Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Limoges SIG_finale 4 playoffs 2015_Tony Dobbins et Jamar Smith
Actualités La pilule est amère

La pilule est amère

Pour la troisième année consécutive, la SIG a échoué en finale, hier soir à Limoges (82-75). Mais après avoir mené pendant 30 minutes sur un parquet chauffé à blanc, elle peut une fois encore nourrir bien des regrets. Si elle a calé dans la dernière ligne droite, elle n’a pas laissé échapper le titre qui lui tendait les bras à Beaublanc. Car dans ce dernier match, les Strasbourgeois ont montré qu’ils avaient de l’orgueil, retrouvant leur adresse à trois points.

Limoges SIG_finale 4 playoffs 2015_Jeremy Leloup et jamar Smith

Les 17 points de Jérémy Leloup n'ont pas suffi.

En plaçant Fréjus Zerbo et Ousmane Camara dans le cinq, aux côtés de Pooh Jeter, Jamar Smith et Boungou Colo, Philippe Hervé avait annoncé la couleur. De la dureté, encore et toujours de la dureté, pour contrer notamment Ali Traoré et Matt Howard. Pari gagné de ce point de vue puisqu’à la 17e’, le duo d’intérieurs strasbourgeois n’avait encore pas marqué le moindre point ! Vincent Collet avait lui aussi sorti une botte secrète en envoyant Tony Dobbins au coup d’envoi pour s’occuper de ce diable de Jamar Smith, qui totalisera… un point à la mi-temps.

La partie d’échecs était engagée et, comme prévu, elle ne ressemblait en rien aux trois premiers épisodes. Après une petite période de crispation, les « artilleurs » mirent le nez à la fenêtre. Boungou colo tout d’abord, puis Jeter pour le CSP, mais aussi Antoine Diot et Jérémy Leloup. L’adresse à trois points était de retour, et c’était un vrai soulagement (8-8, 5e’). Seul (gros) souci, la deuxième faute prématurée de Diot qui dût quitter ses coéquipiers. Les changements se multipliaient et Limoges venait défier la SIG à l’intérieur avec Zerbo, Camara et Batista. Résultat : un premier break qui fit hurler Beaublanc : 14-8 (7e’).

L’adresse revient

Après un temps mort, Collet avait réglé le problème et avec deux primés de Dragićević, la SIG revenait au contact à la fin de la période. Mieux, dès la reprise, Toupane puis Lacombe concluaient le 0-10 inattendu : 14-18. Le banc avait déjà apporté bien plus que lors des matches précédents et l’on savait bien que c’était une des clés pour ne pas rentrer fanny. Et même si Boungou colo était oublié dans le coin (17-18), si Campbell lâchait un lancer franc (3 sur 6 seulement à la mi-temps dans l’exercice), Leloup rentrait le 5e panier bonifié dès la 14e’ !

Zerbo, facteur X !

Smith muselé, Jeter sur les rotules, Westermann dans la nasse, Limoges s’en remit alors à… Fréjus Zerbo qui marquait huit points de suite pour laisser le CSP au contact : 25-25. Peu à peu, le collectif de la SIG se retrouvait, la défense tenait le choc et Howard, pourtant méconnaissable puis Traoré inscrivaient leurs premiers points : 25-30. Dommage que, juste avant le buzzer et alors que la SIG avait encore une faute à donner, Amagou réduisait à 28-32.

Les nerfs solides

La SIG avait tout craindre du retour des vestiaires. D’autant qu’elle se retrouvait sanctionnée de trois fautes après 2’30’’. Diot assurait toutefois, en patron, mais Jeter sortait de sa boîte pour 7 points de rang et réduisait l’écart : 32-38 puis de 37-43 à 41-43. Leloup derrière l’arc, puis Toupane en pénétration, maintenaient l’écart (43-48) avant un show signé… Gelabale. Et si Beaublanc était à deux doigts d’exploser sur le panier de Camara (49-48), Traoré revenu après un bon passage de Fofana, puis Campbell, maintenaient la SIG aux commandes à l’entame de la dernière période : 52-54.

Jeter porte l’estocade
Limoges SIG_finale 4 playoffs 2015_Fans public beaublanc

Les partenaires (ci-dessus) et les supporters ont été nombreux. Mais ils ont été submergés par la marée verte.

Jusqu’à 54-58 (32e’), la SIG conduisait sa partie dans une ambiance de feu, mais avec pas mal de culot et d’intelligence. Limoges monta en pression, avec encore Zerbo, et l’improbable Camara, futur MVP des finales : 60-58. « J’aime ce garçon, dira Philippe Hervé après le sacre à propos du premier. C’est un combattant. Il a été plusieurs fois dans le cinq de départ. Ce soir, c’était son jour. On a tenu avec Fréjus et Ousmane parce que Strasbourg avait neutralisé nos arrières ».

Dobbins d’une claquette, puis Diot à trois points, entretenaient un mince espoir (62-63, 34e’). Et puis soudain, l’attaque s’enraya face à la rugueuse défense du CSP et n’obtenait plus la moindre faute. La SIG restera muette près de cinq minutes. Jeter en revanche, était en feu et portait l’estocade : 73-63. Après avoir inscrit 19 points seulement dans les trois premiers épisodes, il terminait avec… 21 points au compteur dont 11 dans les quatre dernières minutes.

