Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Denain SIG Antoine Diot
Actualités Antoine Diot : « Progresser encore davantage »

Antoine Diot : « Progresser encore davantage »

Mardi la SIG affronte le champion en titre Limoges à Beaublanc, dans un match qui, pour beaucoup, ressemble de (trop) près à une revanche de la finale de mai dernier. Il est vrai qu’il serait tentant de faire ce raccourci, d’autant que le CSP est venu s’imposer au Rhenus lors du match aller. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde...

SIG_Limoges_Diot_AMVP français de ProA 2014, MVP de la leaders Cup 2015, joueur emblématique du championnat, on ne présente plus Antoine Diot. Maître à jouer de la SIG depuis deux ans, il joue cette année sa 8eme année professionnelle et compte un grand nombre matches joués toutes compétitions confondues. De l’expérience et du recul sur les événements, il a appris à en prendre, lui qui jouera mardi prochain son 200ème match de saison régulière en ProA. L’occasion d'évoquer avec lui sa carrière, la saison actuelle mais aussi plus longuement le match à venir. Il confie ainsi que cette opposition, si elle est particulière, c’est principalement dû au niveau des équipes actuelles et non pas en raison du passé entre les deux clubs. Il nous dira clairement que, pour lui et ses coéquipiers, laisser le passé derrière, aller de l’avant et continuer à progresser sont les seules choses qui comptent.

 

Franklin Tellier : Après ton titre de MVP en juin, il y avait une grosse attente sur toi cette saison. Comment juges-tu ta saison ?

Antoine Diot : D’un point de vue collectif, pour l’instant elle est bonne. On a gagné un titre, ça fait du bien. Malheureusement on n’a pas réussi à se qualifier pour les 8ème de finale de l’Eurocup. À titre individuel, je fais une bonne saison mais j’en attends encore un petit peu plus. Je pense que j’ai gagné en régularité par rapport à l’année dernière. Je suis moins en « montagnes russes » cette année. Mais j’ai envie de progresser encore davantage.

F.T : Ce match contre Limoges sera le 200e match de ta carrière en saison régulière de ProA. Si tu devais faire un petit flashback sur ces 8 dernières années, qu’est-ce que tu retiendrais?

A.D : Je retiens les titres. Certes il y a eu ma blessure, mais c’est du passé et je n’aime pas vraiment revenir dessus. C’était un moment très difficile pour moi. Je retiens surtout les titres avec les différentes équipes avec lesquelles j’ai joué. C’est toujours le même sentiment : l’envie de partager ça encore et toujours. C’est du bonheur. On fait un sport collectif et pouvoir partager un trophée avec tes partenaires, avec qui tu as souffert toute l’année, c’est ce qu’il y a de plus beau pour moi.

F.T : Revenons à aujourd’hui. On arrive dans la dernière ligne droite avant les playoffs. La gestion de la fatigue a son importance, on se souvient de l’année dernière…

A.D : Vincent, dans sa longue carrière, a appris à gérer ça et je pense qu’on le fait très bien grâce à lui. L’année dernière c’était particulier, on était diminué pour toutes les raisons que l’on connaît et ça a enlevé des rotations. Cette année on est vraiment 11 joueurs. On fait confiance au staff, au préparateur physique. On réussit à enchaîner les matches depuis le début de la saison en les gagnant, ça veut dire qu’ils font du bon travail. Ce sont eux qui gèrent ça entre les matches, nous on est là pour les écouter.

SIG_Limoges_DiotBF.T : Vous êtes à 10 victoires de rang. Une 11e serait une première cette année pour une équipe en ProA et même la première fois depuis 2012 et Gravelines. Ce n’est pas rien et cela montre une belle continuité…

A.D : On n’est pas là pour battre des records de victoires consécutives. On est là pour être régulier. Je préfère perdre maintenant et repartir sur une série de dix victoires. Il vaut mieux perdre un match tous les dix matches, que de faire une série de 15 victoires, et de perdre ensuite les 10 autres à la suite. Evidemment, c’est beau, c’est bien et il faut s’appuyer là-dessus pour gagner en confiance. Mais il ne faut pas que cela nous donne le droit de penser qu’on a fait le boulot. Au contraire le match suivant sera toujours plus dur et c’est d’autant plus vrai avec le défi qui nous attend à Limoges ! Il ne faut pas penser aux séries, il faut penser aux matches les uns après les autres.

