Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-PARIS-161214-14 TRAORE
Actualités Surmonter la fatigue

Surmonter la fatigue

Premier rendez-vous depuis le succès de la Leaders Cup avec le public du Rhenus pour les joueurs de la SIG, ce samedi (20h). Au-delà de la fête, légitime et attendue, dans une arène pleine, il y aura un match à disputer contre Paris-Levallois. A la peine physiquement et en attaque, les Strasbourgeois viseront tout de même un 14e succès de suite dans l’hexagone contre une formation parisienne en pleine bourre.

SIG-PARIS-161214-04 LACOMBE

L'énergie de Paul Lacombe ne sera pas de trop contre les Parisiens.

Invaincue en France depuis le 22 décembre, et après avoir aligné 13 victoires d’affilée (huit en ProA, deux en Coupe de France, trois à la Leaders Cup), la SIG tient bon. En dépit de l’accumulation des rencontres – elle disputera ce samedi son… 47e match officiel de la saison –, il faut enchaîner. ProA, Eurocup, Coupe de France, Leaders Cup, les Strasbourgeois sont présents sur tous les tableaux et restent quasiment en course partout. « Cela laisse inévitablement des traces, souffle Vincent Collet. Le break de quatre jours fera du bien ». Pendant que leur entraîneur filera dès dimanche aux Etats-Unis pour faire la tournée des Bleus de NBA, ses joueurs tenteront de refaire du jus. « La Leaders Cup est destructrice, on y laisse de la gomme. On est vraiment dans le dur », précise le coach.

Pianoter pour trouver la bonne formule

Au-delà d’une attaque vraiment à la peine (4 sur 31 à trois points lors des deux derniers matches), les jambes aussi ont du mal à suivre. Et après 22 heures de train en quatre jours, l’état de fraîcheur laisse forcément à désirer. « Heureusement, nous avons une équipe complète et la fatigue n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde. Il faudra encore pianoter sur le banc pour trouver dans l’effectif ceux qui pourront nous aider », poursuit Collet. Comme Fofana à Cholet, Lacombe ou Dobbins à Denain. Tout en gardant le même état d’esprit en défense, celui qui permet de gagner les matches tout en étant à la peine.

En attendant « de se régénérer avec les beaux jours », la SIG doit affronter pour la 5e fois une équipe parisienne sacrément requinquée. « Il ne faut pas penser que tu connais très bien l’équipe parce que tu l’as jouée plusieurs fois. Il faut au contraire faire abstraction des quatre premières confrontations parce qu’elles ne se ressemblent pas », pense Antoine Diot. Et il y a fort à parier que le cinquième face à face propose encore un autre scénario. Les Parisiens ont gagné deux fois en Eurocup, face à des Sigmen plutôt apathiques, les Strasbourgeois ont gagné deux fois dans la capitale, en faisant une démonstration en championnat puis en Coupe de France, il y a six semaines.

Depuis, si la SIG a certes enchaîné les victoires, le Paris-Levallois de Greg Beugnot a aussi trouvé un nouvel équilibre, en remportant quatre de ses cinq derniers matches de ProA et, plus encore en se qualifiant pour les 8es de finale de l’Eurocup dont il a remporté la première manche mardi contre Zgorzelec Turow (74-71). Un match qui n’a rien appris à Collet qu’il ne savait déjà. « Ils jouent mieux ensemble depuis un moment ». Le trio Schib, Green, Ford a trouvé ses marques et tiré l’ensemble de l’effectif vers le haut. Avant d’aller défendre leurs chances au retour en Pologne, mercredi, les Parisiens sont prêts à défier les Strasbourgeois. Forts de leurs huit succès à l’extérieur en 11 déplacements de ProA, ils rendront la vie dure aux Alsaciens. Mais comme le dit Collet, « il faudra peut-être arracher la victoire, même avec les dents… »

Même avec les dents, nous, on prend !

Jean-Claude Frey