Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Jérémy_Leloup_GAME3QUART
Actualités Jérémy Leloup : « Ne pas se laisser marcher dessus ! »

Jérémy Leloup : « Ne pas se laisser marcher dessus ! »

Après le quart de finale contre Chalon, la demi-finale face au Mans débute dès samedi à 18h30, au Rhenus (billetterie ici). Une confrontation particulière pour le Manceau de naissance et ancien joueur du MSB, Jérémy Leloup.

Jérémy_Leloup_GAME3QUART5Les confrontations de la saison entre la SIG et Le Mans ont toutes été riches en intérêt et intensité. Lors du match aller, commencé pied au plancher (7-24, 9ème), la SIG, coupable d’un relâchement défensif, avait vu le MSB revenir sur ses talons lors d’une fin de match haletante (73-75, 38ème) avant de finalement s’imposer (76-83) avec Jérémy pour meilleur marqueur (17 pts). Le second face-à-face eut lieu en finale de la Leaders Cup. Victorieuse, la SIG avait du batailler jusqu’à l’ultime seconde pour l’emporter (60-58). Jérémy y avait été l’un des éléments prépondérants de par sa défense lors de la dernière action en contrant Antoine Eito rapportant à la SIG son premier trophée de la saison. Enfin, le match retour de ProA a vu Le Mans s’imposer au Rhenus (67-68) lors d’une rencontre qui reste à ce jour la dernière défaite de la SIG à domicile. Meilleure évaluation de l’équipe, Jérémy avait eu une nouvelle fois l’occasion de se faire remarquer, en ayant le tir décisif au buzzer mais une excellente défense de Daniel Ewing le stoppa. Trois matches différents mais trois matches durant lesquels Jérémy était en vue. Plus que de par ses origines, qui de mieux que lui donc pour nous parler de la série à venir…

Franklin Tellier : Revenons sur ce quart de finale contre Chalon. Qu’est ce que tu en retiens ?
Jérémy Leloup : ça a été compliqué pour chacun d’entre nous. Est-ce que l’on avait la pression de mal faire ou quelque chose comme ça, je ne sais pas trop… On a mis du temps à entrer dans ce quart de finale. On n’a pas eu d’adresse lors du premier match, c’était un peu mieux lors du deuxième et on a mieux installé notre jeu au troisième malgré les cinq premières minutes chaotiques. C’était compliqué mais je pense que ces trois matches vont nous servir pour la suite.

F.T : Qu’est ce qui a été dit et fait, mardi, entre le match#2 et le match#3 ?
J.L : On se faisait bouger physiquement à l’intérieur et ils nous dominaient au rebond offensif. Ils avaient beaucoup trop de secondes chances. On s’est trop laissé pousser. On n’avait pas assez de répondant sur les contacts… Bref, on était soft ! C’est ce que nous avons changé avant le troisième match. Cette agressivité retrouvée nous a permis de retrouver un meilleur jeu offensif. La preuve est la statistique des rebonds. On était dominé lors des matches 1 et 2, et on est devant lors du troisième. Physiquement, on savait que l’on devait être plus dur et ne pas se laisser faire. C’est comme ça qu’il faut que l’on aborde tous nos matches.

F.T : Comment expliques-tu tes contre-performances lors des deux premiers matches ?

J.L : Lors du premier match on avait tous un peu une certaine pression et une envie de bien faire et ça nous a desservis. On ne jouait plus trop ensemble et forcément ça ne marchait pas. Lors du second match, j’ai pris très vite deux fautes. Ça m’a “tué” ma 1ère mi-temps et même si j’ai pu jouer plus lors de la 2ème, j’avais peut-être perdu un peu le rythme. Avant, ce genre de chose m’aurait fait sortir totalement de mon match mais j’ai progressé et j’ai pu passer à autre chose pour revenir mieux dans mon match. Je n’ai pas pris trop de tirs, on ne peut pas vraiment dire si j’avais un problème d’adresse. Mais ça c’est sans importance car d’autres ont pris le relais.

Jérémy_Leloup_GAME3QUART2F.T : Les coaches en ont parlé, l’apport du public a aussi eu son importance dans cette série…
J.L : Oui forcement ! Que ce soit chez nous ou chez eux, le public a joué son rôle. Pour nous c’est plus motivant de jouer lorsque la salle est pleine et tout en rouge. Quand le public nous pousse ça donne envie de faire des efforts en plus. C’était la même chose pour eux. Chalon est une petite ville et comme a dit Jean-Denys Choulet toute la ville était là pour les soutenir. Nous, on a envie de jouer dans une salle pleine, c’est motivant car on sait que l’on est supporté. Pour les remercier de venir nous soutenir on aimerait aller chercher ce dernier trophée pour eux aussi.

