Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Jérémy_leloup_2014.2015B
Actualités Jérémy Leloup : « Le Mans sera très revanchard »

Jérémy Leloup : « Le Mans sera très revanchard »

Pour la 26e journée de ProA, la SIG accueille lundi (20h30) l’équipe du Mans qu’elle avait battu en finale de la Leaders Cup. Un mois après cette finale, dont la dernière action avait fait parler (à tort ou à raison), ces retrouvailles promettent d’être intenses puisque ce sont forcément des Manceaux très revanchards qui arrivent en Alsace.

Jérémy_leloup_2014.2015D

Depuis trois rencontres, les statistiques de Jérémy Leloup (ici face à Blake Schilb) sont en nette hausse.

Jérémy Leloup est un pur produit sarthois. Né au Mans, il y fit ses premiers dribbles avant d’intégrer le centre de formation du MSB et passer professionnel sous les ordres de Vincent Collet. Avant un match qui qualifierait mathématiquement la SIG pour les playoffs en cas de victoire, quoi de plus normal que de le choisir pour parler de l’affrontement à venir. Mais ce choix s’imposait également à lui-même au regard des résultats actuels de la SIG. Tout le monde l’a remarqué, depuis trois matches, avec 87 points  marqués en moyenne, l’attaque de la SIG est plus incisive. Parallèlement à cela, Jérémy voit ses stats être en hausse sur la même période : 13,7pts et 19 d’évaluation contre 8,8pts et 7,5 d’évaluation avant cette période. Hasard ou coïncidence, Jérémy y répond. Il commente aussi la belle série de victoires en cours, parle des difficultés actuelles que rencontre son ancien club et du match à venir.

Franklin Tellier : Avant de commencer, revenons sur la victoire face à Limoges. Vous avez impressionné de nombreux observateurs. Qu’est-ce qu’il en ressort pour vous, joueurs ?

Jérémy Leloup: On était passé complètement au travers face à Saint-Pétersbourg, qui était un match à enjeu. Face à Limoges, même si ce n’était qu’un match de championnat, on avait envie de montrer que l’on pouvait répondre présent. On avait sans doute aussi envie de stopper cette série de cinq défaites face à eux. Mais dans tous les cas ce n’est que la vérité d’un match et on n’avait pas envie d’envoyer un message à quiconque. Nous, ce qu’on veut, c’est gagner un maximum de matches, valider notre place en playoffs et ensuite d’aller le plus loin possible.

Statistiques Jérémy LeloupF.T : Parlons de toi. Depuis trois matches, la SIG est plus offensive et tu tournes à 13,7pts à 62%, à 66% à 3pts et 19 d’évaluation. Qu’est-ce qui a changé?

J.L : Je pense que d’une façon générale, depuis un mois, on met tous plus dedans. On avait conscience du problème de l’adresse qui nous fuyait. Mais, plus le temps passe et mieux on joue ensemble, ce qui permet d’avoir des positions plus franches et on est plus dans un confort pour tirer. Après, bien sûr, il y a des périodes où ça rentre plus que d’autres et dans ces moments-là, on doute moins. Mon pourcentage est bon mais c’est avant tout le pourcentage de l’équipe qui est bon. C’est ce qui nous faisait défaut.

F.T : Vous avez égalé la meilleure série de l’histoire de la SIG qui datait de la saison 2000/01 avec 11 victoires de rang. Même si le but n’est pas de battre des records, ce genre de performance est quand même significatif, non ?

J.L : La série est belle mais, comme tu le dis, le but n’est pas de battre des vieux records. Ce qu’on veut, c’est gagner des matches. Pour le moment ça se passe bien, mais même si on devait perdre, ce ne serait pas grave. Ça ne remettrait pas en question le travail accompli. L’essentiel est de rester concentré sur les objectifs que l’on s’est fixés et dans un premier temps c’est de rester dans le top 2…

F.T : Parlons du match à venir. Vous accueillez Le Mans, ce sera les retrouvailles depuis de la Leaders Cup.

