Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Nancy_Vladimir golubovic
Actualités Un premier trophée à glaner

Un premier trophée à glaner

Dépossédée de la Coupe de France cette semaine, la SIG peut garnir son armoire à trophées dès lundi (20h30 à Villeurbanne, en direct sur L’Équipe21), lors du Match des champions qui l’oppose à Limoges, son rival des deux dernières finales de ProA. Une occasion pour les Strasbourgeois de montrer un visage plus conquérant.

Il avait été lancé en 2005, le Match des champions. Avec pour sa toute première édition, le champion en titre, la… SIG, opposé à Gravelines. Dix ans après, les Strasbourgeois, lauréats de la Coupe de France, renouent avec ce rendez-vous de pré-saison qui ne dit rien, ou pas grand chose, sur la suite de l’exercice. Cette fois, avec l’opposition attendue contre le champion, le CSP Limoges, l’affiche paraît exceptionnelle. « C’est un trophée. Tant qu’à le jouer, autant le gagner, estime Collet. Mais il n’a aucune signification pour la suite ». Pour preuve, le coach rappelle la très nette victoire de Nanterre, en septembre dernier, contre Limoges (70-54). « Ça n’a pas empêché les Limougeauds d’être champions neuf mois plus tard ».

Trouver de la consistance
SIG_Nancy_Mardy Collins

La SIG attend mieux de Mardy Collins. Contre Limoges, l'occasion est idéale.

Avant de songer au résultat de ce match, le coach de la SIG s’interroge sur l’état de forme de ses troupes. « Cela n’a pas été convaincant lors des deux dernières rencontres et j’ai été un peu déçu par le contenu et les attitudes. A cette époque de la saison, il est normal que tout ne soit pas parfait, surtout avec une équipe renouvelée. Mais c’est l’absence d’agressivité, à Nancy, qui me préoccupe le plus ».

Orpheline d’Antoine Diot, la SIG mettra du temps à huiler les rouages, à ce que chacun trouve son rôle dans la succession du meneur emblématique, parti à Valence. Beaubois est plus shooteur, Collins créateur, Campbell organisateur. « Le seul moyen de compenser, en attendant d’être au point en attaque, c’est d’être agressif en défense ».

Pour l’entraîneur de la SIG, « le haut niveau se joue sur des détails ». Et contre Nancy puis à Colmar face à Dijon, la SIG a été en désordre. « On a fait les efforts par intermittence. Parfois trois joueurs sur cinq, parfois les cinq mais pendant 20 secondes seulement avant de donner un lay-up ou une coupe dans le dos fatale. Il nous fait donc trouver de la consistance et si tout le monde a encore des lacunes, il faut compenser par de l’agressivité. Car le chantier prendra du temps. A nous d’être capable de gagner malgré tout ».

Du positif dans le jeu

Vincent Collet ne veut pas noircir le tableau. « La préparation a été bonne, lance-t-il, et l’équipe a réussi de bons matches. Limoges n’est pas mieux réglé – NDLR : le CSP a perdu la finale du tournoi de Rézé contre Villeurbanne, premier visiteur au Rhenus (72-62) –, Beaubois n’a pas joué pendant trois semaines, Golubović vient d’arriver ». Le coach fait cependant la différence entre les matches amicaux où tout le monde joue sur ses points forts, notamment en attaque, et les matches officiels avant lesquels les équipes sont scoutées et où l’adversaire cherche les points faibles. « Bangaly Fofana en est le symbole, sur ses points forts lors des premiers matches et en difficulté contre Nancy et Dijon ».

Face à… Ali Traoré

Pour l’heure, Collet ne s’est pas beaucoup préoccupé de son adversaire. Il a suffisamment à faire avec sa propre équipe. Et lorsqu’on lui souffle que Limoges a difficilement battu Le Mans sans Culpepper, blessé et indisponible pendant six semaines, sans Traoré ni Payne, ses deux autres recrues, il estime que « ceux qui restent sont forts, complets, athlétiques… » Allusion à Matt Gatens, la gâchette, Will Daniels, l’ex-Nanterrien, Zerbo et Camara, bourreaux de la SIG lors de la dernière finale, à Westermann, récent médaillé à l’Euro ou Boungou Colo. D’autant que Payne, déjà en vue contre Villeurbanne, et Traoré, joueront certainement.

A la veille de ce premier trophée à glaner, « la SIG doit se bouger, selon son entraîneur. Les joueurs se découvrent mais la niaque nous permettra de passer ce moment délicat. Il ne faut pas dramatiser mais mes propos sont réalistes. A nous d’avoir la bonne approche pour nous donner le temps d’atteindre la vitesse de croisière dont nous sommes encore loin. Si on gagne des matches, cela va donner de la confiance ».

Le moment est venu d’en gagner un. Et de compléter l’armoire à trophées…

Jean-Claude Frey

 

Infographie_le chiffre_trophée des champions_SIG_Limoges… comme l’évaluation du dernier MVP du Match des champions... Kyle Weems. Vainqueur la saison passée avec Nanterre face à Limoges, l’ailier fort de la SIG avait compilé 13 points, 5 rebonds, 4 passes et 3 interceptions. Il était ainsi le premier joueur américain à remporter cette distinction et aura à cœur de la défendre. D’ailleurs, depuis l’instauration de ce titre de MVP en 2010, c’est la première fois que son détenteur a la possibilité de le défendre la saison suivante. Espérons qu’il soit également le premier à le conserver ! Cela serait de bon augure pour la SIG.

F.T.