Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Leaders Cup_SIG LeMans_Louis Campbell et Rodrigue Beaubois
Actualités Poursuivre la série

Poursuivre la série

Au retour d’un authentique exploit à Limoges, la SIG veut engranger un 12e succès d’affilée contre Le Mans ce lundi (20h30 en direct sur Sport+), et plus encore, maintenir son avance en tête de la ProA.

Leaders Cup-SIG LeMans_Axel Toupane

Axel Toupane en grande forme en ce moment retrouvera Ignierski et les Manceaux cinq semaines après la victoire à Disneyland.

Nanterre ne traîne pas en route. Boulogne, le prochain visiteur du Rhenus s’en est aperçu à ses dépens samedi soir (74-95). En attendant le choc entre les deux premiers, le 12 mai, les Strasbourgeois veulent maintenir la cadence au même rythme que les Franciliens pour maintenir la marge qui les sépare de ceux qu’on désigne comme les autres favoris des playoffs. Et il serait donc de bon ton de confirmer face aux Manceaux, à la fois le succès de l’aller (76-83) après une formidable entame (7-24 à la 10e’), et la victoire à la Leaders Cup. Assurément le meilleur scénario pour entamer une série de trois matches de suite à domicile. « Des trois, le plus important sera le dernier, contre Dijon en Coupe de France, car il y aura un véritable enjeu. Face au Mans, puis à Boulogne, qui ne sont pas des adversaires directs en championnat, on veut simplement continuer à gagner pour rester premiers », souligne Vincent Collet.

Le Mans risque le décrochage

Si ces rencontres ne sont pas décisives, elles constituent toutefois « un pas supplémentaire pour le classement final et une opportunité de travailler ». Petit piment supplémentaire, la revanche de Disneyland où les Sarthois s’étaient sentis frustrés notamment lors de l’ultime action défensive de Jérémy Leloup sur Antoine Eito. « Ils seront surtout motivés par l’enjeu, estime Collet, car en cas de défaite, ils seraient décrochés pour obtenir une place en playoffs ». Trois défaites lors des quatre derniers matches, dont deux à domicile face à Orléans et Nanterre, pour un seul succès à Pau, plutôt mal en point ces temps-ci. « Le contrecoup de l’élimination en Eurochallenge, un classique », selon Collet.

« Le danger viendra surtout de ce que Le Mans a les moyens de nous inquiéter. Par son volume physique, par ses qualités, on l’a vu à la Leaders Cup sur les trois matches qu’il a disputés. La vraie différence, c’est qu’ils ne sont globalement pas réguliers ».

Festival offensif ?

Tout l’inverse des Strasbourgeois qui font preuve d’une belle stabilité et d’une constance à toute épreuve. « Si on veut continuer la série, il faut faire un bon match » plaide le coach. Quel visage présentera la SIG ? Celui des trois derniers matches dans lesquels elle a clairement haussé le ton en attaque – 87 points de moyenne – avec une belle adresse à distance symbolisée par le retour de Dragićević et Leloup, mais Vincent Collet est plus attaché aux balles perdues. « La vraie bonne nouvelle, vue à Limoges, c’est le petit nombre de balles perdues. On travaille plus à l’entraînement en attaque et ça se voit ». Et de tempérer aussitôt : « Croire que ce que nous avons fait mardi, notamment en terme d’adresse, est la vérité, serait une erreur. Je me méfie toujours du match qui arrive après le gros match… »

Sans Romain Duport, hélas, à nouveau écarté des terrains pour quelque temps après l’entorse subie dans le Limousin, mais avec une troupe gonflée et confiante, la SIG a largement de quoi maintenir Beaubois, Ewing, Kahudi, Yarou, Wallace, Ignierski, Ely, Cornelie ou Eito à distance. A condition de ne pas oublier ce qui fait sa force depuis l’automne. Ce n’est pas, il faut bien l’avouer, le genre de la maison…

Jean-Claude Frey