Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
Denain SIG Louis Campbell
Actualités Louis Campbell : « Je sais que nous pouvons être bien meilleurs »

Louis Campbell : « Je sais que nous pouvons être bien meilleurs »

Cela n’aura échappé à personne, le capitaine de la SIG, Louis Campbell est nominé pour le trophée du joueur du mois de février (votez ici). Les suiveurs les plus assidus se souviennent sûrement que ce fut déjà le cas il y a deux ans; le « général » avait remporté le titre de meilleur joueur du mois de février 2013 avec 39% des voix. Il récolte ainsi les (pré)lauriers des excellents résultats de la SIG durant la même période.

Leaders Cup-SIG-Dijon-Louis Campbell

Louis Campbell a fêté récemment ses 150 matches avec la SIG

Avec trois victoires en autant de matches de ProA, auxquelles s’ajoute bien évidemment la victoire lors de la Leaders Cup, le mois passé a confirmé que, pour le moment, tout va bien pour la SIG sur la scène nationale. Comme le rappelle très souvent chaque SIGman, la star de la SIG version 2014/15, c’est l’équipe elle-même. Mais s’il y a quelqu’un qui mérite cette nomination c’est bien Louis. Hasard du calendrier, cette nomination arrive également alors qu’il vient de fêter son 150ème match, toutes compétitions confondues, sous les couleurs de la SIG, lors de la victoire contre Paris. « Doyen » de l’équipe (il fêtera ses 36ans le 1er avril), il ne le laisse que très rarement transparaître sur le terrain, tellement l’énergie qu’il dégage est digne d’un rookie de 20 ans. Avant de recevoir Chalon au Rhenus, il se confie, comme à son habitude, en toute simplicité et objectivité. Il revient rapidement sur ces 150 matches, confirme l’honneur qu’il a d’être à nouveau nominé comme joueur du mois et parle du match à venir.

Franklin Tellier : Le week-end dernier, tu as joué ton 150ème match officiel avec la SIG. Qu’est ce que cela t’inspire ?

Louis Campbell : 150? Waouh! Il y a de quoi être fier. Je me sens vraiment chanceux d’avoir pu jouer tous ces matches mais aussi d'être encore en mesure de jouer à haut niveau plus généralement. J’aime jouer et être dans un groupe avec de bons gars. Cela rend plus agréable le fait de venir travailler chaque jour.

F.T : Si tu devais me citer trois matches parmi ces 150 ?

L.C : La finale de la Leaders Cup est sans conteste numéro un ! C’était tellement libérateur pour nous de gagner enfin un trophée ! Après, c’est difficile car il y a eu tellement de matches… Je dirais probablement cette année la victoire à Kazan (ndlr : 60-82 et 22pts à 6/10 à 3pts pour Louis). Et en 3ème la victoire contre le Zalgiris en Euroleague, avec le buzzer beater (ndlr : 77-76 et 15pts à 5/7 à 3pts pour Louis). Il y avait une très bonne ambiance, c’était génial.

F.T : Revenons à cette année. Tu es nominé pour le trophée du meilleur joueur du mois février que tu as déjà gagné il y a deux ans. Quel est ton sentiment vis-à-vis de cette nomination ?

L.C : Evidemment, c’est un honneur d’être nominé pour ce trophée, ou de le gagner comme ça m’est arrivé il y a deux ans. En particulier pour ce trophée, dans un championnat qui regroupe tant de grands joueurs ! Encore une fois c’est un grand honneur mais je me concentre avant tout sur l'équipe et sur le fait qu’il faut continuer à gagner, s’améliorer et jouer, en équipe, de mieux en mieux.

F.T : 47 matches joués et seulement 9 défaites, c’est impressionnant; est-ce que tu pouvais imaginer cela ?

L.C : Pour être honnête, connaissant les gars qui nous rejoignaient cette saison, au sein du noyau de très bons joueurs déjà présents l'an dernier, ça ne pouvait qu’améliorer l'équipe. Donc nos résultats jusqu’à présent ne sont pas si surprenants que ça pour moi ; mais il faut être honnête, je ne pensais pas en début de saison que nous allions si bien faire. Nous avons une bonne équipe expérimentée et j’espère que nous pourrons continuer.

