Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Logo Playoffs 2015
Actualités « Racontez les play-offs » : le récit de Benjamin

« Racontez les play-offs » : le récit de Benjamin

Sur notre page Facebook, nous avions proposé il y a un mois aux fans de la SIG de raconter, à leur manière, la façon dont ils ont vécu les play-offs jusqu’à la série finale perdue contre Limoges.

De nombreux textes nous sont parvenus. Touchants, émouvants, drôles, toujours sincères. Et le choix ne fut pas facile. Finalement, le jury a retenu celui de Benjamin Lauriol, 25 ans, de Fegersheim. Basketteur à Ohnheim et arbitre, il suit depuis plusieurs années les exploits de son club favori et a même fait le déplacement à Limoges pour le 4e match de la série finale. Son texte, à la fois juste et amusant, est publié ci-dessous.

Trois autres récits qui ont retenu notre attention, peuvent être téléchargés en bas de page.

Merci à tous pour votre participation et à très bientôt !

Le texte de Benjamin

« Bon ben, jamais deux sans trois dirons-nous... Mais que ce fut beau! Pendant ces play-offs, le public du Rhenus sera passé du stade de spectateurs à celui de supporters, un moment granDiot-se !

Une première série intense contre Chalon que nous remportons dans un élan décisif. Ensuite une autre contre Le Mans qui se soldera par un joli sweep, malgré une prouesse individuelle adverse qui m’aura totalLemans Eitonné !

Puis, ça y est, nous y voilà : SIG-Limoges, une finale Ali-dentique de celle de la saison dernière. C’est LÀ, c’est MAINTENANT, que tu dois être en totale confiance mentalement et tout donner pour ramener ce titre tant espéré, même si Tadija gagné deux coupes cette année, c’est bien celle-ci la plus importante ! L’ambiance lors de ces deux premiers matchs dans l’antre du Rhenus a été véritablement <insérer un superlatif car moi je ne le trouve pas> ! Je n’avais encore jamais vécu un tel engouement pour un match de basket, à Limage de l’imoges. Je revois encore cette armée rouge se lever plusieurs fois comme un seul homme pour soutenir son équipe dans les bons comme dans les mauvais moments. Bref, un réel fofanatisme. Triste désillusion cependant que de se prendre un re-vert du CSP lors du premier game. Fort heureusement, l’orgueil des Sigmen aura raison des Limougeauds dans le match suivant. Puis c’est lors du game 3 qu’un exploit de notre part aurait pu tout changer, mais il n’en sera rien.

Fervent supporter de la SIG que je suis, je me devais de faire le déplacement en terrain ennemi pour cet ultime espoir. L’excitation m’envahit rapidement lorsque je me retrouvai devant ce mythique stade au public miroBeaublanc. Les ultras et autres supporters te laissent un avant-goût de ce à quoi tu vas assister dans cette salle. Arrivé dans le sanctuaire des sanctuaires, la ferveur qui y règne est en effet stupéfiante. Public réputé pour son amour pour le club, tu réalises vraiment que c’est une religion tant le hourvari dans cette arène est immense. L’atmosphère est encore plus électrique depuis le différend entre le président fort têtu du CSP et Vincent, qui aurait pu lui en coller une au passage. C’est donc LE match crucial, avec un seul mot d’ordre pour Martial : « ReBellon-nous ! »

Début de la rencontre, nos premiers tirs à 3 points rentrent, Dragi sévit. Dobbins gagne Anthony-cité et produit un beau basket. Je vois chez Paul la combativité dont il fait souvent preuve lorsqu’il est sur le terrain, pendant que Leloup y est pas. Toupane décide d’axelérer le rythme en attaque et d’intensifier sa défense. Enfin, même si tout au long de la saison il nous aura éblouis, Campbell n’aura pas été en réussite lors de cette finale. C’est alors que Jeter nous crucifie, et qu’à cet instant précis Jeteribblement envie de disparaître... Le coup de sifflet final retentit, la SIG échoue cruellement pour la troisième fois en finale, échec et Matt. A mon grand dam, c’est une défaite très amère à digérer, on aurait évidemment souhaité que le CSPerde et que la SIGagne, mais c’est la dure loi du sport. Je ne peux que saluer la philosophie de Vincent prônant toujours un basket très collet-ctif. Et ce n’est pas son assistant qui lui jettera la Pierre.

Je ne suis panier-gatif car cette saison était admirable. Voilà, je n’ai plus rien à a-shooter, dunk j’espère plus que tout que l’on soulèvera ce trophée tant attendu pour montrer enfin que nous sommes invin-SIG ».

 Ben

Le texte de Yannick

Le texte de Martine

Le texte de Dominique