Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig-limoges-bangaly-fofana2
Actualités J – 2 : ce que disent les chiffres

J – 2 : ce que disent les chiffres

Le basket-ball est un sport de chiffres. Il suffit de voir entraîneurs, joueurs, partenaires et supporters se pencher sur les statistiques à la fin d’une rencontre pour en être convaincu. Toutes les données chiffrées restent cependant relatives car chacun peut les interpréter à sa façon, et c’est heureusement, toujours sur le terrain que les matches se jouent et se gagnent. A 48 heures du début des finales de ProA entre la SIG et le CSP Limoges, nous avons analysé les données chiffrées des uns et des autres. Et déniché quelques pistes pour imaginer ce que pourrait proposer ce choc tant attendu !

LIMOGES ATTAQUE, LA SIG DÉFEND. – Ça ne surprendra personne. Il suffit d’avoir vu les deux équipes à l’œuvre pour en être convaincu. Limoges domine les stats offensives (81,4pts marqués contre 76,2), la SIG est plus présente en défense (65,6pts encaissés contre 76,3). Des chiffres de la saison régulière cependant tempérés par les play-offs (82,2 à 77,2 en attaque, 71 à 72,4 en défense) où les deux équipes sont très proches. Si Limoges a gagné cinq matches sur cinq, la SIG en a perdu un contre Chalon.

GACHETTES. – Porté par ses artilleurs, le CSP tire en moyenne 64,8 fois par rencontre, contre 58,7 à la SIG qui est la plus patiente de la ProA. La réussite est au bout (plus de 48% aux Alsaciens contre 47,2% aux Limousins). En play-offs, la SIG paie son faible 20 sur 70 (28,6%) dans le match 1 contre Chalon, pourtant victorieux. En revanche, elle avait tiré à 48,3% de réussite et pris… 58 tirs dans le match 2 qu'elle a... perdu. Résultat : un modeste 45,15% en six matches de play-offs, contre 47,59% de réussite à Limoges en cinq rencontres.

COLLECTIF. – Passes décisives (une marque de fabrique des Strasbourgeois), fautes provoquées et lancers-francs, sont trois domaines où la SIG devance son adversaire. Y compris en phase finale. En revanche, proches l’une de l’autre à l’évaluation en saison régulière (93,6 à la SIG, 94,1 à Limoges), les deux équipes se sont éloignées en play-offs (89 pour les Strasbourgeois, 96 pour les Limougeauds). Les oppositions respectives n’étaient cependant, il est vrai, pas les mêmes. Côté défensif, l’équipe de Collet n’a laissé que… 65,9 d’évaluation à ses adversaires en saison régulière (73,2 en PO), Limoges donne 83,3 d’évaluation (79,8 en PO) à ses vis-à-vis.

COSTAUDS. – Les Limougeauds sont particulièrement solides aux rebonds. 37,2 prises contre 34,8 en saison, dont 11,3 (contre 10) offensifs. La SIG a haussé son niveau en play-offs sous le panier adverse (11,8 contre… 9,6 au CSP) en partie en raison de sa plus grande… maladresse, mais reste en-deçà des champions en titre sous son propre cercle (20,2 contre 23,4).

FÉROCES. – Conformément à son ADN, la SIG autorise, en raison de sa pression défensive que 41,05% d’adresse à ses adversaires (43,1% en play-offs), alors que les opposants à Limoges ont tiré à 44,91% (45,37% en play-offs). Une différence conséquente. De même, la SIG n’autorise que 13 passes (12,8 depuis les quarts) aux autres formations, Limoges 17,8 (18,4 en quarts et en demies). En revanche, la SIG perd davantage de ballons (14,2 contre 13,7) mais les deux équipes sont moins dispendieuses dans les matches couperets avec un léger avantage aux Strasbourgeois (12,5 et 12,8).

BENJAMIN. – Si l’on prend en compte les 11 titulaires de part et d’autre, Léo Westermann sera pour… un seul jour, le benjamin de la finale. Il aura 23 ans le 24 juillet, alors qu'Axel Toupane aura atteint cet âge la veille ! A l’inverse, Louis Campbell (36 ans et demi) sera le vétéran, Limoges alignant toutefois quatre trentenaires (Batista, Gelabale, Jeter et Amagou) contre trois à la SIG (Dobbins et Traoré en plus du capitaine).

IDEM. – Par ailleurs, la moyenne d’âge des deux équipes est quasiment la même ! Avec 28 ans et cinq mois, la SIG présente une moyenne d’âge supérieure… d’un mois à peine à son adversaire (28 ans et quatre mois).

CINQ ET QUATRE. – Enfin, neuf finalistes ont disputé tous les matches de ProA de leur équipe, saison régulière et play-offs réunis. Cinq Strasbourgeois (Diot, Leloup, Lacombe, Fofana et Dobbins) contre quatre joueurs du CSP (Moerman, Smith, Boungou colo et Westermann). Limoges a en revanche utilisé davantage de joueurs que la SIG, Ramel Curry (21 matches), James Southerland (11), Tchicamboud (6), Kante (4) étant partis en cours de saison, alors que Gelabale (24) et Jeter (9) sont arrivés en cours d’exercice.

J.C.F.

Les statistiques complètes

 STATS_FULL3