Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Pau_SIG Smith Campbell Fofana
Actualités A Pau, sur les ailes de Beaubois !

A Pau, sur les ailes de Beaubois !

Portée par un Rodrigue Beaubois de gala (37 points dont 21 dans la première période), la SIG a réussi, sans Collins ni Howard mais avec un prometteur Travis, à décrocher un succès peut-être fondateur à Pau : 79-90. La voilà dans le peloton de sept équipes qui mènent la danse. A confirmer rapidement…

547_7a0c9d8bd9eadf879f0011817e8c2396_m

Jérémy Leloup a eu du mal à stopper Lance Harris (30 points), mais ses deux paniers primés ont pesé dans la victoire strasbourgeoise. (Photos Elan béarnais)

Campbell grippé, Collins encore diminué et qui n'est pas entré en jeu, Travis qui faisait ses débuts, la SIG avait quelques handicaps au coup d’envoi. Mais elle avait aussi dans ses rangs un… phénomène nommé Rodrigue Beaubois. Car dès l’entame, le Guadeloupéen de la SIG en a fait voir de toutes les couleurs à la défense paloise. Et au bout d’un quart temps, Beaubois avait scoré 21 points à 8 sur 9 aux tirs dont 5 sur 6 à trois points.

Un trou d’air à 2-7 (3e’) marqué par les premiers tirs manqués derrière l’arc, des balles perdues avec Campbell et Golubović dans le dur, et l’EBPO trouvait du jeu rapide dans lequel il excelle, passant un 12-2 qui n’augurait rien de bon : 14-9 (5e’). Heureusement, l’ancien arrière de Dallas continuait son festival, scorant 21 des 27 premiers points de la SIG : 22-27 et 24-29 sur le premier panier de Travis qui avait pris le relais de Weems, encore effacé.

Trop de relâchement

Tout n’était pas parfait, loin de là, car si l’adresse surréaliste de Beaubois avait bien aidé les Strasbourgeois, la défense était à la peine, Fofana avait pris trois fautes et Pau shooté 11 lancers-francs ! Dans le second quart, Romeo Travis se montrait à son avantage, étalant la palette de son talent (post-up, rebond, adresse) et avec l’inévitable Beaubois, l’équipe de Collet prenait le large : 29-35, 33-44 (17e’). La SIG s’était lancée dans un All Star Game qui ne lui correspondait pas, et en relâchant sa défense, elle allait rapidement être rappelée à son devoir par un Lance Harris soudain chaud brûlant, Yeguete finissant le travail au rebond : 45-45 et finalement 45-47 au repos. L’évaluation (39 à… 58) était faussée par l’énorme performance offensive de Rodrigue Beaubois (26 points !).

Record pour Beaubois
Match_champions Westermann Beaubois

Beaubois (face à Westermann dans le Match des champions) : 30 points l'an passé, 37 ce lundi. La salle paloise lui réussit bien ! (Photo SIG basket)

La SIG repenait idéalement avec un 0-7 encore signé Beaubois, Weems et Golubovic (45-54) et semblait s’acheminer vers un succès tranquille, poussant son avance à 12 points (50-62, 25e’). Louis Campbell avait eu un bon passage (5 points de suite et une passe décisive pour Weems (8pts dans la période) et on pouvait regretter les 24 lancers-francs palois alors que les Strasbourgeois n’en avaient tenté que… 6. Mais c’est en défense, une fois encore, que la SIG flanchait. Smith puis J.K. Edwards ramenaient ainsi Pau-Orthez à deux petits points peu avant la fin du quart (63-65).

Tout était à refaire ou presque. Mais la SIG avait ce soir un Beaubois des grands jours dans ses rangs. Même touché au genou sur son… 33e point, soigné avec de la glace, l’arrière de la SIG revenait pour établir un double record : celui de ses points en ProA (35 précédemment) et le record de points d’un joueur de la SIG des 10 dernières années, détenu jusque là par Anthony Roberson avec 33 unités.

Avec un total de 37 (15 paniers sur 19, 9 sur 10 à 2 points, 6 sur 9 à 3 points), il avait tiré une sacrée épine du pied de Vincent Collet qui avait longtemps misé sur le « small ball », trouvant en Romeo Travis, un joueur quasi-providentiel mais aussi avec trois primés de Leloup et Lacombe bien construits, de belles solutions offensives. Car si la SIG avait conduit le score tout au long de la dernière période, Pau ne lâchait jamais, ce diable de Lance Harris (30 points) l’ayant maintenu dans la course pratiquement jusqu’au bout !

Avec Limoges, Villeurbanne, Gravelines, Chalon, Dijon et Monaco, les Strasbourgeois ont pris les commandes. Mais le chemin est encore long…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

ÉLAN BÉARNAIS PAU-ORTHEZ – SIG . Palais des Sports de Pau. Arbitres : MM. Maestre, Creton et Pierre.

Les périodes : 24-29, 21-18 (mi-temps : 45-47), 18-20 (63-67), 16-23.

Les statistiques

La réaction de Vincent Collet

« J’avais dit que c’était un match important. Félicitations. Ce n’est jamais facile ici. On doit apprendre de ce match. On ne va pas toujours être aussi adroit et pourtant on a dû attendre 38 minutes pour gagner ! On a fait trop de cadeaux et on a laissé Harris prendre des tirs pendant toute la soirée. Si on ne progresse pas, et ce n’est pas une question d’entraînement, mais de mental, on n’y arrivera pas. Je suis satisfait, comme vous, mais ce match, on doit le gagner de 25 points. A chaque fois qu’on a eu 10 points d’avance, on les a laissés revenir. Ce n’est pas ce qu’on veut devenir. Contre Fenerbahçe, on n’aura pas de cadeau. Il faut changer notre mentalité en défense ».

Espoirs

Pau-Orthez – SIG      92-81