Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
Pierre Tavano_Mardy Collins_Louis Campbell
Actualités Pierre Tavano : « Il faut encore travailler »

Pierre Tavano : « Il faut encore travailler »

Au lendemain du tournoi de Luxeuil, remporté aux forceps dans les dernières minutes face à une valeureuse équipe de Dijon, la SIG est à mi-parcours de sa préparation. Avec cinq matches joués et autant à venir, l’équipe de Pierre Tavano se trouve à la croisée des chemins.

La SIG continue sa préparation en enchaînant les victoires tout en se construisant. Mais le destin met des bâtons dans les roues du coach de la SIG. Avec Rodrigue Beaubois laissé au repos ce week-end, le dos de Matt Howard qui l’a empêché de jouer samedi, Paul Lacombe et Romain Duport victimes de petits chocs les obligeant à stopper dimanche à la mi-temps, Pierre Tavano n’a pas pu travailler comme il l'aurait souhaité. Malgré cela, le coach tire des enseignements positifs de ce ‘‘lux-trophy’’ : « L’important était de gagner, même si avec tous les problèmes que l’on a eus, on n’a pas pu jouer au complet. Le point positif, c’est que même avec un effectif réduit, on continue à gagner. C’est le deuxième tournoi que l’on remporte et, même si ce ne sont que des matches amicaux, c’est une bonne chose. C’est bien pour le moral des joueurs. Le travail paye». Voilà quelques jours que le tacticien le répète : la SIG joue tous ses matches pour les gagner. Et, quinze jours après le premier match officiel, il n’entend pas en rester là: « Nous sommes à mi-chemin dans notre préparation et, même si on n’a pratiquement joué aucun match au complet, on arrive à les gagner. Cinq de suite c’est très bien mais on ne va pas s’en satisfaire ».

« Encaisser trop de paniers intérieurs n’est pas acceptable! »
Châlons_Reims_SIG_Luxeuil2015_Louis Campbell (3)

Louis Campbell et toute son équipe doivent encore améliorer la défense.

A l’aube de ce tournoi de Luxeuil, Pierre Tavano voulait voir son équipe hausser le ton en défense. Il fut rassuré samedi de la voir serrer les boulons face à Châlons-Reims pour plier la rencontre. Avec sept minutes de défense de fer et aucun panier marqué par le CCRB, les Alsaciens avaient montré qu’ils étaient capables de montrer les crocs. En revanche, la finale permit, elle, de mettre en lumière les ajustements encore nécessaires: « La vidéo de la finale m’a servi pour voir ce qu’il faut qu’on améliore. Défensivement nous avons fait beaucoup trop d’erreurs en encaissant trop de paniers intérieurs et ça ce n’est clairement pas acceptable! Cela montre que nous ne sommes pas encore assez structurés et que des joueurs s’oublient, il faut que cela s’améliore». Mise à mal par une JDA rugueuse et engagée, la SIG a aussi montré quelques soucis offensivement : « Face à ce type d’équipe, en attaque, il va falloir que les joueurs fluidifient notre collectif, fassent mieux circuler la balle lorsque l’on est sous pression». Et, fidèle à son dictat, il ajoute sans surprise : « Donc, même si on gagne, tout n’est pas positif et il faut encore travailler ! »

