ban_150x398_v.jpg
ban_150x398_v.jpg
Rejoignez la #SIGArmy
En janvier, trois affiches au Rhenus
Leaders Cup_SIG Lehavre_matt Howard Ricardo greer Hugo Invernizi et John Cox
Actualités Une entrée en matière solide

Une entrée en matière solide

Longtemps accrochée par Le Havre dans le premier quart de finale de la Leaders Cup, la SIG a durci le ton dans… le troisième quart avant de s’assurer une fin de match tranquille dans laquelle Romain Duport a fait son retour : 73-57. Une étape est franchie avec succès, il en reste deux ! A commencer par Dijon, samedi (18h) en demi-finale.

Leaders Cup_SIG Lehavre_Jeremy Leloup Hugo Invernizi

La défense de Leloup sur Greer a été précieuse dans le deuxième quart. Quand la SIG a mis la main sur le match.

Dans une Arena qui sonnait encore bien creux à l’heure du coup d’envoi, l’entame était particulièrement importante. Prendre le match par le bon bout, la meilleure façon de se rassurer et d’assurer. Traoré l’avait compris (2-0), mais les échecs suivants en attaque (1 sur 6 après quatre minutes) mettaient Cox et King en confiance : 2-6. La patience et les « primés » de Campbell et Diot engendraient un 8-0 bénéfique. Le score grimpait même à 13-8 au moment des premiers changements.

Le Havre serrait les rangs, fermait la raquette et Brazelton relançait la partie : 15-16 (10e’). Campbell se faufilait jusqu’au cercle et un énorme contre de Fofana sur Yeguete assurait un petit point d’avance à la fin de la période : 17-16.

Leloup remet la SIG en marche avant

Le Havre misait sur la maladresse strasbourgeoise (2 sur 8 seulement à trois points) et repassait en tête sur des réussites derrière l’arc de Hugo Invernizzi et John Cox : 19-22 (13e’). Pire, au-delà du manque de réussite (deux petits points dans l’escarcelle en… cinq minutes !), la SIG était sanctionnée : cinq fautes à… zéro. King avait fait le ménage au rebond (5 prises offensives en cinq minutes pour St-Tho) et Ali Traoré rejoignait le banc après une faute offensive, la 3e personnelle…

Le retour de Jérémy Leloup sera payant. Un panier, une interception sur Greer et une passe décisive pour Howard avait instillé le 10-2 des Strasbourgeois : 29-24 (17e’). Mais Ricardo Greer venait en percussion (cinq fautes provoquées…) ramener son équipe dans le sillage de ses anciens équipiers (29-27) et lorsque Howard (8pts, 8 rebonds) et Lacombe (8pts et un bel abattage) eurent refait un mini-break (33-27, 18e’), Hugo Invernizzi (cinq points de rang) venait tout (ou presque) anéantir : 35-32. On se doutait bien que les Normands, vaillants comme jamais, s’accrocheraient longtemps encore…

La défense enclenche le turbo
Leaders Cup_SIG Lehavre_Romain Duport

En fin de rencontre, Romain Duport a pu retrouver le parquet et... marquer ses premiers points de la saison.

Pourtant, c’est en montant d’un cran en défense que la SIG se facilitera le quart de finale. Les « guerriers » (Howard, Fofana, Lacombe, Campbell et Diot) avaient mis les barbelés. Fofana (trois contres déjà, plus spectaculaires les uns que les autres) se montrait aussi en attaque et avec Howard et Lacombe, il creusait un premier écart (41-32, 23e’) que le seul Ricardo Greer tentait de combler : 41-36. La SIG appuyait là où ça faisait mal et l’énergie havraise havraise fléchissait à l’image d’un Shawn King déjà usé : 53-39.

Même si l’inoxydable Ricardo Greer (18pts, 6 rbds, 6 fautes provoquées) bougeait encore (53-43), Ali Traoré enfonçait le clou dès le début du dernier quart (57-43, 66-49) et Collet pouvait même faire entrer Romain Duport, ovationné, et Antony Labanca pour une fin de match tranquille. Le plus dur était fait mais… l'essentiel reste à faire !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – LE HAVRE 73-57. Disneyland Arena. 2 500 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Mateus et Rosso.

