Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-LEMANS_014 LELOUP TRAORE
Actualités Le Mans douche la SIG

Le Mans douche la SIG

Pour avoir manqué son entame et couru après le score, la SIG a vu sa belle série interrompue (67-68) par une équipe du Mans volontaire et plus performante pendant 35 minutes. Si le final a failli sourire aux Strasbourgeois, il faut bien reconnaître que cette quatrième défaite, si elle ne change rien, est avant tout une victoire méritée du Mans.

Il y avait beaucoup d’effervescence au Rhenus avant le coup d’envoi… Entre l’annonce de la prolongation de contrat de Vincent Collet (voir par ailleurs) et la remise du trophée de joueur du mois de février à Louis Campbell, les esprits étaient (presque) ailleurs. Est-ce une des raisons de l’entame ratée ? Pas sûr. On mettra plutôt ce premier quart pour le moins délicat au crédit de Manceaux au pied du mur après trois défaites de rang. Une quatrième aurait vu s’éloigner des playoffs auxquels ils participent, sans interruption depuis… 16 ans !

Un premier quart raté
SIG-LEMANS-54 M. Howard

Howard muselé, la SIG a vu Wallace, Kahudi et Le Mans s'imposer au Rhenus.

Toujours est-il que les Strasbourgeois ont été bien surpris par l’agressivité des hommes de Kunter, par ailleurs très adroits face à la défense « relaxe » de la SIG. Ewing (cinq points d’entrée) donnait le ton (0-5) et si Leloup et Traoré ouvraient le compteur alsacien (4-9, 3e’), ce n’était qu’un feu de paille. Ewing (10pts à 100%) continuait sa série bien aidé par Kahudi. A 4-12, Collet appelait un temps mort, multipliait les changements, demandait une zone mais Le Mans filait à 6-18 (7e’). Et même si les arbitres ne sifflaient la première faute mancelle qu’à la 9e minute, la SIG s’était compliqué le match par son laxisme défensif et sa maladresse, loin de ce qu’elle avait réussi à Limoges.

Et après 12 minutes, l’évaluation parlait d’elle-même : 2 à 31 ! La défense était pourtant meilleure, provoquant quatre balles perdues et un 0 sur 2 aux tirs chez l’adversaire. L’attaque aussi, était enfin plus fluide et cela se traduisit par un 7-0 bienvenu : 17-22 (14e’). Kunter avait pris un temps mort, mais ce sont les occasions manquées par la SIG qu’on pouvait alors regretter. Le total des balles perdues grimpait à… 10 en 16’30’’, soit autant qu’à Limoges pendant 40 ! En faillite à trois points (0 sur 9 à la pause), les coéquipiers de Campbell avaient redonné confiance à Yarou, puis à Wallace : 17-28 et de 23-30 à 23-34. Deux lancers-francs de Diot avaient fixé le score à la mi-temps, mais il fallait rapidement entamer la course-poursuite.

Trop d’occasions manquées

Wallace poussait dès la reprise à 25-36 avant une belle réaction strasbourgeoise, signée Traoré, Howard au rebond offensif et aux lancers-francs puis Diot en contre-attaque après une balle chipée par Campbell : 31-36 (23e’). Kunter arrêtait aussitôt la partie et après le temps mort, Ewing puis Kahudi trouvaient les ouvertures : 31-41. Fofana revenait pour bloquer Yarou, impressionnant aux rebonds, et c’est un bon passage offensif du Strasbourgeois qui redonnait l’espoir aux siens : 37-43, puis 39-45 (27e’). A trois points, la SIG restait désespérément « fanny » (0 sur 14 après 30’), alors que Beaubois sortait (enfin) de sa boîte. Et l’écart enflait à nouveau : 41-52, puis 45-54 à l’entame de la dernière période.

Si près, si loin...

