Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Louis Rucklin_Maxime Abah_0003
Actualités Maxime Abah et Louis Rucklin, deux cadets plein d'espoir

Maxime Abah et Louis Rucklin, deux cadets plein d'espoir

De retour d’un euro U16 en demi-teinte, qui les a vu finir cinquièmes mais se qualifier pour les championnats du monde, Louis Rucklin et Maxime Abah ont repris l’entraînement avec la SIG. Leader de la génération 99 chez les cadets de la SIG, après le départ de Frank Ntilikina, ils entendent bien tirer les leçons emmagasinées cet été.

La saison précédente des cadets fut belle. Vainqueurs de la coupe de France et qualifiés pour le final four du championnat, voilà une belle exposition pour nos jeunes. Si bien que Louis et Maxime avaient obtenu leur sélection en équipe de France U16 pour participer au championnat d’Europe. Une belle récompense pour eux… et une supplémentaire pour Louis après avoir participé au très prisé Eurocamp Adidas de Trévise. Il ne cache d’ailleurs pas sa joie mais, la tête sur les épaules, tempère aussi vite : « C’était exceptionnel ! Mais je ne m’arrête pas sur cette sélection. C’était forcement bien mais le fait d’avoir été retenu à Trévise ne signifie pas que je vais finir « super star », j’en ai conscience. Je dois continuer à travailler, ce n’est que le début. »

louis Rucklin 2

Louis Rucklin est monté en régime durant l'Euro U16

En attendant les deux potes ont vécu un Euro durant lequel ils sont passés par toutes les émotions et toutes sortes d’adversités. Un premier tour maitrisé (3V/0D) leur permettait de finir en tête de leur poule, mais Louis tient à relativiser les choses : « On gagne nos matches mais face à des équipes assez faibles. Au deuxième tour en revanche elles étaient plus coriaces et là on a vu ce qu’était réellement un Euro. Avant on gagnait sans être à 100% ». Effectivement le deuxième tour a pris une toute autre tournure. En très grosse difficulté face la Serbie et la Bosnie-Herzégovine, future championne d’Europe, les bleuets pêchaient par manque de concentration comme le souligne Maxime : « comme lors de la préparation on a eu du mal à bien démarrer ces matches du second tour. Je pense que l’on n’était pas assez concentré. On n’a peut être pas montré assez d’envie dès le début. On a réagi en deuxième mi-temps à chaque fois mais, à ce niveau-là ça ne pardonne pas : c’était trop tard. » Heureusement ils remportèrent le match couperet face à la Finlande, durant lequel Louis finissait meilleur marqueur (12pts) et se qualifièrent pour les quarts de finale face à l’Espagne. Même si Maxime s’était montré très actif (13pts), l’obstacle était alors trop haut et voyait les Bleuets stoppés dès ces quarts en s’inclinant 63-72. « On savait qu’en finissant dernier qualifiés de notre poule on allait rencontrer une grosse équipe. Sur un quart de finale il fallait tout donner, on a essayé mais honnêtement les Espagnols ont bien joué et malheureusement on a perdu », commente Louis encore déçu. Un match d’ailleurs où le troisième Alsacien du groupe, Ludovic Beyhurst, s’était montré très à son avantage assumant son rôle de capitaine. Une chose que ses deux coéquipiers tiennent particulièrement à mettre en avant. « Il a très bien tenu son rôle de capitaine ! Il faisait en sorte qu’il n’y ait pas de groupe qui se forme. Il veillait à ce qu’il y ait une bonne cohésion dans l’équipe » souligne Louis, avant que Maxime complète : « Ludo’ montrait l’exemple en étant sérieux à l’entraînement et en matches mais il était aussi celui qui savait rigoler en dehors ». Un mot pour le caractériser ? « Le leader ! » répondent-ils de concert et sans hésitation.

Maxime Abah_1

Maxime Abah impose sa défense face à l'Allemagne.