Au titre des individualités, les organisateurs ont mis en lumière Kyle Weems, MVP du tournoi. Un titre honorifique certes, mais ô combien mérité tant son impact fut important. Shootant à 11/19 durant ces deux jours, il a montré qu’il pouvait être l’une des gâchettes dont la SIG avait besoin. « Mais son apport ne se limite pas aux statistiques, sa défense est aussi à mettre en exergue ». Très à l’écoute et perfectionniste on l’aura vu aussi passer du temps, seul avec le coach, devant la video du match pour analyser ses erreurs. Mais les résultats actuels ne peuvent et ne doivent pas (!) mettre en avant un seul joueur. A titre d’exemple, nous pourrions citer Bangaly Fofana, ultra « dominant en défense » et ne gâchant que peu de munitions en attaque (23/26, 91% (!), aux tirs en cinq matches), Mardy Collins qui « match après match expose l’étendue de son talent », Matt Howard toujours aussi guerrier face à une adversité très agressive, Romain Duport auteur d’une performance de premier ordre samedi (20 d’évaluation en 19 minutes), ou encore de Frank Ntilikina et Kostja Mushidi, qui ont « donné satisfaction » au coach comme il le soulignait après la finale… Bref la SIG progresse et son collectif se met en place.

Les premiers pas de Golubović en match officiel espérés ce week-end

Et dans cette mise en place, la dernière pièce manquante du puzzle est venue s’ajouter dans la nuit de samedi à dimanche. Au terme de tractations longues, multiples et de pistes explorées, la SIG a trouvé en Vladimir Golubović, attendu demain en Alsace, son pivot pour compléter sa raquette qui devrait avoir fière allure. Pierre Tavano se félicite d’ailleurs à l’idée de pouvoir bientôt travailler à douze: « C’est très bien, le groupe est complet. J’espère l’avoir à disposition pour Bruxelles. D’une manière générale, j’aimerais avoir tous mes joueurs, dont Rodrigue Beaubois, pour ce tournoi et faire enfin une compétition au complet ». Quant à la question concernant son utilisation dans le jeu de la SIG, la réponse du coach fuse : « Nous allons parler avec Vincent de son implantation précise dans notre jeu. Il me donnera ses directives. Bien évidemment, nous connaissons ses points forts et nous l’utiliserons en fonction. J’ai déjà quelques idées mais attendons qu’il nous rejoigne pour tout mettre en place. Nous verrons alors comment s’articulera notre jeu avec nos trois pivots. Nous avons une rotation de trois joueurs complémentaires, à nous de les utiliser au mieux ».

SIG_JDA Dijon_Kostja Mushidi

Kostja Mushidi devrait être encore sollicité par le coach contre Chalon

Mais pour avancer sereinement il faut aussi savoir reconnaitre quand les organismes commencent à fatiguer. Dans 24 heures, se dessine déjà le match contre l’Elan Chalon, à Besançon, et Pierre Tavano sait qu’il ne doit pas aborder ce match comme n’importe quel autre. « On n’a pas réellement travaillé sur nos erreurs. Je suis lucide, je vois que les joueurs sont fatigués. On a privilégié un entraînement piéton en réexpliquant les positionnements plutôt que du travail intense : ce serait inconscient». A l’issue de ce tournoi de Luxeuil, tout le monde était conscient qu’il allait falloir relativiser la prochaine échéance. Face à une équipe de l’Elan en pleine reconstruction et qui s’est montré en très grande difficulté ce week-end défensivement (80 puis 90 points encaissés), il ne sera malgré tout pas question de vendanger ce match. « Je ne sais pas comment on va aborder ce match. Ils ont aussi un blessé, Jeremy Hazell, à voir s’il jouera, mais c’est dur pour tout le monde. Je ne sais pas si tous mes joueurs pourront tenir leur rang, on verra. Une chose est sûre, je ferai plus jouer les jeunes pour reposer les cadres.». Et de l’énergie, il en faudra, pour stopper entre autre le pétard ambulant, John Roberson, qui a encore montré ce week-end qu’il ne fallait pas lui laisser le moindre centimètre carré de liberté. Shooteur patenté, il a tenté la bagatelle de 26 tirs en deux matches pour une jolie réussite de 50% ; méfiance…

Passer outre la douleur, avancer, progresser en défense, se structurer en attaque et continuer à amasser des victoires, la ligne de conduite est claire pour ce sixième match à venir… en attendant l’arrivée de l’ultime renfort et le retour à 100% des autres.

Franklin Tellier