Campbell

Louis Campbell qui plane au-dessus de la mêlée : une image qui symbolise le début de saison du meneur de la SIG.

F.T : On remarque que beaucoup de clubs commencent à accuser la fatigue. Quel est ton point de vue sur cela ?

L.C : Il y a beaucoup de composantes différentes à prendre en compte au sein de chaque club. Limoges, par exemple, a connu des blessures et ils ont eu des problèmes internes. Chaque équipe a ses propres problèmes : la fatigue, des problèmes personnels ou des problèmes de gestion par exemple. Tout cela peut affecter une équipe. Dans notre cas, nous avons eu la chance d'avoir un réel objectif, avec la Leaders Cup. Nous avons perdu tant de finales que nous avions une motivation supplémentaire, que les autres équipes n’avaient pas. C’est ce qui nous a le plus aidés. Nous n’avons pas de distractions extérieures comme des problèmes entre coéquipiers, ou les coaches avec la gestion de l’équipe… Tout ça a joué en notre faveur durant la Leaders Cup …et joue encore !

F.T : Malgré tout vous connaissez des problèmes d’adresse en attaque. Peut-être une conséquence de la fatigue?

L.C : Je pense qu’il y a de la fatigue mais aussi la répétition des choses. Tu t’entraînes, tu joues, tout est répétitif et pour le coup tu n’es pas toujours totalement concentré sur des choses qui en ont besoin. Je suis sûr que Vincent va tout faire pour que ça revienne. Il nous a déjà fait remarquer qu’il voyait plus loin que le prochain match et que, pour lui, notre défense doit encore s’améliorer en vue des Playoffs. Je suis sûr que nous sommes en mesure de corriger ce problème en attaque. Nous avons des gars qui sont attentifs, qui écoutent et qui prêtent attention au moindre détail. Je sais que nous pouvons être bien meilleurs.

F.T : Avant d’affronter Chalon (billetterie ici) vous avez eu quatre jours de repos. Je pense que cela a dû faire beaucoup de bien ?

L.C : Oui, ça fait du bien. Le principal était pour tout le monde de sortir un peu du basket. Nous approchons de la dernière ligne droite de la saison. Nous allons devoir faire un travail énorme et être encore plus rigoureux et concentrés. C’est pour cela que ces quatre jours étaient essentiels pour tout le monde, pour se détendre et faire un peu autre chose. Et maintenant jouer Chalon va être un test pour voir si nous pouvons élever notre niveau à celui qu’il était il y a quelques semaines.

F.T : Lors du match aller vous aviez réalisé une belle performance défensive avec 52 points encaissés. Quel souvenir te reste-il de ce match ?

L.C : Nous avions bien verrouillé en défense mais c’était plus dur en attaque. Ils jouaient sans leur meneur Anthony Ireland et Jason Rich était aussi absent. C’était un match dur. Je ne pense pas que nous pouvons prendre tout le crédit du fait que nous les avions laissés à 52 points. Notre défense était en place mais les absences les handicapaient. Ce match sera différent. Ils seront prêts et au complet ; ce sera un gros test pour nous, pour voir si nous sommes forts mentalement après une pause de quatre jours. Chalon pense qu'ils auraient dû nous battre la dernière fois donc c’est certain qu'ils seront prêts à le montrer cette fois-ci, mais j’espère que nous gagnerons quand même.

F.T : Chalon a des joueurs très athlétiques et puissants. Que penses-tu de cette équipe ?

L.C : C’est une équipe qui, si tu ne l’empêches pas de faire ce qu’elle aime, courir, le jeu en transition, lui laisser des libertés, elle peut vraiment te faire mal. Principalement parce qu’elle est constituée de joueurs très athlétiques. Nous allons nous battre pour lutter contre cela. Nous savons que c’est la principale chose que nous allons devoir stopper. Ce sera un défi pour nous une fois de plus. Il n’y aura pas de victoire facile !

F.T : Encore un match difficile une fois de plus…

L.C : Nous allons devoir les faire déjouer une nouvelle fois et essayer de les empêcher de faire les choses qu'ils aiment faire. Pour gagner il faudra essayer d’imposer notre basket-ball. Ce match sera comme un vrai jeu d'échecs.

Propos recueillis par Franklin TELLIER