Les périodes : 17-16, 18-16 (mi-temps : 35-32), 18-11 (53-43), 20-14.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « On a joué notre jeu dès le début, mais il faut accepter que l’adversaire a le droit d’être présent, impliqué. Et que, même quand tu es dur, l’adversaire trouve des solutions. Je n’étais pas mécontent de notre première mi-temps. Nous avons fait un match construit. La grande différence, c’est que nous, on a pu faire tourner. Et la très bonne entrée de Lacombe, de Fofana, de Toupane qui a fait des fautes et épuisé Cox, a été précieuse. Et puis Fofana a changé la donne avec ses contres et quand on a eu dix points d’avance, Le Havre a accusé le coup. On avait prévu de fermer l’intérieur et en deuxième mi-temps, Greer n’a plus tiré que loin du cercle. C’est un travail de sape dont nous avons recueilli le bénéfice plus tard. Masi ce n’est qu’un premier pas. Il faudra être à nouveau performant demain. Ça fait trois ans qu’on est là, et qu’on ne gagne pas. Toujours placé, jamais gagnant. On a une énorme pression ».

Ali Traoré : « Le Havre nous a beaucoup dérangé avec ses changements défensifs. Nous, on a continué à bien défendre pour accélérer par la suite. On se méfiait vraiment parce qu’on avait gagné difficilement chez nous. On a été très sérieux dès le début, sinon, cela aurait pu être très compliqué. Personnellement, j’étais frustré par ma troisième faute, mais je savais qu’il y aurait une deuxième mi-temps et que mon tour viendrait. Le fait que Matt et Bangaly fassent un gros boulot, m’a facilité la tâche par la suite. Le retour de Romain nous fait particulièrement plaisir. Et en plus, il a marqué ! »

Axel Toupane : « C’était un match maîtrisé. Le Havre a fait une bonne première mi-temps mais ils y ont laissé beaucoup de force. Après une première mi-temps sérieuse, on a progressé et augmenté le rythme pour gagner. Ce n’est que le premier match mais c’est parfait pour débuter la compétition ».

Tony Dobbins : « C’est un bon départ. Gagner ce match c’est bien surtout que l’on jouait à une heure inhabituelle, très, très tôt. Nous avons trouvé les solutions nécessaires pour battre Le Havre. Mais ce n’est que la première étape. Ce qui est bien pour la suite, c’est que la victoire n’a pas été si facile et je pense que c’est une bonne chose pour être prêt demain. Une bonne victoire mais la route est encore longue… »

Matt Howard : « On a beaucoup mieux joué durant la seconde mi-temps. Par rapport à la première, on a réussi à faire de bons stops en défense. C’est la base de notre jeu, donc c’était important de les réaliser. Maintenant ce n’est que le premier match, la première victoire, rien n’est fait. Il y a deux matches de plus à venir pour espérer quelque chose. Nous ne nous enflammons pas et nous nous concentrons déjà sur demain ».

Paul Lacombe : « C’est une belle victoire. Le plus important dans ce genre de compétition c’est de gagner. En plus, on a pu faire tourner l’effectif dans le dernier quart temps ; c’est une bonne chose avec ce genre de format où les matches s’enchaînent. D’autant plus que ce soir on a vu que Le Havre n’avait pas une grande profondeur de banc et que cela leur a coûté. On les a épuisés en première mi-temps et c’est sûrement ce qui nous permet de gagner à la fin. Le retour de Romain fait vraiment plaisir en plus. Et cela fait d’autant plaisir lorsque l’on a entendu la réaction du public dans la salle, tout le monde l’a applaudi, c’est une bonne chose pour lui, ça va l’encourager ! On est super content de le revoir à nos côtés. C’est une force supplémentaire pour nous. Vivement qu’il soit à 100% ».

Eric Bartecheky : « Strasbourg a dominé les aspects tactiques pour stopper les joueurs majeurs de notre équipe. C’est tout le mérite de Vincent Collet. Une défense très agressive, présente sur les lignes de passes. On a dribblé, dribblé… L’écart n’est pas énorme entre les deux équipes mais il est là, sur ces choix tactiques majeurs. On est bien sûr déçu de perdre mais je suis tout de même fier de mes joueurs. Les gars se sont battu. C’est simplement plus fort en face, il faut le reconnaître. Et cela permet de revenir à la réalité. On n’a pas autant de talent que le top4, ni la profondeur de banc ».

Hugo Invernizzi : « On n’a pas pu relever le défi physique en 2e mi-temps. On a aussi commis de petites erreurs au moment où ils ont été plus agressifs en défense. Pour la troisième fois, il nous laisse à moins de 60 points marqués. Ils mettent vraiment une grosse pression sur l’adversaire… »

brackets leaders cup 2015 V2