Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
FINALES15E2_SIG-LIMOGES02
Actualités Une si belle réaction !

Une si belle réaction !

Jamais, cette saison, Limoges n'aura marqué aussi peu de points. La SIG a été héroïque, pleine d'abnégation et a "essoré" le champion de France (66-52) pour égaliser dans la série. Aux Strasbourgeois d'aller chercher un exploit en Limousin, jeudi ou samedi, pour s'offrir une cinquième manche au Rhenus. Ce serait fou !

FINALES15E2_SIG-LIMOGES08

Antoine Diot a été le patron. En mode MVP, il a conduit son équipe à une victoire qui relance totalement la finale...

La SIG savait à quoi s’en tenir… Dans un Rhenus brûlant comme une étuve dans laquelle on suait à grosses gouttes, les Strasbourgeois entraient bille en tête dans la partie. Fidèle à son habitude, Philippe Hervé modifiait encore son cinq de départ avec Jeter, Amagou et Batista aux côtés des incontournables Boungou colo et Moerman. Du coup, le Brésilien du CSP n’étant pas réputé pour ses qualités de défenseur, Limoges était plutôt « éteint » dans ce secteur de jeu, la SIG bien plus patiente aussi en attaque que lors du match 1. Et Matt Howard en profitait pour marquer les six premiers points, défiant Moerman près du cercle avant de conclure après une interception.

Une entame de choix

Le Rhenus était debout, vibrant avec beaucoup de ferveur, quand Ali Traoré passait le 8-0 (3e’). Jeter n’était pas sanctionné pour une faute énorme sur Campbell et Moerman à trois points, puis Batista ramenaient à 8-5. Pas de quoi freiner un Matt Howard intenable (8pts, 12 d’évaluation en 6’) qui avec son compère Traoré donnait le tournis aux intérieurs limougeauds : 14-7 (7e’). La SIG avait trouvé la clé de la raquette adverse. Les changements se multipliaient et avant la fin du quart temps, 20 joueurs différents avaient foulé le parquet. Le jeu s’équilibrait avant qu’au buzzer, Diot n’établisse le score à 21-12.

Quel combat !

Limoges se mit à défendre plus dur, à l’image de Zerbo et de Camara, provoquait des fautes à l’opposé du terrain et recollait grâce aux lancers-francs : 24-20 (16e’). La raquette cette fois cadenassée, la SIG avait dû s’en remettre à Antoine Diot, qui, en mode MVP, prit ses responsabilités. Un panier à trois points pour survivre, des pénétrations (13pts, 19 d’évaluation en 18’45’’), puis encore des passes lumineuses (5 à la pause) et malgré les échecs de Traoré, Leloup et Dragićević aux lancers-francs (5 sur 11 à la mi-temps), les Strasbourgeois filaient à 30-20 (17e’) puis 36-27 à la mi-temps, le cercle se refusant à Dragićević bien malheureux sur la série. Limoges n’avait finalement survécu que grâce à sa domination au rebond offensif (9 prises déjà). Tension, engagement, un peu de vice, il y avait tous les ingrédients pour des play-offs exceptionnels…

Un écart maximum de 17 points

Diot continuait sur sa lancée avec un panier « Ave Maria » à la fin des 24’’, Leloup interceptait et filait au dunk (40-27, 22e’) et si tout n’était pas parfait, Limoges n’eut cependant que deux petits points à se mettre sous la dent en cinq longues minutes. La SIG tissait sa toile (44-29, 25e’) et si Moerman scorait à 6,75m, Louis Campbell, exemplaire en défense, lui répliquait aussitôt : 47-32 (26e’).

Limoges ne renonçait pas, pourtant, et grignotait une partie de son retard par Batista, Smith et Moerman. Heureusement, Traoré avait aussi trouvé des ouvertures pour permettre à son équipe de virer à 53-39.

Soudain, l’attaque alsacienne s’enraya. La faute à la pression défensive adverse, mais aussi à un excès de facilité peut-être. Limoges se remit en selle (55-46, 33e’), manquait deux occasions de se rapprocher plus encore, réclamait une faute sur Jeter et écopait d’une technique. Diot redonnait de l’air (58-46) dans une fin de match étouffante, mais en "guerriers", avec une moisson de rebonds offensifs (sept dans le dernier quart) pour garder le score, les Strasbourgeois égalisaient dans la série. Paul Lacombe pouvait remercier le Rhenus archi-comble de son soutien. Et il y aura deux matches au moins à Limoges pour reprendre l'avantage du terrain. Chiche ?

