Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
trophee des champions_Beaubois_Campbell_Leloup_howard_weems_Collins_Lacombe_Fofana_Ntilikina_Duport_golubovic_tavano_Collet
Actualités Un trophée de plus...

Un trophée de plus...

Dans une ambiance de fête, où l’on rendait hommage à la mémoire d’Alain Gilles, tout en honorant de nombreux anciens internationaux, la SIG n'a fait qu'une bouchée d'une pâle équipe de Limoges dans le Match des Champions disputé à Villeurbanne (86-59). L'armoire à trophées se garnit mais ce match de gala n'a qu'une signification relative quant à la saison qui s'ouvre samedi...

Match_champions Westermann Beaubois

Léo Westermann et Limoges ont été dominés par Beaubois et la SIG.

Même si, l’histoire l’a démontré, le Match des champions n’augure de rien quant à la suite de l’exercice, celui de ce début de saison avait une saveur particulière. Il opposait en effet les finalistes de ProA des deux dernières saisons, la SIG ayant remporté deux la Coupe de France, en plus de la Leaders Cup, a défaut d’avoir pu décrocher, pour la troisième année consécutive, le titre. Ce classico du basket hexagonal était forcément très attendu…

A la mi-temps, Martial Bellon, tendu comme un arc avant le coup d’envoi, a dû se frotter les yeux. Ses protégés avaient… 25 points d’avance (27-52) sur leur éternel rival. Sans qu’il n’y ait rien à redire. En 20 minutes à peine, les hommes de Collet avaient effacé leurs sorties manquées contre Nancy et Dijon.

Une adresse retrouvée, un collectif qui s'améliore
Rodrigue beaubois

Rodrigue Beaubois, MVP du Match des champions, félicité par le président de la LNB, Alain Béral et André Decarnelle (Union des journalistes de sport).

Concentrés, bien en place, affichant la volonté de se passer la balle, les Strasbourgeois avaient pu compter sur un Kyle Weems étincelant (10pts à 100% dans le premier quart) et après un début équilibré (4-4, 3e’), la SIG fit un premier break dans le sillage du MVP sortant du Match des champions : 4-9, puis 12-19 (7e’). Fofana, pénalisé de deux fautes, avait dû rapidement céder sa place à Golubović, Beaubois avait cédé sa place à Lacombe, Leloup à Collins, mais l’intensité et le niveau de jeu ne baissaient pas. Limoges, emprunté en attaque, peu concerné en défense, prenait l’eau (17-26) et le jeune Ntilikina ponctuait le premier quart d’un superbe « primé » : 19-29.

Golubović balade Traoré

Philippe Hervé avait beau s’énerver sur le banc de touche, le champion en titre ne sortait pas de sa torpeur dans la deuxième période. Howard d’abord, puis surtout Vladimir Golubović (14pts dont 11 dans le quart et 7 rebonds à la mi-temps) qui donnait le tournis à… Ali Traoré creusaient l’écart (23-45 après un… 2-14 en quatre minutes). La défense avait donné du jeu rapide, Beaubois avait trouvé la mire à trois points, comme l’ensemble de l’équipe - et même la faute antisportive sifflée à Howard ne ralentissait pas la marche en avant des Strasbourgeois. En face, seul Boungou-Colo (6 sur 6 aux lancers-francs) tentait de sauver les meubles. Et que dire de l’écart à l’évaluation (74 à 11) après 20 minutes ?

La seconde mi-temps sera, du coup, plutôt ennuyeuse. On oubliera le troisième quart temps, dans lequel la SIG n'inscrira qu'un petit point en près de sept minutes, sept dans la période, sans que Limoges en devienne pour autant menaçant (42-61, 30e’). Quant à la quatrième période, elle aura permis à Vincent Collet de remettre Romain Duport (12 points en quelques minutes) en confiance, à Rodrigue Beaubois de décrocher le titre de MVP et à toute l'équipe de se faire plaisir. Quant au CSP Limoges, rejoint dans la journée par Heiko Schaffartzik (Bayern) pour renforcer ses lignes arrières - Gatens serait-il menacé ? -, il a peut-être perdu Nobel Boungou-Colo, touché au dos et évacué vers l'hôpital à la suite de son choc avec Matt Howard.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

LIMOGES CSP – SIG 59-86. Match des champions à l’Astroballe de Villeurbanne. 2 500 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Chambon et Lepercq.

Les périodes : 19-29, 8-23 (mi-temps : 27-52), 15-9 (42-61), 17-25.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : « Il y a un monde entre l’équipe que j’ai vu la semaine dernière et celle de ce soir. C’est un match de début de saison contre une équipe pas encore formée, avec un seul meneur de jeu qui a aussi besoin d’un renfort au poste 3/4, mais nous sommes contents d’avoir gagné. On a fait une très bonne première mi-temps, engagée, avec des efforts collectifs et de bonnes choses en attaque, avec de la réussite. La suite ne voulait plus dire grand-chose et il faut rester très prudent dans la perspective du match de samedi contre Villeurbanne. L’effort collectif, des deux côtés, était intéressant. On a retrouvé du liant, de la solidité, on a protégé notre panier et on a bien alterné le jeu extérieur et le jeu intérieur en trouvant bien Vladimir (Golubović). L’entame de Kyle (Weems) étant nanterrienne et ça nous a facilité les choses ».

Rodrigue Beaubois (MVP de la rencontre) : « Après notre élimination en Coupe de France, on voulait se racheter même si on est encore en période d’apprentissage. Il y a beaucoup de nouveaux systèmes pour les joueurs et il nous faudra du temps. L’entraîneur l’a dit et redit. Mais on a montré du caractère et c’est le plus important. Il va falloir continuer sur cette lancée. A titre personnel, je continue à apprendre mon nouveau rôle. Les systèmes de Vincent sont très bien pour mettre ses joueurs en valeur mais c’est toute l’équipe qui a envie de bien faire et on sera très rapidement là où on veut être. Notre force sera d’avoir plusieurs joueurs capables de créer et d’avoir plusieurs ‘’cinqs’’ différents capables de s’exprimer. Limoges, ça va encore être une très forte équipe mais ce soir, on a su prendre le match rapidement en main ».

Philippe Hervé : « Il y a surtout eu un très gros écart physiquement. Après notre programme avec 6 matches en 11 jours, un seul meneur et des joueurs absents, on a eu la réponse en deux minutes. Quoi qu’il arrive, on ne pouvait pas être performant au niveau du jeu avec ce handicap. Il n’y avait que l’aspect mental qui nous permettait de faire bonne figure et on n’a pas répondu présent en première mi-temps. Et ça, ce n’est pas acceptable. Ces choses-là vont se résoudre avec le temps, mais si on a un joueur de plus depuis aujourd’hui (Schaffartzik), on a peut-être perdu Nobel (Boungou-Colo), touché au dos. C’est la très mauvaise nouvelle de la soirée et on est dans cette spirale depuis trois semaines. Elle impacte aussi psychologiquement ».

Léo Westermann : « Il n’y a pas eu photo. Strasbourg nous a dominés. On s’est fait marcher dessus en première mi-temps. Nous n’étions pas dans la volonté, dans l’intensité et à nous de réagir maintenant en championnat. L’enchaînement de matches difficiles ces derniers jours mais quand physiquement, ça ne va pas, on doit avoir un surplus d’engagement et ce soir, c’est Strasbourg qui l’avait. Avec les blessés, on n’a pas pu mettre en place tout ce qu’on voulait ».