Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sofoklis-schortsanitis-crvena-zvezda-telekom-belgrade-eb15
Actualités Au pied de l’Everest

Au pied de l’Everest

Pour son premier match d’Euroleague à domicile, la SIG affronte ce vendredi (20h45 au Rhenus à guichets fermés, en direct sur beIN Sports 3) l’immense Fenerbahçe Istanbul, un des grands favoris, conduit par une pléiade de stars et un coach de légende, Zeljko Obradovic. C’est sans doute mission impossible mais les Strasbourgeois veulent se donner tous les moyens de réussir ce qui constituerait un énorme exploit.

Dans cette compétition si relevée, aucun match n’est facile. Mais celui qui est proposé à la SIG ce vendredi soir, dans un Rhenus comble, est… « himalayesque » ! Il consiste tout simplement à tenter de gravir un des plus hauts sommets du basket européen. « Le club connaît une ascension fulgurante depuis deux ans. En demi-finale l’an passé et très déçus de devoir jouer le Real à Madrid, ils ont mis les moyens pour décrocher le trophée cette saison. C’est clairement un des prétendants les plus sérieux », dit Collet.

« Ils ne seront que cinq sur le terrain ! »
jan-vesely-and-melih-mahmutoglu-celebrates-fenerbahce-istanbul-eb15

Vesely et Mahmutoglu avec Kalinić (de dos) : la satisfaction du devoir accompli, la semaine dernière face au Bayern Munich.

Au-delà de la réputation du club, il y a l’effectif et sa qualité. Des recrues de très haut niveau venues s’ajouter à un groupe qui avait déjà de la gueule. « Il ne faut pas lire le roster, plaisante Vincent Collet en souriant. De toute façon, ils ne seront que cinq sur le terrain ». Et puis surtout, il y a une légende sur le banc : Zeljko Obradovic. « C’est le maître. Il a gagné huit fois l’Euroleague avec quatre clubs différents… »

A égrener les noms, le coach de la SIG en a presque le tournis. « La semaine dernière, Hickman n’avait pas joué (NDLR : il est encore blessé et sera absent), tout comme Udoh (NDLR : le pivot NBA devrait faire ses débuts à Strasbourg), mais les remplaçants ne manquent pas d’allure. Sloukas et Dixon se relaient à la mène, dans un style très différent, Vesely qui a joué beaucoup en l’absence d’Udoh, multiplie les contres et les rebonds offensifs, Kalinić est une machine, une usine à lui tout seul, Bogdanovic est insaisissable et Datome vient planter les banderilles ». Ajoutez-y Pero Antic, l’armoire macédonienne, Baris Hersek et Melih Mahmutoglou, les chefs de file du basket turc, et vous aurez une idée de ce qui attend les Strasbourgeois.

Bousculés par le Bayern lors de la première journée d’Euroleague, les joueurs du Fenerbahçe ont fait basculer le match dans le 4e quart temps (22-8), après avoir longtemps souffert de maladresse avant de tuer la partie. En championnat, ils ont gagné chichement (65-70) chez leur voisin stambouliote de Daroussafaka. Et le début de saison est peut-être plus propice à rêver d’un exploit.

« En sport, il n’y a jamais rien d’impossible »

Vincent Collet a très rapidement trouvé les ingrédients pour que la SIG fasse pour le moins bonne figure. « Il faudra mettre une envie démesurée. Un match normal ne peut conduire qu’à la défaite, et même une lourde défaite. Il faudra mettre de la folie mais pas seulement offensivement. Dans les prises de risque défensifs aussi. Il faut défendre comme si nous étions six ou sept, être partout. Mais ce sont aussi des matches qui permettent de franchir un palier. Il faudra surtout jouer juste en attaque, car ils sont très compacts. Enfin, le dernier ingrédient, mais on ne peut pas le contrôler, c’est l’adresse. Si tu veux vraiment avoir une chance, il faut avoir une adresse au-dessus de la normale ». En conclusion, il ajoute : « Il faudra qu’eux soient moins bons que d’habitude, et que nous fassions un très bon match pendant 40 minutes. A nous de provoquer ce concours de circonstances. En sport, il n’y a jamais rien d’impossible ».

Entorse pour Duport, Collins de retour

Pour affronter l’équipe turque, Vincent Collet espère compter sur une équipe requinquée par son très bon match offensif à Pau, dans le sillage d’un Rodrigue Beaubois qui aura sans doute bien du mal à réitérer sa performance (37 points) face aux rugueux défenseurs turcs. « On pourra compter sur Mardy Collins, dont l’IRM passée ce matin est normale. Il a repris l’entraînement. On aura besoin de sa capacité à provoquer des situations. Il lâche les ballons et sera très important pour nous dans un avenir proche », dit Vincent Collet. « Le résultat de l’examen médical m’a redonné confiance pour l’entraînement et les matches à venir, précise l’ancien joueur de Zielona Gora. J’ai joué quatre fois contre le Fenerbahçe ces dernières années (NDLR : 20pts et 18 d’évaluation lors du dernier match) et je sais combien ils jouent dur, avec beaucoup de talent. Il faudra qu’on joue au maximum de nos possibilités. Et dès lors, qui sait ce qui peut se passer dans le quatrième quart temps ? »

A l’inverse, Matt Howard venu encourager ses coéquipiers au bord de la touche pendant la séance de jeudi matin, remplacé par le précieux Romeo Travis, ne sera pas de la partie. Ni Romain Duport qui s’est donné une entorse mercredi, en marchant sur le pied de Kostja Mushidi. « Un truc stupide qui me fera manquer les quatre prochains matches », se lamente le pivot de la SIG, décidément poissard.

A tous ceux qui restent d’attaque de mettre le feu au Rhenus. De pousser Istanbul dans ses derniers retranchements. « On a tout à gagner. Essayons de trouver un chemin », termine Collet. Car si d’aventure une petite chance se présentait, il faudra sauter dessus à pieds joints. Le public fera le reste…

Jean-Claude Frey

 

lechiffre SIG_Fenerbahce… comme le pourcentage de victoires de la SIG face à des clubs turcs en coupe d’Europe. En effet depuis sa première participation lors de la saison 1994/95, la SIG a joué 11 matches face à des clubs turcs pour un bilan en nette défaveur du club alsacien : quatre victoires et sept défaites. Ainsi, dans son histoire, la SIG a successivement joué le club d’Ankara, Turk Telecom, lors de la coupe Korac 2001 (1V/1D), Izmir (0V/2D) et le Besiktas d’Istanbul (1V/2D) lors de la FIBA Europe League 2005, ce même Besiktas lors de la coupe ULEB 2007 (2V/0D) et enfin l’Anadolu Efes d’Istanbul lors de l’Euroleague 2014 (0V/2D).

F. T.