Rodrigue Beaubois, un « diamant » à la SIG

pictures-of-rodrigue-beaubois-698

Tenté de rester au Mans, courtisé par Villeurbanne, Rodrigue Beaubois (27 ans, 1,86m) a finalement choisi Strasbourg et l’Euroleague. Une bonne pioche pour la SIG qui aura son arrière shooteur pour relever le défi européen.

Rodrigue Beaubois, un tir soyeux...
Rodrigue Beaubois, un tir soyeux…

Un diamant pur. Du cristal. Rodrigue Beaubois a déjà tout entendu à propos de son talent, que Vincent Collet jugeait récemment « brut, remarquable ». L’ancien joueur des Dallas Mavericks (NDLR : drafté par le Thunder d’Oklahoma en 25e position, il avait aussitôt été échangé pour la franchise texane), formé à Cholet, revenu en France cette saison sous les couleurs du Mans, a donc choisi l’Alsace et la SIG pour exercer son talent la saison prochaine. C’est au terme d’une courte négociation… d’une nuit entre vendredi et samedi dernier (Beaubois est en ce moment aux Etats-Unis) que le Guadeloupéen a donné son accord au président Bellon. Et c’est avec le retour du contrat signé que la SIG, fidèle à ses principes, diffuse officiellement l’information.

Des performances exceptionnelles
En défense face à Louis Campbell, lors des demi-finales de play-offs 2015.
En défense face à Louis Campbell, lors des demi-finales de play-offs 2015.

Avec 188 matches en NBA, il a fait partie de l’équipe des Dallas Mavericks, championne en 2011, sans toutefois mettre les pieds sur le parquet pendant les play-offs. Handicapé tout d’abord par une fracture du pied en novembre qui l’a écarté des terrains pendant six mois, puis par une nouvelle blessure juste avant les play-offs, il n’a pas eu la « bague » qu’il convoitait. Auteur de performances individuelles exceptionnelles (40pts en NBA contre Golden State en 2010, mais aussi 35 à Reims fin janvier, deux fois 30 puis 27 en ProA, avec une adresse moyenne de… 66,3%), Rodrigue Beaubois est considéré comme un joueur individualiste. « Être un meneur gestionnaire, ce n’est pas mon jeu, disait-il au moment des play-offs. Quand j’essaie de jouer comme ça, je n’utilise pas mes qualités. Je suis comme je suis. Je ne sais pas jouer contre ma nature » (L’Équipe du 1er juin 2015).

Vincent Collet a son idée et on verra sans doute plus fréquemment Beaubois au poste 2 que dans le rôle de meneur de jeu. « Rodrigue a décidé de relever le défi de l’Euroleague avec nous. Il sera utilisé sur les deux positions 1 et 2 et va nous apporter son talent, en particulier dans le scoring. De plus, il veut progresser sur la constance ».

Le différend que d’aucuns avaient imaginé entre le coach de la SIG et de l’équipe de France et Rodrigue Beaubois n’existe pas. Le malentendu dissipé, ce shooteur soyeux et terriblement efficace, capable aussi de défier ses adversaires en allant au cercle et de faire la différence dans les moments décisifs – un tir assassin en quart de finale contre… Villeurbanne –, apportera aux Alsaciens un registre de jeu qui leur faisait défaut. Et permet ainsi d’avancer dans la construction d’une équipe prometteuse.

infographie Rodrigue Beaubois