Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
un-reveil-trop-tardif-pour-l-elan
Actualités Une montée en régime progressive

Une montée en régime progressive

Trois matches, trois victoires. La SIG a parfaitement entamé sa série de matches de préparation et remportant, après le succès initial contre Souffelweyersheim, l’Ain Star Game face à deux solides équipes de ProA, Villeurbanne et Chalon. Mais il reste du pain sur la planche avant la reprise officielle, comme l’a montrée la deuxième mi-temps de la finale. Et c’est tant mieux pour le coach strasbourgeois, Pierre Tavano.

La SIG version 2015/2016 est séduisante, très séduisante. Mais à côté de véritables périodes d’euphorie, elle propose encore, et c’est bien normal, des séquences beaucoup moins abouties. A l’arrivée, tout de même, des victoires contre Villeurbanne (67-54) et Chalon (86-81). Et ce scénario, presque prévisible, est plutôt pour arranger Pierre Tavano. « On a fait une première mi-temps extraordinaire en attaque, contre Chalon, souligne-t-il, au retour d’un long périple en bus dans la nuit de samedi à dimanche. Des contre-attaques, de la fluidité, une grosse défense avec des jambes légères. Mais j’avais prévenu les joueurs que Choulet ne serait pas content de son équipe et qu’ils reviendraient plus agressifs après la mi-temps. C’est ce qui s’est passé… »

Un mal pour un bien

Sans chercher d’excuses à la reprise désastreuse de la SIG (0-12) puis un retour de l’Élan à deux points après avoir compté 23 points de retard, on notera que Louis Campbell, excellent en fin de match contre l’ASVEL, avait été laissé au repos en raison d’une douleur à l’aine. Et que Bangaly Fofana, dominant dans les deux premiers matches, n’aura joué que huit minutes. « Rodrigue Beaubois se plaignait aussi du genou et je ne voulais pas trop tirer dessus, le solliciter dès l’entame, pour le préserver en vue du final ». Bien lui en a pris.

La SIG a eu du mal à se relancer, privée de rotations, certes, mais aussi de rythme et… de patron. « Je préfère avoir eu cette deuxième mi-temps et je l’ai évoquée dès la fin du match au téléphone avec Vincent Collet. On dribblait trop, on ne bougeait plus sans ballon et notre défense a perdu sa cohésion. De plus, les consignes sur les mouvements annoncés n’ont pas été respectées », poursuit Tavano. Une petite alerte utile pour remettre tout le monde dans le bon sens, cette semaine à l’entraînement. « Car il n’y aurait rien de pire que de croire qu’on est imbattable et de tomber dans la facilité ».

Beaucoup de satisfactions

Ces premières rencontres ont tout de même réjoui le staff. « Mardy Collins n’a pas scoré contre Villeurbanne mais a donné 7 passes. Face à Chalon, il a montré qu’il avait la capacité de marquer des points, tout en ajoutant 6 passes. Rodrigue Beaubois est capable d’actions d’éclat et a été décisif dans le final, mais il doit encore équilibrer son jeu et penser à ses partenaires quand il est plus fatigué. Enfin, en ‘’small ball’’, avec Weems, Howard, Leloup et Collins, on peut ‘’switcher’’ sur tous les joueurs et on l’a bien fait sur la fin pour empêcher Chalon, qui vit et meurt par le tir à trois points, de trouver des positions ouvertes. C’est très intéressant pour la suite. Seul bémol, le fait que deux joueurs ont dû s’arrêter et qu’on ne sait s’ils devront rester au repos ».

Pierre Tavano sait déjà comment il construira sa semaine d’entraînement à partir de lundi. « Ce sera moins dur que la semaine dernière où nous avons fait deux séances intenses par jour. Là, il y aura un vrai entraînement quotidien et le second sera plus ‘’piéton’’, basé sur le collectif ».

En attendant de rencontrer Châlons/Reims à Luxeuil samedi. Des Champenois battus par Orléans (69-72) sur un « buzzer beater » d’Eito, victorieux de Mons à Vittel (89-77) avant de perdre en finale contre Nancy (88-81), lors de leurs trois premières sorties.

J.C.F.