Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
CSP
Actualités La SIG marque les esprits

La SIG marque les esprits

Au-delà d’une orgie de chiffres (11e victoire de rang en ProA, record historique du club, 12e succès en 13 déplacements), la SIG n’a laissé aucune chance à Limoges, écrasé à Beaublanc : 68-87 ! Un match qui conforte sa place de leader mais qui ne change rien dans la perspective des playoffs. Même si, incontestablement, les Strasbourgeois ont marqué les esprits.

SIG_Limoges_Diot_A

Antoine Diot - qui a débordé Léo Westermann lors du match aller - s'est imposé en patron ce soir à Limoges. Du grand art !

L’entame avait son importance, c’est évident, dans un Beaublanc brûlant. Et si Gelabale, dans le cinq de départ à la place de Boungou-colo se montrait de suite avec deux réussites, alors que Moerman puis Westermann scoraient derrière l’arc, la SIG où Toupane avait pris la place de Campbell au coup d’envoi, présentait son meilleur visage avec Howard et Diot en particulier : 7-5, puis 10-9 (4e’). Un match de haut niveau, dans lequel les Strasbourgeois haussaient encore le ton, avec une adresse exceptionnelle (10 sur 14 dont 4 sur 6 à trois points dans le premier quart).

Un premier quart temps de gala

Diot (8pts, 11 d’évaluation en 6 minutes) en habit de lumière, survolté par l’enjeu, puis Leloup, une défense de fer qui provoquait 7 balles perdues contre 2, et la SIG prenait les commandes pour placer un 0-12 en un peu plus de trois minutes (10-21, 7e’) ! L’entrée de Fofana qui se jouait de Batista, de Dobbins qui finissait en contre-attaque puis celle de… Dragićević qui enquillait à trois points, ne baissait pas le régime alsacien et à la fin de la première période, après un passage à 13-29, on se frottait les yeux. La SIG comptait 14 points d’avance.

La SIG proposait alors une zone, avec Romain Duport auteur d’un superbe panier en tête de raquette avant de… se tordre la cheville ! Poissard… Smith puis Moerman redonnaient des couleurs aux champions en titre (21-31), mais Toupane sortait de sa boîte en fin de possession avant le premier panier de Traoré : 25-38 (15e’). Dupraz avait pris un temps mort mais la SIG était fortement pénalisée (9 fautes dans la période) et Limoges enfilait 9 lancers francs sur 10 alors que les Strasbourgeois n’en tentaient… aucun ! Et c’est ainsi que le CSP qui était monté en adresse (8 sur 11 à deux points dans le quart) grignotait son retard (33-40, 17e’). Collet prit un temps mort, Campbell avait un bon passage (33-45) et au repos, les « green boys » avaient réduit l’écart à 40-48.

Et le troisième aussi !

Une petite baisse d’intensité en défense et Boungou colo, invisible jusque là, frappait deux fois à 6,75m. Moerman s’y mettait aussi, dans le même coin du parquet et les Limougeauds soufflaient sur la nuque des Strasbourgeois : 48-50 (23e’), puis 50-53 (24e’). Le temps mort de Collet remettait la défense à l’endroit et ce fut… l’avalanche. Un collectif génial, dans lequel Diot (8 passes) multipliait les offrandes à Traoré (4 passes lui aussi), une défense retrouvée, et c’est un 0-16 qui venait mettre Limoges à genoux ! Incroyable…

Le match était joué, Leloup (15pts, 6 rebonds, 3 interceptions, 22 d’évaluation) se régalait, Dragićević avait retrouvé sa patte (4 sur 5 à trois points) et la leçon était sévère pour le champion de France. Le ratio passes décisives/balles perdues (18 à 5 à ce moment-là) en disait bien plus qu’un long discours. La SIG avait offert un récital...

Et après le solide 12-24 de cette troisième période qui donnait 20 points d’avance au leader (52-72), la SIG pouvait dérouler. Lacombe, handicapé par les fautes en première mi-temps, Dobbins puis Toupane terminaient proprement le travail (56-78, 36e’) et Limoges parvenait à peine à réduire les proportions de la déroute…

Quelle démonstration ! « Ce n’est pas une revanche, dira Collet dans les vestiaires. C’est en playoffs qu’il faudra répondre présent. Mais on a montré la voie. Et ce soir, je peux arrêter ma carrière. Si on m’avait dit il y a trois ans qu’Ali Traoré serait le deuxième passeur de mon équipe… » Un hommage humoristique, en forme de clin d’œil, qui résume pourtant bien l’état d’esprit, l’altruisme qui habite ce groupe et le niveau de jeu atteint par cette équipe exceptionnelle qui a régalé tout le monde.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

CSP LIMOGES – SIG 68-87. Palais des sports de Beaublanc. 5 500 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Difallah et Gueu.

Les périodes : 15-29, 25-19 (mi-temps : 40-48), 12-24 (52-72), 16-15.

Les statistiques

Espoirs

Limoges – SIG          52-71

Aucun souci pour les espoirs, leaders de la ProA qui se sont encore rapprochés du titre de champion de France en dominant Limoges de bout en bout pour un 26e succès en 28 matches. En tête dès le début (5-14, 8e’), les protégés de Lauriane Dolt ont creusé l’écart peu à peu et se sont imposés aisément.