Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
SIG-LeHavre1 HOWARD
Actualités La SIG sur sa lancée ?

La SIG sur sa lancée ?

Qui arrêtera la SIG ? Invaincue dans l’hexagone depuis près de trois mois, déjà assurée d’être en play-offs, les hommes de Collet sont loin d’être rassasiés. Ils veulent marquer cette saison de leur empreinte et même si la partie contre Chalon (ce mardi à 20h50, en direct sur Canal+ Sport) ne sera pas facile, les Strasbourgeois sont prêts.

Leaders Cup_SIG Dijon_Antoine Diot et Aldo Curti

Antoine Diot, le ''patron'', ici face à Ervin Walker, le Dijonnais, voudra conduire sa troupe à une 21ème victoire en 24 rencontres.

22 décembre à Nanterre. Depuis ce troisième quart fatal, où la SIG a laissé filer 15 points d’avance, plus personne ne lui a résisté dans l’hexagone. 14 matches et autant de victoires. C’était une semaine tout juste après… le match aller à Chalon. « Un match difficile dans lequel, très incomplets, les Chalonnais avaient tenu 39 minutes. C’est dire qu’au complet, ils peuvent nous battre ». Vincent Collet plante le décor même s’il avoue que ce n’était pas, alors, le visage le plus séduisant de son équipe. Encore accrochée à 52-53, elle avait finalement remporté un succès étriqué (52-56). Avant de trébucher deux fois de suite, contre Châlons-Reims puis Nanterre !

Un adversaire motivé…

Le match de la semaine – rançon de la gloire, la SIG jouera quatre fois sur cinq le lundi ou le mardi pour être télévisée – se place de surcroît dans un calendrier difficile. Car après Paris-Levallois, quart de finaliste de l’Eurocup et Chalon, il faudra aller défier Limoges à Beaublanc puis recevoir Le Mans. « Il faut continuer sur notre lancée, poursuivre la dynamique positive avant d’aller chez le CSP », ajoute le coach. Conscient de l’engagement que mettra Chalon face au leader.

Jean-Denys Choulet est du même avis. « On gagne à Villeurbanne, à Paris, à Gravelines, à Dijon, contre Nancy et Limoges, mais on perd deux fois face à Bourg, à Boulogne et à Orléans ! », fulmine-t-il, sans avoir d’explication à ces soubresauts. « C’est vrai, ils sont irréguliers dans leurs performances, mais toujours bons contre les premiers… »

Du côté des statistiques, l’attaque n’est pas exceptionnelle (74,1pts, 15e de ProA juste derrière la SIG – 74,3pts – sauvée de son avant-dernière place par les 89pts inscrits contre Paris), mais la défense est dans la moyenne (75,2pts, 10e en ProA, certes loin des standards exceptionnels de la SIG) même si elle vient d’encaisser 178 points lors de ses deux dernières sorties.

Surveiller Rich, contrôler le rebond

La méfiance sera toutefois de mise car l’ensemble chalonnais est athlétique, plus encore depuis l’arrivée de Brandon Davies qui a succédé au pigiste C.J. Wallace, parti au Mans, excellent soutien à Marcus Dove (16 rebonds à l’aller !). « Et puis leur traction arrière sera au complet avec Anthony Ireland et surtout Jason Rich, leur meilleur marqueur avec 14,2pts, qui tourne à 50% de réussite aux tirs, 48% à trois points, le plus performant de la ProA », prévient Vincent Collet. Chalon est d’ailleurs avec 37,3% de réussite, une des meilleures équipes derrière l’arc de tout le championnat. « Avec un nombre de tirs bien sélectionnés (NDLR : 19,8 en moyenne, seuls Cholet et Le Havre en prennent moins) », souligne le coach alsacien. Qui ne savait pas encore qu’Axel Bouteille, touché aux adducteurs, n’a pas rejoint l’Alsace avec son équipe.

Côté SIG, le meilleur marqueur (Ali Traoré) pointe à 13,2pts par match. Il est le seul à dépasser la dizaine. En revanche, au cours des 10 dernières rencontres, l'équipe alsacienne a proposé à huit reprises un top scoreur différent ! Seuls Diot (contre Le Havre et Pau) et Leloup (à Gravelines et contre Paris) ont réussi à se glisser deux fois dans la peau du numéro 1 au scoring.

A l'autre bout du terrain, il faudra à nouveau une SIG à son meilleur niveau en défense. A ce titre, les quatre jours de repos lui ont fait du bien. « Les entraînements de la semaine ont été excellents, du point de vue du rythme. Et nous continuerons à raison de sept séances par semaine avec de la musculation, du travail individuel. Le temps travaille pour nous. Hier (NDLR : dimanche), on ne s’est pas occupé de Chalon. On a travaillé sur nos objectifs : s’améliorer encore et encore, notamment sur le plan offensif ».

Et à voir le rab que chaque joueur s’impose en fin de séance, on voit bien que la SIG voit déjà loin. Bien au-delà de ce match de saison régulière contre Chalon. Qu’elle voudra néanmoins remporter pour poursuivre une si belle série…

Jean-Claude Frey