Mais la compétition ne s’arrêtait pas là et ils durent se ressaisir pour aller chercher une qualification pour les championnats du monde. Chose qu’ils réussirent en battant l’Allemagne (57-55). « C’était un match difficile avec un scénario un peu spécial. On aurait pu éviter des erreurs et nous permettre de gagner plus facilement en faisant un écart plus grand dès le début… mais on l’a gagné, c’était l’essentiel ! », commente Maxime. Et l’aventure aura surtout été riche en enseignements et chacun d’eux en tire des conclusions positives. « Je me suis donné à fond à chaque match, et à force j’ai gagné ma place dans le cinq majeur, ce qui n’était pas le cas au début de l’Euro. C’est aussi une satisfaction » note Maxime. Louis reconnait lui son entame un peu timide dans la compétition avant de monter en régime : « Au début, j’étais assez timoré en attaque ; en revanche, en défense, je faisais le boulot. Mais au fur et à mesure de la compétition j’ai réussi à me lâcher et à apporter aussi offensivement pour l’équipe ».

Cette parenthèse bleue refermée ils ont retrouvé la SIG, pour préparer la saison à venir en composant avec une nouvelle équipe; mais cela ne semble pas inquiéter nos deux jeunes internationaux. « On n’a pas tout perdu non plus. Même si les troisièmes années et Frank sont partis je pense que l’on peut faire quelque chose de bien cette saison » dit très justement Maxime, avant de voir Louis lui embrayer le pas : « on va travailler pour répondre présent quand la saison commencera. Je pense qu’on va avoir une bonne équipe ». Et parmi les nouveaux un n’est pas un inconnu pour le grand Max. En effet, il retrouve cette saison Hugo Sanchez avec qui il était au pôle espoir et jouait à Besançon.

Abdel Loucif_Maxime Abah

Abdel Loucif donne ses consignes à Maxime Abah qui sera l'un des leaders des cadets de la SIG.

Louis et Maxime affichent de belle disposition pour leur saison avec les cadets, de quoi donner des idées et voir plus haut? Bien-sûr les deux le souhaitent, mais savent aussi que, s’ils étaient appelés à jouer en espoirs ils devront encore plus faire leurs preuves, mais ça aussi ils en ont conscience. « Le niveau est plus élevé en espoirs et notre rôle sera forcement différent par rapport aux cadets. Mais c’est bien si on peut avoir du temps de jeu chez les espoirs aussi. Même si ce sera peut-être peu, je me donnerai à fond » lance plein d’envie Maxime avant d’être coupé par Louis, qui ajoute : « c’est clair qu’il y a une hiérarchie en espoirs, on doit la respecter. On est back-up, on comprend notre place. On sait que notre rôle sera différent, notamment offensivement ».

Mais en parallèle de leur saison ils devront aussi composer avec leurs études. Pour Louis, en terminale ES, l’année s’annonce chargée avec le BAC à préparer. Mais il sait le défi qui l’attend : « ce ne sera pas facile mais c’est faisable. Je vais mettre toutes les chances de mon coté pour avoir mon BAC et faire une bonne saison ». Quant à Maxime, en première S, il a conscience que lier les études et le sport n’est pas facile, mais s’en accommode : « C’est un mode de vie et un rythme à prendre. C’est un peu dur au début de l’année mais après on s’habitue, on bosse et on avance».

Pour les deux complices, la maturité semble avoir déjà pris une belle part de leur personnalité : de bon augure pour la suite. Mais ne vous y trompez pas, tout aussi sérieux qu’ils peuvent être une fois le short enfilé et les baskets aux pieds, ils savent aussi profiter de la vie quand les occasions se proposent, comme le souligne Maxime à propos de Louis: « c’est quelqu’un qui peut être sérieux sur le terrain mais il ne faut pas croire ; en dehors il l’est beaucoup moins. C’est complètement quelqu’un d’autre (rires)». Ce qui a le don de faire réagir Louis qui, un brin moqueur, enchaîne: « Max dit ça mais il est pareil ! Il se lâche aussi pas mal en dehors du terrain. Et c’est marrant aussi de voir comment il impressionne au lycée avec son physique… et sa barbe (rires) ». Une bonne ambiance, de la maturité, de l’expérience… un cocktail qui, on l’espère, fera la réussite de Louis, de Maxime et des cadets cette saison encore.

Franklin Tellier