J.L : Je pense qu’ils seront forcément très revanchards par rapport à la finale. C’est normal d’être dans cet état d’esprit. À nous de répondre présent. Ils vont clairement vouloir nous taper et nous montrer qu’ils pouvaient gagner cette finale. De notre côté, on sait que l’on n’a pas été bon durant le 4eme quart temps et ça nous rappelle qu’il faut que l’on soit concentré et prêt au combat car ils ne vont rien nous donner ! On a à cœur de bien jouer devant notre public, de continuer notre belle série et surtout de progresser encore tous ensemble d’ici la fin de la saison.

F.T : Est-ce que depuis tu as reparlé avec ton ancien coéquipier Antoine Eito de la dernière action?

J.L : Ils étaient frustrés par ces dernières secondes. Je pense que si ça avait été l’inverse on l’aurait été aussi. Oui, on en a parlé au téléphone tous les deux. Il m’a dit : « C’est comme ça, ça fait partie du jeu. Ils n’ont pas sifflé... Tant mieux pour vous, vous avez gagnez. Je suis content pour toi ».

LDC SIG LeMans032

De la dernière confrontation, en finale de la Leaders Cup, Jérémy Leloup, entouré de ses coéquipiers, garde un meilleur souvenir que C.J. Wallace (à droite).

F.T : Depuis la Leaders Cup Le Mans reste sur une série négative importante, élimination en Eurochallenge et trois défaites en quatre matches de ProA. Quel est ton avis sur leur situation ?

J.L : Ils ont pris de plein fouet ‘‘l’après Leaders Cup’’. Ils ont eu aussi quelques blessures avec Yarou, Antoine Eito qui s’était tordu la cheville, Rodrigue Beaubois et ses soucis au genou... Perdre une finale c’est dur mais, en plus, ils avaient dû enchaîner en Eurochallenge deux jours après. Donc, il y a aussi des problèmes liés à la fatigue. Après, tout est une question de série. Tout peut s’inverser. J’espère juste que leur spirale négative ne va pas s’arrêter chez nous.

F.T : Une autre raison vient peut-être de leur défense. Dans le même temps, ils ont encaissé 83 points de moyenne, loin de leurs standards. Ils vont forcément vouloir redresser la barre.

J.L : Effectivement leur série est peut-être aussi liée à leur défense. C’est quand même à la base une équipe qui est assez défensive. Charles, Antoine ou Rodrigue sont de vrais défenseurs mais peut-être que d’autres sont plus soft et cela leur coûte des points. Je pense que s’ils veulent recommencer à gagner, il faudra d’abord qu’ils s’appuient sur leur défense et après, c’est comme tout le monde : s’ils ont du rythme en défense, ils auront du rythme en attaque. J’espère juste qu’ils ne vont pas commencer lundi (rires!).

F.T : Tu parles de leurs joueurs français. Beaubois et Kahudi, par exemple, provoquent beaucoup et nécessitent une attention énorme en défense. Le travail des extérieurs sera primordial pour les limiter.

J.L : C’est vrai ! Par exemple, lors de la Leaders Cup, on avait à cœur de bien défendre sur Charles. C’est le joueur le plus physique du championnat à son poste. Il provoque beaucoup de fautes avec son physique. Il s’en sert très bien. Ça c’était très bien passé pendant trois quart temps. Par contre dans le dernier, nous avons commencé à nous relâcher en défense et il a scoré en majorité à ce moment-là. Rodrigue, tout le monde le connait. S’il commence à prendre feu, il peut mettre 30 points contre n’importe qui. À nous de répondre présent pour limiter au maximum leurs bons moments. Mais ils ont aussi de très bons joueurs, comme Antoine ou Ewing, qui peuvent pas mal scorer aussi. Il faudra que l’on soit concentré sur tout le monde et surtout sur notre défense qui devra être collective.

F.T : Bien défendre ensemble aussi, car Le Mans est l’équipe de ProA qui perd le moins de balles et qui donc ne fait presque pas de « cadeaux » à ses adversaires.

J.L : Oui, c’est ça. Il va falloir que l’on essaye de provoquer des balles perdues. Mais ce ne sera pas facile car ils tiennent bien la balle. Ils respectent beaucoup les systèmes et du coup ils ne perdent pas beaucoup de ballons. Il faudra exploiter autre chose. On n’aura pas forcement beaucoup de contres attaques et d’interceptions. Il faudra que l’on soit très concentré. Vincent est en train de préparer quelque chose, on va bosser ça attentivement.

 Propos recueillis par Franklin Tellier