Avec l’énergie du désespoir, les joueurs de Collet tentaient le tout pour le tout (77-73 à 26’’ de la fin). Mais le rêve d’un cinquième match au Rhenus était passé. Limoges convertissait presque tous ses lancers et conservait son titre, ce que personne depuis Pau en 2004 n'avait réussi. Pour la SIG, la pilule était amère même si ce n’est pas dans ce 4e match qu’elle a perdu le titre qui lui était promis. N'oublions pas, enfin, même si la déception est immense, que la saison fut belle, que deux trophées sont dans la vitrine et que la SIG s'est durablement installée dans le Gotha du basket français. Même s'il va bien falloir, dans les coulisses, se poser rapidement les bonnes questions, tous les joueurs étant en fin de contrat dans 10 jours...

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

CSP LIMOGES – SIG 82-75. Palais des sports de Beaublanc. 6 000 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Maestre et Collin.

Les périodes : 14-14, 14-18 (mi-temps : 28-32), 24-22 (52-54), 30-21.

Limoges remporte la série 3-1

Les statistiques

Bracket finale playoffs 2015

Les réactions

Vincent Collet Fiche coachVincent Collet : « Jeter a fait la différence sur la fin. On a été bon, mais ce n’est pas suffisant. A Limoges, dans une finale, il y a des détails qui ne pardonnent pas. Quand le coach hurle aux deux temps-morts qu’il faut faire faute avant la mi-temps, il faut les faire. Ce sont des erreurs de haut niveau. Zerbo a été touché par la grâce, mais il y a aussi dans cette équipe des joueurs très talentueux. On ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il y avait de la place ce soir. La déception est plus grande parce que l’équipe était meilleure. Je suis perfectionniste et c’est cela qui fait mal. C’est la fin d’un cycle pour ce groupe. On va garder des joueurs bien sûr, mais on a manqué de talents pour ‘’tuer’’ les matches. Il va falloir réfléchir à l’avenir ».

Martial bellon vignetteMartial Bellon : « On a perdu la finale dans le premier match, pas ce soir. Ils ont livré un combat homérique et il a suffi d’un moment de flottement pour que Limoges passe devant et dans une salle comme celle-ci, c’est dur de revenir. Je ne veux pas tirer de conclusions à chaud sur l’avenir, on fera le bilan dans quelques jours. Ça reste une très très belle saison mais c’est tout de même dur de perdre trois fois de suite en finale et je n’ai pas de mots pour le commenter. Je suis très triste pour Vincent, pour les gars, pour les supporters. Le travail qu’on a fait depuis cinq ans mérite ce titre. Mais dans le sport de haut niveau, on ne mérite pas. Il faut gagner ».

diot finale stats match 4Antoine Diot : « On a essayé de rester le plus longtemps possible au contact pour les faire douter mais on n’avait pas un matelas suffisant. Ils sont passés devant avec des gros shoots, sur l’euphorie et la magie de Beaublanc a fait le reste. Le premier match de la série, on ne doit pas le perdre, le 3e on doit faire un tout autre match. Ce soir, on a été très solides. On est dans la déception alors c’est difficile de faire un bilan. Dans les vestiaires, Vincent nous a remercié, et moi je tiens à remercier l’équipe. On a fait une saison formidable avec ce groupe. Il manque peut-être une qualification en Eurocup et ce titre, mais ça reste une très belle saison. C’est ce que retiendrai, avec aussi cette équipe. Il y a des mecs incroyables et je n’ai jamais connu ça dans ma carrière. Une solidarité, une envie de rien lâcher ».

Dobbins finale stats match 4Tony Dobbins : « Je suis très déçu du résultat parce qu’il nous empêche de jouer le cinquième match mardi mais aussi parce que la saison est finie et qu’on a échoué dans notre objectif de conquérir ce titre et d’être en vacances. Sur ce match, on a combattu, on s’est donné les moyens de gagner et sur la fin on n’a pas été capable de faire assez pour gagner ».

Toupane finale stats match 4Axel Toupane : « On a fait un bon match jusqu’au milieu du quatrième quart temps mais on n’a jamais réussi à faire le break. C’est peut-être ce qui nous aurait permis d’avoir la mainmise sur la fin de match. On était à égalité et c’est à celui qui mettrait le plus gros shoot pour gagner. C’est eux qui l’ont réussi. Ils nous ont dépassé et ils ont gagné… »

Philippe Herve Coach CSP Limoges playoffs 2015Philippe Hervé : « C’est difficile pour moi d’analyser à chaud. Il faut revenir deux mois en arrière. Je leur ai dit qu’on allait tout faire pour faire la photo ici, au milieu du terrain. On est monté en puissance sur les play-offs, surtout défensivement. Il fallait ça pour battre ce Strasbourg-là. Il faut leur tirer un grand coup de chapeau. Ils ont mis les tirs à trois points et ce fut très difficile. On a donné deux tirs à Dragićević, fait trois erreurs sur pick’n’roll. Je leur ai dit à la mi-temps et on a corrigé. On savait que si on passait devant, la pression serait terrible. Et puis dans cette équipe, il y avait aussi du talent. Il y a un joueur La magie de Beaublanc a opéré. Quand on est entraîneur, c’est sans doute un peu plus facile de gagner ici. C’est dans les gênes du club ».

Une réception place Kléber lundi

Dès la fin du match, la ville de Strasbourg a félicité la SIG, victorieuse de la coupe de France et de la Leaders Cup, vice-champion de France, qui vient d’achever une saison exceptionnelle. Roland Ries, maire de Strasbourg et Robert Herrmann, président de l’Eurométropole, ont souhaité saluer ces réussites en accueillant les joueurs et l’ensemble du staff technique et des dirigeants le lundi 22 juin à 18h30, place Kléber. Les joueurs viendront présenter au public leurs deux trophées et rencontrer leurs supporters.