

Si le match contre les Palois ne sera pas celui du rachat, il faudra pourtant continuer sur l’excellent élan du championnat. Sans trop se prendre la tête… Toujours sans Matt Howard encore en souffrance mais qui fait du vélo et du gainage depuis quelques jours. «On préfère qu’il soit revenu à son meilleur niveau contre Le Havre », insiste Vincent Collet. Pas moyen non plus d’utiliser les références du match aller, largement dominé par la SIG. « L’équipe paloise ne ressemble plus du tout à celle d’octobre, insiste l’entraîneur de la SIG. Elle est bien plus performante en défense et n’a encaissé que 66 points en moyenne lors de ses cinq dernières sorties. Comme nous… Ils ont acquis plus de dureté et une bonne organisation ».

Piégée par Nancy après un joli 6 sur 7 en deux mois pour n’avoir pas trouvé la solution à la défense mixte des Lorrains privés de Pietrus puis de Falker, l’équipe de Claude Bergeaud a toutefois des arguments à faire valoir. Bâtie autour de Morris Finley, un meneur très haut de gamme dont elle a dû très tôt se priver, la formation paloise a misé sur Kevin Dillard, que la SIG avait affronté à Ostende en septembre lorsqu’il évoluait à Riga. Depuis la semaine passé, Finley est de retour. En revanche, Marko Simonovic, le meilleur atout offensif de l’Élan est out pour plusieurs semaines, David Denave pour dix jours. « Avec Finley et Dillard, mais aussi Bokolo et Driss, la traction arrière tiendra la route », souligne Collet. Et puis il y a Ebi Ere, le shooteur, Antywane Robinson, un solide 3/4, Sylla et Bronchard de solides intérieurs, Tyler Cain le rebondeur.

Largement de quoi proposer une opposition solide. A la SIG de prouver que les six succès de rang en ProA, tout comme la place de leader, ne doivent rien au hasard…

Jean-Claude Frey