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CSP LIMOGES 66-52. Rhenus Sport. 6 135 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Collin et Difallah.

Les périodes : 21-12, 15-15 (mi-temps : 36-27), 17-12 (53-39), 13-13.

La série est à égalité 1-1

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet Fiche coachVincent Collet : « Dos au mur, l’équipe a répondu de la meilleure façon. C’était indispensable car il fallait faire un match de « possédés » après ce qui s’est passé vendredi. On n’a pas laissé beaucoup d’espaces et en terme d’engagement, c’était une des meilleures performances défensives de la saison. On les a ralenti, on leur a pris le rythme en les faisant jouer à l’arrêt et on a repris le contrôle. Un très grand match d’Antoine (Diot), présent d’entrée, et tout au long de la partie, il a été le rouage essentiel pour maintenir le rythme. Il a aussi fait d’énormes efforts en défense, tout comme Louis Campbell. On n’a pas voulu leur redonner confiance au début du 3e quart temps et l’activité de Fofana a aussi été précieuse à ce moment-là. Il nous manque encore l’adresse à trois points et il nous la faudra pour gagner à Limoges. Au-delà de nous redonner espoir, car le plus dur reste à faire, ça nous a permis de démarrer notre finale et a apporté la preuve qu’on a des arguments à opposer ».

ali traore stats SIG Limoges finale match2 playoffs 2015Ali Traoré : « Une ambiance de fou ! Le public nous a portés, transcendés. On avait ciblé leur défense, qui ressemble un peu à une zone et on a voulu privilégier la relation poste haut-poste bas. On voulait marquer dans la raquette et ça a été déterminant. Antoine a fait aussi un match exceptionnel, avec des points, des passes, beaucoup d’influence. On va faire la même chose à Limoges. On a une équipe très complète et si je suis ciblé par les défenses, je prends ce qu’on me donne, je joue pour l’équipe. Car derrière moi, il y a Fofana qui fait des play-offs exceptionnels. Notre défense a été énorme et il faudra rééditer cette performance. On a fait sauter un verrou mental aujourd’hui, par rapport à ce que la SIG avait vécu jusque là ».

Philippe Herve Coach CSP Limoges playoffs 2015Philippe Hervé : « Strasbourg a été plus volontaire que nous, même si le groupe n’a pas lâché et a fait avec les moyens du jour. Leur intensité était bien supérieure à la nôtre. On a subi et en règle générale, quand vous subissez, vous ne gagnez pas. C’est la vérité d’un match et il faut qu’on apprenne vite pour savoir comment résister à ce type d’agressivité. Ce n’est pas la salle qui a été difficile pour nous, c’est l’équipe de Strasbourg. On ne peut que se réjouir de ce type d’ambiance dans une finale. On y goûte… et c’est un avant-goût de ce qui nous attend à Beaublanc. On a souffert dans le basket, dans la comparaison face à la dureté de Strasbourg. L’effort défensif était là, même si on n’a pas trop bien contrôlé notre rebond, mais c’est surtout en attaque qu’on a souffert en ne bougeant pas le ballon. Et puis sur le peu d’ouvertures qu’on a eu, on n’a pas eu d’adresse ».

Leo westermann stats SIG Limoges finale match2 playoffs 2015Léo Westermann : « On a été dominés partout à la mène, à l’intérieur, surtout au début où ils ont pris l’ascendant. Il faut rentrer dans les matches plus durement. 17 rebonds offensifs pour eux, 17 passes à 9. Tout est dit. On a joué comme des m… A la mi-temps, on n’était pas trop loin tout en étant mauvais. Et puis on revient, c’est pire encore, on perd notre collectif… Bravo la SIG. À nous de nous remettre en question. Neuf passes, ça nous est jamais arrivé. C’est d’abord la faute de Pooh et de moi-même, mais toute l’équipe doit mieux faire ».

bracket final#2