Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Fenerbahce_Vladimir Golubovic
Actualités La SIG au Bayern : humble mais ambitieuse

La SIG au Bayern : humble mais ambitieuse

Troisième journée d’Euroleague et déplacement périlleux pour la SIG au Bayern de Munich (vendredi à 20h, en direct sur beIN Max4). L’exploit face au Fenerbahçe ne doit pas masquer la difficulté qui attend les hommes de Collet. Les Allemands sont parfaitement armés…

Dans sa troisième campagne d’Euroleague (2005, 2013, 2015), la SIG effectue à Munich son 14e déplacement. Après… 13 défaites consécutives, elle espère enfin décrocher un succès à l’extérieur qui la placerait idéalement dans la course au Top16. Elle avait raté il y a deux semaines à Belgrade, ce qu’on estimait être sa plus grande chance depuis fort longtemps de gagner loin de chez elle. Elle s’était transformée en déroute (81-59) ! En réalité, s’imposer hors de ses bases est bien plus compliqué qu’on ne peut le penser.

Le jeu des Munichois a été décortiqué

Vincent Collet se veut, tout au long de la saison, avant tout réaliste. L’homme n’est pas du genre à se bercer d’illusions ou à s’enflammer au premier exploit venu. Il connaît mieux que personne le prix du succès. Il a savouré la retentissante victoire contre le Fenerbahçe de Zeljko Obradovic, mais il prévient aussitôt ceux qui pourraient penser que le match d’après, au Bayern, ne serait du coup plus qu’une formalité : « Il ne faut pas rêver… On sera plus près d’un scénario comme celui de Belgrade, avec une défense oppressante. Et il faudra s’adapter. Aujourd’hui, le Bayern est plus en place que Fenerbahçe ! »

tyrese-rice-khimki-moscow-region-eb15

Nihad Djedovic, le Bosnien au passeport allemand, face à Tyrese Rice (Moscou) : un des nombreux dangers du Bayern. (Photo Euroleague)

Comme avant chaque rencontre d’Euroleague – « c’est les matches de ProA qu’on prépare à la va-vite, faute de temps », insiste le coach – le staff de la SIG a visionné une série de rencontres des Bavarois. « Ceux contre le Fener et Khimki, mais aussi les matches de championnat allemand ». Et à chaque rencontre, il a pu faire le même constat. « C’est une équipe plus athlétique que l’an dernier. Alex Renfroe, le meneur, a beaucoup d’activité, est très agressif, il est partout ; Dusko Savanovic peut être la clé du match, c’est un poste 4 fort shooteur qui peut aussi emmener son vis-à-vis près du cercle s’il le domine en taille. Nihad Djedovic sera lui aussi très important. Il défend le plomb, peut driver, shooter de loin ; un vrai ‘’all round player’’. Quant à Deon Thompson, il leur a donné une autre dimension en leur apportant de la verticalité ».

Collet n’oublie pas bien sûr, la taille et les bonnes mains de Joe Bryant, le talent du gaucher K.C. Rivers, vainqueur de la dernière Euroleague avec le Real, Bryce Taylor, venu de Quackenbrück, l’adroit Paul Zipser, vu à l’Euro, l’expérimenté Anton Gavel, ancien équipier de Louis Campbell à Giessen. Un roster très complet en quelque sorte…

Ne pas perdre le ballon…

Si Collet se méfie particulièrement, c’est qu’il sait que « le Bayern connaît l’importance de ce match. Perdre aurait des conséquences encore plus importantes pour eux que pour nous ». La manière d’aborder le match, la capacité à avoir la rigueur nécessaire et à jouer contre leur défense agressive seront capitales. « Enfin, si on perd, il sera vital de ne céder que de quelques points. Sinon… »

SIG_Fenerbahce_Louis Campbell

Comme face à Istanbul, Campbell et Fofana (de dos) devront se surpasser.

Pour se donner les chances de réussir une nouvelle performance, la SIG devra franchir un cap par rapport à ce qu’elle avait proposé à Belgrade. « Surtout ne pas perdre le ballon ». Bonnet d’âne de l’Euroleague dans ce domaine (20 par match), l’équipe strasbourgeoise aura face à elle la plus performante des 24 formations dans les… interceptions (12,5 de moyenne) ! « Il va falloir tout mériter, jusqu’au bout. Et malgré cette dureté, arriver à produire du jeu, être agressif, ne pas jouer en reculant », profère le coach.

Bien sûr, dans le camp alsacien, tout le monde y croit, de l’entraîneur aux joueurs. Le match de la semaine dernière a démontré de quoi ils étaient capables. « Malgré notre victoire, on reste toujours le petit Poucet de ce groupe. Et il faudra toujours se surpasser, se sublimer pour réussir des performances », insiste Louis Campbell. « On a vu le match. On sait à quoi s’attendre, dit Alex Renfroe, le meneur bavarois. Strasbourg est une équipe dangereuse mais on est prêt à défendre notre territoire ! » Côté alsacien, « il faut apprendre vite, se servir des ingrédients des deux premiers matches : résister à ce qu’ils vont nous proposer et montrer à nouveau les qualités affichées contre Istanbul. Mais on y croit ». Et Vincent Collet de conclure : « humilité ambitieuse »…

Jean-Claude Frey