F.T : Place maintenant à la demi-finale. Vous allez affronter Le Mans qui est également une équipe qui vous a posé des soucis cette saison et qui est la dernière équipe à vous avoir battu à domicile. Qu’est-ce que cela t’inspire ?
J.L : Les trois matches contre eux ont été compliqués. Il va falloir être prêt. Erman Kunter est un grand tacticien. Il va essayer des choses pour nous perturber. Il va falloir répondre présent physiquement. Il faut que l’on garde la même mentalité qu’hier pour pouvoir les battre. Après, chaque match est différent donc à nous de nous adapter…

F.T : Le Mans a fini la saison avec 5 victoires lors des 6 derniers matches pour terminer 4ème. Cette place est-elle plus en adéquation avec le niveau de cette équipe selon toi ?
J.L : Oui et surtout depuis qu’ils sont venus nous battre chez nous ils ont commencé à faire des séries de victoires. Ils ont connu une série vraiment négative durant la saison, d’où leur classement avant de venir ici. Mais ils nous battent et après enchaînent six victoires sur les huit derniers matches. Tout va tellement vite. C’est un peu comme l’adresse. Ils étaient un peu dans une période de doute et un déclic a tout relancé et ils finissent 4eme de la saison régulière à juste titre.

F.T : Il faudra bien entrer dans le match car Le Mans est l’équipe qui perd le moins de ballons du championnat et qui, par conséquent, ne vous offrira que très peu de paniers faciles…
J.L : Oui c’est sûr. Ils ne perdent pas beaucoup de ballons et ils n’offrent que très peu de contre-attaques, de possibilité d’interceptions et de paniers faciles. Il va falloir essayer de leur provoquer des pertes de balles. Il faudra les gêner en leur proposant une défense très bien organisée comme on sait le faire. Il faudra que, peu importe quels seront les cinq qui seront sur le terrain, on soit concentré pour bien défendre. A nous d’essayer de les faire déjouer. Dans tous les cas il faudra trouver d’autres solutions offensives pour réussir à se procurer des paniers faciles.

Jérémy_Leloup_GAME3QUART3F.T : Un mot sur Rodrigue Beaubois. Il peut être exceptionnel comme passer au travers. Une équipe ne se résume pas à un joueur mais il semble être malgré tout la clé de voûte offensive de cette équipe. Quel est ton avis ?
J.L : Sur le dernier mois et demi, il a fait de grosses sorties offensives. C’est aussi à ce moment là qu’ils ont commencé à revenir et à gagner des matches en série. C’est un peu le baromètre de l’équipe. Lorsqu’il est dedans, et surtout lorsqu’il met 30 points, l’équipe tourne super bien. En plus quand il score autant, il « suffit » aux autres quasiment de mettre quatre points chacun pour plier le match (sourire). C’est certain qu’il va falloir ne pas le laisser jouer comme il a envie. C’est un joueur qui n’aime pas trop le contact. Il faudra défendre très dur, se relayer sur lui et défendre à plusieurs sur lui pour le limiter. Si on ne le fait pas déjouer et qu’on le laisse s’installer, ça pourrait vite devenir compliqué…

F.T : Quelle sera la clef de cette série ?
J.L : L’agressivité! Et surtout de l’agressivité défensive en répondant présent physiquement et ne pas se laisser marcher dessus et jouer dur de la première à la dernière minute!

F.T : Enfin, on peut imaginer que si jouer un match de championnat au Mans est devenu presque une banalité pour toi, jouer une demi-finale de play-offs sera, en revanche, peut-être différent ?
J.L : C’est la première fois que vais jouer contre Le Mans en play-offs. Je crois que c’est la même chose pour Vincent. Forcément c'est un peu spécial. Mais ça fait six ans que je suis parti, j’ai eu le temps de m’y habituer. Mais bien sûr ce n’est pas un match comme les autres. Il y aura plus d’intensité dans le match car c’est les playoffs mais surtout on sait qu’il y aura la famille et les amis qui seront en tribune. Ce sera forcement un plaisir de jouer devant eux. C’est surtout ça qui est différent.

 Interview réalisée par Franklin Tellier