Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-BCM_024 FOFANA
Actualités La SIG en démonstration

La SIG en démonstration

Quelle soirée ! De la démonstration de force de la SIG contre Gravelines (77-58 et surtout 60-37 à la 35e') à la déroute de Nanterre à Chalon (96-72), le leader a passé une soirée tranquille dans un Rhenus en fusion... Avec déjà, le regard porté sur les playoffs.

SIG-BCM_011 HOWARD

Avec 13 points, 10 rebonds et 15 d'évaluation, Matt Howard a encore été le guerrier qu'on aime tant.

L’enjeu était bien moindre pour la SIG assurée de l’une des deux premières places alors que Gravelines était encore loin d’avoir son ticket pour les playoffs. Mais pour avoir retenu la leçon des entames « discrètes » à domicile, la SIG débutait bille en tête à l’image d’un Bangaly Fofana au four et au moulin, palliant parfaitement l’absence de Traoré, blessé. Un contre, une contre-attaque ponctuée d’un dunk, une passe décisive pour Diot et la SIG menait déjà 8-0 après quatre minutes.

Fofana superstar

Il est vrai que Gravelines s’était surtout heurtée à une défense intraitable. Dominatrice au rebond (50 à 32 au final, un record, dont 18 offensifs), présente sur les lignes de passes et contestant toutes les approches de son cercle, la SIG ne donnait rien. Et il fallut attendre 4’15’’ pour voir les premiers points du BCM. Monschau multipliait les changements et si Harris profitait de quelques ouvertures (8 pts sur les 10 du BCM dans le premier quart), les Strasbourgeois ne pouvaient que regretter quelques ballons perdus et une évidente maladresse extérieure (0 sur 7) qui l’empêchait de creuser un écart conséquent.

Résultat : un petit 13-10 après dix minutes, puis 15-15 à la 13e’. Gravelines tentait même de jouer simultanément avec Brown et Edwards, ses deux pivots pour neutraliser Fofana. Mais sur les épaules de sa « grande tige », la SIG repartait de plus belle. Et comme Toupane, Lacombe puis Dragićević enquillaient coup sur coup trois primés, le score enflait sur la base d’un 15-2 qui enflammait un Rhenus comble : 30-17 (17e’). Surtout, Fofana continuait à un rythme très élevé (13pts à 100%) accumulant une évaluation de 20 en 15 minutes de jeu, quand Gravelines n’en proposait que 15 pour l’ensemble de l’équipe ! Diabaté secouait bien le cocotier du BCM mais au repos, les Strasbourgeois avaient gardé une belle marge : 33-22.

La SIG ne relâche pas la pression

Le début de troisième quart temps sera marqué par le mano a mano à distance de Matt Howard, très présent au rebond offensif, et Paul Harris. Le Strasbourgeois inscrivait six points de rang près du cercle, le Gravelinois plantait trois flèches à 6,75m de suite. La SIG maintenait l’écart (37-28, 23e’), puis filait à 48-31 quand l’intenable Fofana se remit à dominer dans les airs. Avec 17 points marqués dès la 25e’, il battait son record en carrière. Le précédent (16 points) datait d’il y a deux ans, avec Le Havre, contre… Strasbourg au Rhenus !
Gravelines n’inscrira d’ailleurs que quatre paniers derrière l’arc dans la période (sur 9 tentatives) contre un piteux 0 sur 6 à deux points. La SIG avait fait le job et pouvait voir venir : 50-34…

Insatiables…

Mais il était dit que les hommes de Collet seraient insatiables, ce soir. Jusqu’au bout, grâce à sa longueur de banc, mais aussi à son sérieux et son jeu collectif. Gravelines était définitivement dans les cordes (60-37, 35e’) et la SIG pouvait faire entrer successivement Romain Duport (6 pts, 4 rebonds), Frank Ntilikina (un joli panier à trois points) et Antony Labanca pour un final en mode All Star Game, le BCM scorant… 21 points dans les cinq dernières minutes après n’en avoir totalisé que 37 en… 35 minutes ! Une démonstration…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – BCM GRAVELINES 77-58. Rhenus Sport. 6 100 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Lepercq et Bissuel.

Les périodes : 13-10, 20-12 (mi-temps : 33-22), 17-12 (50-34), 27-24.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « La domination intérieure a été très importante. Elle nous a permis de nous rassurer en attaque et notre entame en défense a été remarquable. Leur défense nous a gêné pendant un moment et nous a empêché de faire l’écart. Quand la balle a mieux circulé on a fait la différence. Et le rebond offensif a enfoncé le clou. Par Fofana, qui a plané sur ce match avec 29 d’évaluation et des stops défensifs énormes, puis par Matt Howard. Si on va chercher la victoire à Châlons/Reims, on sera en position idéale pour jouer une finale de saison régulière contre Nanterre ».

Bangaly Fofana : « C’est une bonne performance au rebond en particulier et contre une bonne équipe, très athlétique alors que nous jouions sans Ali Traoré. On a essayé de se concentrer dès le début pour bien démarrer et ça nous a facilité le travail par la suite. Ma performance personnelle ? Je ne me suis pas posé de question et puis j’ai eu de la réussite. Je ne pensais pas qu’on dominerait à ce point une équipe aussi athlétique ».

Christian Monschau : « Quand on fait jeu égal et qu’on est au contact, on est trop nerveux sur le banc. On a été très gêné dès le début. On conteste mal trois paniers à trois points en deuxième quart temps. Fofana a été déterminant des deux côtés du terrain. Il a été dissuasif en défense et très efficace en attaque et au rebond offensif pour leur donner des deuxièmes chances. L’écart final est normal ».

Pape Sy : « Le match s’est joué dans les premières minutes. On n’était pas dans la dureté comme on l’avait prévu. Et quand on les laisse s’installer dans leur confort, on est puni. Ce n’est pas de perdre ici qui est décevant, c’est la manière. Ils ont déroulé leur basket et on n’a pas pu les en empêcher ».

Espoirs

SIG – Gravelines       55-73

Malgré un bon début initié par Luidgy Laporal (21-11, 10e’), les espoirs de la SIG ont cédé contre leurs dauphins qui avaient à cœur de montrer au récent champion qu'il faudra compter sur eux au Trophée du futur. La suite fut plus douloureuse. Gravelines montait en intensité, revenant à quatre points au repos (29-25) avant de passer en tête dans le troisième quart (44-47) malgré l’adresse de Damien Bouquet. Dans la dernière période, Gravelines confirmait sa supériorité (8 sur 13 à trois points en deuxième mi-temps) et la SIG concédait sa quatrième défaite de la saison. Ce qui ne les empêcha pas de fêter leur titre en famille à l'issue du match avant de recevoir l’ovation du Rhenus avant le coup d’envoi des pros. Pour les jeunes de la SIG, toute l’attention était déjà portée vers le Trophée du futur autrement plus important que cette défaite "anecdotique".

Espoirs_champions

Champions de France, les espoirs ont pu faire la fête avec les dirigeants.