Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
TITRE1
Actualités Les cadets montrent la voie

Les cadets montrent la voie

Formidables d'abnégation en défense, portés dès le début par un grand Frank Ntilikina puis solidaires jusqu'au bout, les cadets de la SIG ont rejoint leurs glorieux aînés de 1981 en remportant la Coupe de France contre Bourg-en-Bresse (68-59) au terme d'un superbe combat. Ils ont montré la voie aux pros qui affrontent Le Portel dans une heure...

En début de match, la nervosité était palpable, dans les deux camps. Balles perdues et maladresses ont empêché le score d’évoluer dans les premières minutes (0-2, 3e’). La SIG dût même attendre la 5e minute pour voir Xavier Flick inscrire les deux premiers points ! Mais c’est avec la montée en puissance de Frank Ntilikina que le jeu des jeunes Strasbourgeois se débrida enfin. Le jeune meneur des espoirs, positionné à l’aile chez les cadets, se mit à tout faire, plaçant son équipe en tête : 6-8 (7e’). La SIG ne lâchera plus les commandes qu’une seule fois (15-14) après un primé de Barraud et un panier de Bibollet.

Ntilikina 14 – Bourg 15
Cadets SIG Bourg Finale Coupe de France_Frank Ntilikina

Frank Ntilikina a commencé le match en trombe pour lancer son équipe vers le succès.

Ntilikina multipliait les exploits : paniers à trois points (3 sur 3), pénétrations, passes, fautes provoquées, il allait inscrire 14 des 16 points de la SIG dans le premier quart. Bourg ne lâchait pas, tenu à bout de bras par son meneur, Thibault Desseignet (10 pts, 7 fautes provoquées à la mi-temps) et restait dans le sillage des Alsaciens : 21-19, 25-24 (15e’). Ntilikina avait rejoint le banc pour souffler après un nouveau « primé » mais la SIG ne fléchissait pas. Bien au contraire… Louis Rucklin avait pris le relais au scoring, et les deux flèches derrière l’arc de Hugo Gançarski donnaient un joli matelas aux hommes de Loucif avant la pause : 36-26. C’est pourtant essentiellement l’intraitable défense des Strasbourgeois, une marque de fabrique du club, qui avait fait la différence. Et dans ce secteur, Maxime Abah, trop maladroit sous le cercle, Antoine Marx, et les intérieurs Xavier Flick et Clément Kunckler, solides au rebond, avaient fait le job.

En accordéon…

Bourg-en-Bresse avait toutefois un mental d’enfer. Rappliquant rapidement à 37-36 (23e’), profitant d’une faute anti-sportive de Hugo Danner qui se rattrapait d’une interception conclue sous le cercle. Et après quelques énormes séquences défensives qui offraient de belles contre-attaques, la SIG filait à nouveau à 47-38 (27e’) seulement freinée par les trois fautes de Maxime Abah. Les deux équipes luttaient d’arrache-pied, sur chaque ballon, dans un match très engagé. Et malgré une coupable maladresse aux lancers-francs, les Burgiens se rapprochèrent à nouveau à la fin de la période : 49-46.

 Un final solide
Cadets SIG Bourg Finale Coupe de France_Maxime Abah

Maxime Abah s'est beaucoup donné en défense. Là où la SIG a construit son succès.

Tout restait à faire dans cette ultime période. Le suspense était total. Car si la SIG, avec Flick puis Rucklin et Danner, exploitant le travail en défense, avaient redonné un peu d’avance (57-50, 33e’), Desseignet, bien tenu depuis la fin du premier quart, ressortait de sa boîte pour ramener Bourg à un petit point, grâce aussi à sa défense de zone : 57-56, puis 60-59 (36e’). Hugo Gançarski avait eu la bonne idée de scorer deux fois à distance, froid comme une lame et Xavier Flick transformait un rebond offensif : 68-59. Le plus dur était fait. Les supporters alsaciens pouvaient chanter à tue-tête : « Jetz geht’s los ! »

La finale se terminait en effet dans de belles effusions de joie et la génération 2015 rejoignait celle de 1981. L’histoire de ce 3 mai ne pouvait pas mieux commencer !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – JL BOURG-EN-BRESSE 68-59. Halle Carpentier. 3 500 spectateurs. Arbitres : MM. Roumieux et Malphettes.

Les périodes : 16-15, 20-13 (36-28), 13-18 (49-46), 19-13.

Les statistiques

Les réactions

Abdel Loucif : « Tout n'était pas maîtrisé mais globalement les points-clefs l'ont été... et notamment la défense sur Desseignet. Ce match a montré beaucoup d’actions improbables à l’image du dernier tir et du rebond transformé par Xavier Flick. On a eu l’énergie nécessaire pour transformer les actions décisives. On sent qu’il y a un vrai enthousiasme dans ce club, des dirigeants jusqu’à nous. Si on arrive à avoir des résultats comme ceux-là, c’est parce que le club a de grandes ambitions ».

Frank Ntilikina : « On avait travaillé cette semaine sur le meneur de Bourg, Desseignet, qui est un très fort joueur. La clef de se match était de bien débuter, tout en agressivité pour faire des stops défensifs. Cette saison est énorme (NDLR : il a déjà renmporté le titre avec les espoirs), je ne m’en rends pas encore compte. Nous n’avons qu’un seul objectif : gagner. Si on continue comme ça, on pourra aller loin ».

Olivier Weissler : « Ce titre est dans la continuité de cette saison. C’est l’aboutissement des plus âgés et l’éclosion de certains talents chez les plus jeunes. Aujourd’hui, ils ont réussi à se sortir d’un match qui était mal engagé et l’on terminait de fort belle manière avec beaucoup de maîtrise. Ça fait plaisir car c’est le résultat d’une bande de potes qui a beaucoup travaillé. Ils récoltent le fruit de toute une saison. C’est vraiment géant de gagner des titres à cet âge-là. On ne va pas être avare en joie… On profite ce soir mais il nous reste encore un mois pour travailler avec la finale du championnat de France U17 et le Trophée du Futur des espoirs ».

 

cADETS3