F.T : Justement Limoges, vous restez sur cinq défaites consécutives face à eux. Il est temps que la série s’arrête…

A.D : Bien sûr mais ce sera très difficile. Mais même si on venait à perdre ce n’est pas pour autant qu’il y aura un « complexe Limoges ». C’est un petit peu comme cette histoire avec les finales perdues. Je le disais encore avant de jouer la finale de la Leaders Cup. On avait perdu avant mais tout le monde n’avait pas perdu. Matt, Tadija, Ali, Tony, ils s’en foutent de tout ça. On joue pour gagner sans se soucier de ce qui c’est passé les années précédentes. Oui, ils nous ont battus cinq fois, mais c’est du passé et on s’en fout, on va de l’avant!

F.T : Limoges de son côté semble aller mieux après un passage à vide. Que penses-tu du CSP cette saison?

A.D : Je pense qu’il faut oublier leur saison et la nôtre. Ce sera un match très particulier. Tout le monde dit que ce sont deux des trois meilleures équipes qui s’affronteront. Ils vont vouloir répondre présents dans leur salle. Une chose est certaine, qu’ils soient moins bien ou mieux maintenant, il faut oublier ça. Ils vont forcement jouer leur meilleur basket. A nous d’en faire de même pour essayer de gagner. Ce sera un match très difficile et très intense…

F.T : … D’autant plus à Beaublanc ?

A.D : Oui, c’est une très bonne équipe on le sait et dans sa salle en plus il y a énormément de pression. Le public est très fort pour mettre cette pression sur tout le monde. Eux, au contraire, ça les galvanise. À nous de stopper cette euphorie et de ne pas les laisser partir dans ce qu’ils veulent. L’une des clefs du match sera d’imposer notre rythme.

SIG-Cholet_Antoine Diot et Rudy JombyF.T : Vous êtes très performants à l’extérieur, ça peut aider. Comment expliques-tu cela ?

A.D : En même temps, on n'a perdu que deux fois à domicile. On n'est pas mal aussi (rires). C’est difficilement explicable. Il faut rester maître chez soi et être performant à l’extérieur. C’est sûr que tu as peut-être moins de pression à l’extérieur car tu te dis qu’une défaite est un petit peu moins grave… Mais il ne faut pas se focaliser là-dessus et jouer les matches de la même façon à domicile et à l’extérieur.

F.T : De plus, depuis deux matches, l’équipe semble encore évoluer en étant plus offensive…

A.D : Très clairement les semaines d’entraînement nous font du bien offensivement. En début d’année, avec deux matches par semaine, tu n’as pas forcément le temps de travailler l’attaque. Heureusement notre défense était là pour nous faire gagner des matches. Mais ce n’est pas parce qu’on met plus de points qu’il faut en encaisser plus. Les gens voient que l’on score plus mais moi je vois surtout que l’on en encaisse plus. Le fait que l’on encaisse plus de points est peut-être dû au fait que l’on est plus focalisé, en ce moment, à travailler notre attaque. Mais notre qualité première reste la défense et il ne faut pas l’oublier car c’est ça qui nous fera gagner des matches … et des titres ! Il faut se recentrer là-dessus et continuer à progresser en attaque. Ce n’est pas parce qu’on va encaisser moins de points qu’il faut qu’on score moins. Si on peut faire les deux : défendre dur et attaquer fort ce serait parfait !

F.T : Ce match opposera les deux équipes qui génèrent le plus de passes décisives. Est-ce que couper le passing game de l’adversaire ne sera pas la clef du match pour les deux équipes ?

A.D : Oui, c’est clair ! Les deux équipes ont des collectifs bien huilés. Eux manient à la perfection la contre-attaque et ça leur donne beaucoup de paniers faciles. Il va falloir couper cela. Et pour le couper, il va falloir faire attention aux balles perdues et tout ça nous ramène au passing game. Il va falloir donner des passes faciles et ne pas se laisser dominer par leur intensité. Donc une nouvelle fois, à nous de dicter notre rythme et de ne pas subir leur défense.

Propos recueillis par Franklin Tellier