La match-up gênera Le Mans, Dobbins mettra fin à la disette à trois points (52-56, 33e’) et Leloup, servi par un très bon Lacombe aux manettes égalisait à 62 partout. Le Rhenus, très chaleureux ce soir, explosait… Le final sera crispant, à coup de lancers-francs réussis (100% pour Le Mans) et manqués (un par Campbell, un par Fofana)… Le pivot de la SIG – Traoré, suturé à la mi-temps, ne sera plus guère revenu en jeu – donnait pour la première fois l’avantage à son équipe à 42’’ de la fin (67-66) mais Ewing, après le 10e rebond offensif, donnait au Mans une victoire amplement méritée : 67-68.

Cette défaite ne change pas grand chose au classement, même si elle met fin à une belle série de 11 succès d’affilée. Elle apportera néanmoins la preuve que rien n’est jamais acquis. Mais du côté de la SIG, joueurs et staff le savaient déjà…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – MSB LE MANS 67-68. Rhenus Sport. 4 236 spectateurs. Arbitres : MM. Maestre, Dubois et Deman.

Les périodes : 10-22, 15-12 (mi-temps : 25-34), 20-20 (45-54), 22-14.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « Si on arrache le dernier rebond, on peut gagner mais ç’aurait été un hold-up. Plus que le 2 sur 18 à trois points, c’est notre (mauvaise) entame que je retiens. Il y a un monde entre leur agressivité et la nôtre, au début de la partie. On a mis un quart temps avant de retrouver nos esprits. On a enrayé leur attaque et on a retrouvé un peu de notre jeu offensif mais cela n’a pas suffi. Cela dit, on n’est pas en situation dramatique. La défaite fait partie de l’apprentissage. Il faudra rebondir contre Boulogne dès samedi, mais le plus important, c’est celui de mardi prochain. Je savais qu’on allait perdre, mais je ne savais pas quand. Le Mans a fait un vrai bon match. Mais nous devons reconnaître humblement qu’on n’a pas tout mis de notre côté ce soir… Cette équipe a montré tellement de bonnes choses qu’elle a le droit de faillir. Il va simplement falloir se servir de ce revers ».

Jérémy Leloup : « On entame mal la partie et on leur donne cinq paniers intérieurs et extérieurs dès le début. Si on commence les matches comme ça pour donner confiance à l’adversaire… On a fait un match de traînard mais en perdant 17 ballons, on n’a pas pu l’emporter. On n’a pas été agressif, eux l’ont été. Il faut commencer les matches ‘’plus dur’’. Il fallait bien perdre un moment mais on ne perd pas le championnat e soir. Ça nous servira peut-être pour la suite. Il faut vite se remettre au travail pour préparer les échéances à venir. A la fin, c’est la même situation, mais à l’inverse, qu’à la Leaders Cup, mais ce n’est pas là que le match se joue… »

Erman Kunter : « C’est bien pour nous. On a bien réagi après une mauvaise série. Il faut continuer comme ça. On a creusé l’écart au début mais on a encore fait des erreurs qui ont failli nous coûter cher. Strasbourg est premier du championnat, c’est une bonne équipe, bien organisée, qui a su revenir. Les ballons perdus nous ont fait mal mais ce succès est le bienvenu ».

Rodrigue Beaubois : « C’eut été cruel de le perdre... Ils sont revenus à la fin mais on s’est battu jusqu’au bout. On a parfois moins bien géré certaines situations. On s’est fait peur, mais on est resté concentrés et tout le monde s’est mobilisé pour arracher la victoire. On ne pouvait pas se permettre de ne pas tout donner après nos récentes défaites. C’est bon signe pour la suite, mais il ne faudra pas faire la même erreur et dès samedi, mettre la même intensité qu’aujourd’hui ».

Espoirs

SIG – Le Mans           67-64

Nouvelle victoire des espoirs qui se rapprochent du titre en battant Le Mans dans la douleur. Encore menés à 50’’ de la fin, ils ont fini par se défaire de Sarthois accrocheurs grâce à un passage en zone et un 11-5 final. Plus que deux victoires dans les cinq derniers matches – une seule s’ils battent Gravelines – pour être sacrés…