Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
SIG-BoulogneSurMer04041536
Actualités Sans souci, malgré... les soucis

Sans souci, malgré... les soucis

Malgré l'absence de trois joueurs majeurs (Campbell, Howard et Toupane, tous blessés), la SIG a fait un match sérieux pour se défaire de la lanterne rouge, Boulogne, qui n'a résisté qu'une mi-temps. Mieux même, les Strasbourgeois ont pu faire jouer... quatre espoirs dans le dernier quart temps. Place maintenant à la demi-finale de Coupe de France contre Dijon, mardi (20h).

SIG-BoulogneSurMer04041532

Jérémy Leloup (10pts mais aussi 7 passes et 8 rebonds) a obtenu la meilleure évaluation de la SIG avec 25.

Aux forfaits déjà annoncés de Louis Campbell (cheville) et d’Axel Toupane (arcade) qui n’a pas voulu prendre le risque de jouer, s’est ajouté Matt Howard, victime d’une entorse du pouce au cours d’un entraînement personnel, vendredi soir. Une hécatombe ! Et du coup, le match contre Boulogne devenait d’emblée, même privé de Stephen Brun, lui aussi blessé, pouvait devenir plus compliqué.

Avec un cinq forcément inédit, dans lequel Dobbins remplaçait Campbell et Dragićević Howard, la SIG faisait preuve de la patience réclamée par Collet pour éviter de donner du rythme aux feux-follets adverses. Et à 11-4 (6e’), malgré une domination boulonnaise au rebond offensif (8 prises dans le premier quart temps), l’affaire était plutôt bien engagée. Mais après le temps mort de Germain Castano, la SIG tombait dans les travers qu’il fallait éviter. Avec Wilson et Tucker (25pts en première mi-temps pour le duo), avec Boynton et Carter au large, Boulogne passait un joli 7 sur 14 à trois points. Sur la base d’un 3-17, ils avaient pris les commandes (13-14, puis 16-21, 10e’), Dragićević rectifiant au buzzer à près de 7 mètres.

Les débuts de Frank Ntilikina

A la reprise, Collet lançait comme prévu, mais peut-être plus tôt qu'on ne l'attendait, le tout jeune (16 ans) Frank Ntilikina, champion d’Europe avec l’équipe de France cadets en août dernier. Très applaudi par un Rhenus chaleureux, il sortira 7’15’’ plus tard sous les ovations après avoir déjà montré quelques facettes de son talent naissant. Avec lui, mais aussi avec Diot, Lacombe et Fofana, la SIG avait repris le dessus (27-24, 14e’) avant que les «mobylettes » ne se remettent en action : 29-30. A force d’agressivité offensive récompensée par une série de lancers-francs (12 sur 12 dans la période), la SIG se détachait néanmoins (37-37, puis 49-40), un écart bien moins impressionnant que celui de l’évaluation (69 à 39).

Une défense moins permissive
SIG-BoulogneSurMer04041552

Cédric Bah, à la lutte avec Boone, a pu, tout comme Xavier François, Antony Labanca et Frank Ntilikina, fouler le parquet ce soir avec les pros.

Bien décidés à tuer le match, avec le même cinq pendant 8’30’’, les Strasbourgeois réussirent à prendre leurs distances. En resserrant la défense, avec Leloup en véritable poison, Traoré (quatre contres), la SIG filait à 64-46 et ne concédait à son adversaire que 6 petits points en huit minutes, 10 dans le quart temps ! En attaque, Traoré avait enfilé les paniers comme les perles, habilement servi par Diot, Dragićević (14pts) apportant lui aussi son écot. Et à l’entame du dernier quart, alors qu’Antony Labanca avait déjà foulé le parquet, l’écart était fait (68-50). Malgré un relâchement bien compréhensible, la SIG filait tout de même à 84-61 (34e’).

La carte jeunes

Antoine Diot venait de marquer son 19e point, assorti de 7 passes pour 22 d’évaluation. Il pouvait se reposer sur le banc et penser au match de mardi contre Dijon. Frank Ntilikina le remplaçait, bientôt suivi par Cedric Bah et Xavier François. La SIG terminait avec quatre espoirs sur le parquet, encadré par le ''vieux'' Dobbins et le Rhenus pouvait leur rendre un bel hommage pour une saison déjà réussie. Du jamais vu !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – BOULOGNE-SUR-MER 93-71. Rhenus Sport. 5 071 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang et Creton, Mme Delaune.

Les périodes : 19-21, 30-19 (mi-temps : 49-40), 19-10, 25-21.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « On a joué en faisant abstraction des absents et en utilisant ce qu’on savait de Boulogne. On a tiré 58 fois, eux 70, et on n’a perdu que neuf ballons. On n’a pas pris la mesure de leurs contre-attaques dans le premier quart et c’est la raison pour laquelle on était derrière. Quand on a contrôlé ce paramètre, et le rebond offensif. Belle contribution d’Antony et de Frank, qui n’ont pas cherché à briller mais à être utiles ».

Antoine Diot : « Il n’était pas question pour un leader de perdre deux fois de suite à domicile en championnat. On a été sérieux, car Boulogne n’avait rien à perdre. Il a fallu batailler pour créer un petit écart. C’est quand on a joué à notre rythme et pas au leur qu’on a fait la différence. Le plus important aura lieu mardi. Ce sera un tout autre match, un match-couperet comme à la Leaders Cup ».

Frank Ntilikina : « Je savais qu'il fallait me tenir prêt. J'étais déjà stressé avec les espoirs. A l'échauffement, l'adrénaline est montée et jusqu'au moment où Vincent m'a appelé. Il m'a donné quelques conseils tactiques. Quand je suis entré en jeu, nous étions menés et c'était un moment compliqué. Mes coéquipiers ont tout fait pour m'intégrer dans le jeu. La grande satisfaction, c'était de voir que nous étions quatre espoirs à jouer à la fin et que Vincent nous fasse confiance. Le travail qu'on fait pendant toute l'année et notamment les entraînements avec les pros, paie ».

Germain Castano : « Les deux extrêmes se rencontraient. Il avait trois joueurs en moins et ça nous a permis de durer un peu plus longtemps. Notre premier quart temps sera le côté positif de la soirée. 26 passes à 12, même si c’est leur marque de fabrique, et l’écart à l’évaluation situent la différence. On va rien lâcher et on va essayer d’offrir quelques victoires à nos supporters d’ici la fin de saison. Ils le méritent bien ».

Espoirs

SIG – Boulogne         71-66

Plus qu’un ! Il ne manque plus qu’une seule victoire aux espoirs de la SIG pour décrocher le titre de champion de France. Ils s’y attelleront dès le 14 avril à Nancy.

Sans convaincre, au terme d’un match poussif mais tout de même dominé de bout en bout, ils ont obtenu contre Boulogne leur 23e succès de rang.